RSS

Chansons pour J.R.R. Tolkien : L’éveil des belles au bois, réunies par Martin Greenberg

06 Mai

L'éveil des belles au boisQuatrième de couverture

Mais où son donc passés les héros d’antan ?

Car ce sont à présent les héroïnes qui chevauchent par les terres perdues en quête d’un divin harpiste enlevé par un dragon… au charme bien tentant.

Jadis ou demain, au pays de Finimenz, pour sauver le jeune prince, il faut résoudre l’énigme de l’or et de l’argent, et seule la jolie magicienne pourra gagner un royaume en redonnant forme humaine au monarque ensorcelé.

Mais les fées se refusaient parfois à user de leurs pouvoirs face à la brutalité des hommes communs, et elles finissaient par retourner dans leur monde de princes et de reines pâles. Il revient à la Belle au bois dormant de sauver le prince charmant. À condition qu’elle le veuille bien.

Lisez ce volume et trouvez la jouvence de l’Arbre aux Contes qui vivra avec vous dans l’éternité sereine du merveilleux.

Mon avis

Voici le troisième et dernier volume de la série d’anthologies qui visent à rendre hommage à J.R.R. Tolkien, à l’empreinte qu’il a laissée dans le genre de la fantasy.

Étant donné que j’ai chroniqué le premier volume, vous vous demandez probablement pourquoi le second n’a pas été mentionné en ces lieux ? La raison est toute simple : j’ai été très déçue par ce second volet.  Or, quand il s’agit d’avis de lecture, ce blog n’est consacré qu’aux lectures que j’ai appréciées et aux coups de coeur.

En revanche, le troisième, lui, m’a énormément plu ! 🙂 C’est même un sans faute puisque j’en ai aimé toutes les nouvelles, avec de nombreux coups de coeur ! 🙂 Voici donc mon avis texte par texte, mais auparavant je re-précise que nulle trace de la Terre du Milieu n’est présente. Il s’agit d’un hommage à un maître de la fantasy, pas d’une reprise de son univers. Et un bel hommage !

La Communauté du dragon de Patricia A. McKillip : le harpiste favori de la reine Céladone a disparu, probablement capturé par le Trempteur Noir, un dragon. Elle charge cinq femmes de partir à sa recherche et de le ramener. Malgré son titre, aucun rapport avec La Communauté de l’Anneau ici. Patricia McKillip nous régale d’une nouvelle de fantasy où les femmes sont celles qui partent sauver l’homme en détresse, où la magie tend des pièges et où les dragons ne sont pas ce qu’ils semblent être. Absolument charmant ! 🙂

La Saison des puits de John Brunner : Ernest Peake est rentré blessé de la Grande Guerre dans le domaine familial, en Angleterre. Là, il découvre un rite ancien mais presque oublié, que les habitants du village pratiquaient et souhaitent reprendre. Un rite pour célébrer Celle qui habite les puits et les cours d’eau. Un beau et poignant récit de fantasy urbaine. Entre le drame vécu par cet homme traumatisé et la reprise du rite, porté par des habitants ouverts et un prêtre aux idées larges, une nouvelle aux accents de renaissance et de printemps, marquée par la folie de la guerre.

L’Or ou l’argent d’Emma Bull : Lune-très-Mince voit partir sa tutrice, Chouette-Hulotte. Cette dernière, qui est sorcière, part sur les traces du prince disparu de Finimenz. Quand la sorcière ne revient pas, il faut bien que Lune se lance à son tour en quête… coup de coeur pour cette superbe nouvelle qui nous emmène à la suite de la jeune apprentie sorcière. Sorcière dans le sens où elle connaît les secrets des plantes et des éléments, les symboles qui se dissimulent et parce qu’elle révère la Nature. Sa quête est décrite d’une telle façon que j’ai eu l’impression de voyager avec elle, de sentir, voir, entendre ce qu’elle sentait, voyait, entendait. Avec un final superbe et des énigmes porteuses de sens, voilà un texte qui m’a ravie !

La Mort et la dame de Judith Tarr : en Normandie, après la peste, alors que les hommes ont été recrutés pour la guerre, une femme enceinte arrive au village. Une femme qui ne semble pas humaine… coup de coeur aussi pour ce long et serein récit qui évoque l’exil choisi d’une femme-fée et sa fuite, car poursuivie par le frère de son amant disparu. Sise en France, le récit se déploie avec lenteur, sans que cela soit un mal, et ensorcelle le lecteur, l’air de rien.

L’Invocateur de Charles De Lint : Wendy écrit des poèmes. En panne d’inspiration, elle rencontre l’Invocateur, sorte de sans-abri qui déambule en vélo, accompagné de son chien Pain d’Épice. Celui-ci lui dévoile le triste destin de l’arbre situé près de la bibliothèque, arbre qui a été coupé. Or il s’agissait là d’un Arbre aux Contes… hommage clair à Tolkien (des citations sont en exergue du texte et Charles de Lint conclut avec un hommage à l’auteur), ce récit m’a littéralement enchantée ! Mais il n’aurait pu en être autrement avec cette histoire située dans la ville de Newford. Cette ville apparaît dans nombre des oeuvres de Charles de Lint, auteur de fantasy urbaine dont les récits m’ont toujours éblouie. L’Invocateur ne fait pas exception, d’autant plus que son sujet en est l’importance des histoires et de leur transmission, mêlé à l’amour du végétal au travers de cet arbre qui pousse grâce aux histoires. Un pur bonheur que cette nouvelle, qui clôt donc en beauté ce superbe recueil !

On l’aura noté (et le titre comme le résumé avait prévenu), les femmes ont la part belle ici, qu’elles soient humaines, sorcières ou fées. Chaque récit est infusé de sa propre magie et capture le lecteur pour lui murmurer son contenu. La déception du second volet des Chansons pour J.R.R. Tolkien est donc amplement et largement compensée, tant ce troisième opus est vibrant de magie, de paix et d’espoir, d’enchantements et de contes.

Éditions Pocket, 2002, 217 pages.

Challenge nouvelles & novellas

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 6 mai 2013 dans Lecture

 

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :