Publié dans Monde du livre

Les éditions Argemmios recherchent un repreneur

logo_argemmiosLes éditions Argemmios, j’en ai déjà parlé lors de ma chronique de Sigiriya : le Rocher du Lion, roman d’Alain Delbe paru chez cette maison.  Je n’ai pas encore parlé de leurs anthologies mythologiques (des bijoux !) ; quant à d’autres oeuvres, j’en avais parlé sur Fées Divers ou La Lune Mauve. C’est dire que je connais bien (et apprécie) leurs publications. Les éditions Argemmios, donc, ont annoncé la nouvelle du départ de l’éditrice, Nathalie Dau, il y a quelques jours. Un départ motivé par des raisons de santé, un départ compréhensible, et je me doute que pour elle qui met tant de coeur dans son travail la décision n’a pas du être facile à prendre.

Voilà, Argemmios recherche un repreneur. Je partage la nouvelle ici car peut-être y aura-t-il parmi mes quelques visiteurs des personnes intéressées pour reprendre le flambeau. Je reprend ici le communiqué de la maison d’éditions :

Puisque Nathalie Dau en a parlé sur son mur et que ça commence à tourner, on va faire ici une annonce officielle.
Les éditions Argemmios vont bien. Les bilans n’ont fait que s’améliorer d’année en année, les chiffres de vente sont tout à fait corrects, certains titres sont quasiment épuisés ce qui prouve qu’ils ont trouvé leur public, les ventes en salon sont le plus souvent excellentes, les premiers ouvrages numériques sont apparus au catalogue et la maison d’édition n’a aucune dette.
Les ouvrages publiés reçoivent globalement des critiques et chroniques élogieuses. En 6 années d’activité, trois textes ont emporté un prix : le prix Imaginales pour la nouvelle de Romain Lucazeau et le prix Merlin pour la nouvelle d’Anthony Boulanger dans Les Héritiers d’Homère, le prix Oriande pour Brûlot le dragonneau de Valérie Frances, Christian Simon et Sophie Leta. Plusieurs nominations pour Masky de Viviane Etrivert, pour le collectif Flammagories et même une nomination pour Les Débris du Chaudron.
Tout ça a fonctionné pour deux raisons : quelques auteurs investis, qui n’hésitent pas à aller en salon pour défendre leurs ouvrages, et une équipe qui s’est également battue sur le terrain, participant à de très nombreux salons et festivals.
Car la micro-édition exige cette présence sur le terrain, cette vie de colporteur. C’est le seul moyen de rencontrer le lectorat, puisque la micro-édition n’a quasiment pas d’existence en librairie.
Sur le terrain, donc, Mathieu Coudray et Nathalie Dau se sont battus comme de beaux diables. Le stand était toujours plus beau, plus attractif. Bien décoré, avec des présentoirs pour mettre les ouvrages en valeur. La collection de cartes postales a également rencontré un grand succès et contribué pour une part non négligeable aux rentrées financières. La charte graphique a été revue afin de rendre les livres toujours plus attractifs, visuellement parlant. La maison d’édition a constamment cherché à baisser les coûts de production et le prix de vente des livres, car son but a toujours été de permettre aux gens de découvrir des auteurs talentueux et des récits passionnants même si parfois un peu exigeants.
Et puis la santé de Nathalie Dau l’a lâchée.
Il y a des maladies comme ça, invisibles de l’extérieur, mais qui vous grignotent les forces et vous livrent à la douleur. Fin mars, pendant Trolls et Légendes, le corps de Nathalie a dit stop. Elle a voulu assurer les Imaginales tout de même, et elle en a bien bavé. Mais la décision avait été prise dans l’intervalle : il fallait qu’elle arrête.
Les éditions Argemmios cherchent donc un repreneur. Une ou plusieurs personnes capables de reprendre ce beau flambeau et de permettre à l’esprit Argemmios de perdurer.
Nathalie ne pouvant imaginer une seule seconde de laisser tomber brutalement ses auteurs, elle a planifié son départ de la sorte :
– 12 mois pour publier les ouvrages retenus et dont le contrat a été signé.
– 12 mois de plus pour exploiter ces ouvrages (le gros des ventes ayant lieu au cours de la première année d’exploitation).
Si, durant cette période, Argemmios trouve un repreneur, alors la maison d’édition pourra continuer et publier les livres retenus mais pas encore signés (la plupart des auteurs dans cette situation ont choisi d’attendre, emplis d’espoir, plutôt que d’aller tout de suite voir ailleurs).
Si aucun repreneur sérieux ne se manifeste, alors la maison d’édition cessera son activité en mai 2015.
Voilà la situation.
Bien sûr, les lecteurs peuvent nous aider en achetant nos livres car moins le stock sera volumineux, moins le rachat d’Argemmios sera coûteux pour le repreneur.
En vous remerciant de votre compréhension et de votre soutien,
L’équipe Argemmios.

Si jamais les éditions Argemmios devaient fermer faute de repreneur, j’en serai triste. Triste car leurs publications, leur ligne éditoriale, me plaisent beaucoup. Triste parce que j’ai déjà assisté à la fermeture d’une maison d’édition chère à mon coeur, il y a plusieurs années, maison que je regrette encore aujourd’hui. L’Oxymore, pour ne pas la nommer.

Dans le même temps, je comprends et respecte la décision de l’éditrice. Au contraire, à mes yeux, sa santé doit passer avant la maison d’édition. Pas l’inverse. L’humain fait d’ailleurs partie des éditions Argemmios, à tel point que l’éditrice s’efforce de trouver une terre d’accueil pour les anthologies dont les ATs viennent tout juste ou vont bientôt se clore.

Voilà, n’hésitez donc pas à transmettre le communiqué si vous connaissez quelqu’un susceptible de prendre la suite de Nathalie Dau.

Quant à moi, si je croise les doigts pour qu’Argemmios puisse poursuivre sa route, je souhaite à l’éditrice une meilleure santé et beaucoup, beaucoup de bonheur auprès des siens. Avec tout ce qu’elle a donné, elle a bien mérité un peu de repos !

Pour contacter les éditions Argemmios :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s