RSS

Deathless, Catherynne M. Valente

04 Mar

Deathless, Catherynne M. ValenteQuatrième de couverture

Koschei the Deathless is to Russian folklore what devils or wicked witches are to European culture: a menacing, evil figure; the villain of countless stories which have been passed on through story and text for generations. But Koschei has never before been seen through the eyes of Catherynne M. Valente, whose modernized and transformed take on the legend brings the action to modern times, spanning many of the great developments of Russian history in the twentieth century.

Deathless, however, is no dry, historical tome: it lights up like fire as the young Marya Morevna transforms from a clever child of the revolution, to Koschei’s beautiful bride, to his eventual undoing. Along the way there are Stalinist house elves, magical quests, secrecy and bureaucracy, and games of lust and power. All told, Deathless is a collision of magical history and actual history, of revolution and mythology, of love and death, which will bring Russian myth back to life in a stunning new incarnation…

Mon avis

Après le merveilleux diptyque qu’était The Orphan’s Tales de Catherynne M. Valente, qui m’avait littéralement enchantée (et encore j’ai l’impression que le mot n’est pas suffisant pour décrire le bonheur que fut cette lecture), j’avais bien évidemment noté le nom de cette auteure comme « à suivre de très près » ! 🙂 Si j’ai raté ma rencontre avec Palimpsest – pourtant étrange et belle cité – je me doutais que Deathless renouerait avec la magie de The Orphan’s Tales. Et je ne me suis pas trompée.

Les deux oeuvres ont cependant leur propre univers, leur propre magie. Là où The Orphan’s Tales nous entraînait dans un autre monde et où Catherynne Valente tissait ses propres contes, dans Deathless l’Histoire, la vraie, se mêle aux contes traditionnels. Nous suivons Marya Morevna, jeune fille de Saint-Pétersbourg qui va vivre les différents renommages de la ville (l’histoire débute peu avant la révolution russe). Depuis son enfance, elle voit le vrai visage du monde. Elle a vu chacune de ses soeurs partir épouser un homme qu’elle sait être des oiseaux. Elle a vu les domovye, lutins domestiques russes. Et elle attend, elle aussi, de découvrir cet univers où vivent les personnages féeriques. Mais lorsque Koscheï arrive pour l’emmener et l’épouser, Marya va vite découvrir que les contes de fées n’ont rien de ce qu’ils semblent être. Les véritables contes, les véritables créatures féeriques, ont leur propre code moral. Et alors que la guerre rampe vers Saint-Pétersbourg, une autre guerre menace le pays de Koscheï. Car lui est le Tsar de la Vie, en perpétuelle guerre contre le Tsar de la Mort, chacun voulant plus de territoire que l’autre.

L’intrigue est maintenant posée. On le voit, Deathless est un roman de fantasy urbaine – Marya étant humaine, elle fera des allers et retours entre la Russie et le monde de Koscheï. Mais ce qui fait de ce roman une vraie petite pépite de fantasy urbaine, c’est que Catherynne Valente a parfaitement su y infuser tout l’esprit des contes russes.

Il faut dire – et on le découvre à la fin – que le mari de l’auteur est originaire de ce pays et Catherynne Valente ne s’est donc pas privée d’interroger en long et en large sa belle-famille pour mieux connaître les traditions folkloriques et les contes russes. De même, elle s’est documentée sur l’histoire de Saint-Pétersbourg, et notamment le siège de Leningrad.

Mais l’auteur a du talent. Un grand. Que vous connaissiez ou non les contes russes, le roman vous parlera. Car Catherynne Valente ne fait pas que reprendre ce qu’elle a appris des contes, ni ne les détourne sans en perdre la moelle. Non, elle réussit à en garder l’esprit profond, si bien que même les néophytes en la matière pourront saisir toute la magie contenue dans ces personnages séculaires. Quant aux lecteurs plus connaisseurs, ils seront ravis de découvrir des figures connues, des histoires connues sous un autre jour, tout en étant les mêmes. L’auteur s’amuse même de ce jeu de revisitation des contes, avec cette réplique de Baba Yaga :

We like patterns. They’re comforting. Sometimes little things change – a car instead a house, a girl not named Yelena. But it’s not different, not really. Not ever.

Mais attention, nous parlons là des contes originels, des contes traditionnels, pas des versions allégées pour enfants. Le monde féerique peut se révéler aussi merveilleux que cruel… Et quand s’y mêle l’Histoire et ses guerres, ah ! Là, on tremble, on souffre, on frémit devant tant d’horreur, dans la même mesure qu’on s’est émerveillé aux côtés de Marya Morevna. Les passages se déroulant durant le siège de Leningrad sont d’autant plus terribles qu’ancrés dans une triste réalité.

Une héroïne attachante, une intrigue brodée sur la trame des contes – où les événements arrivent par trois, souvent – des personnages du folklore féerique russe repris sans être altérés, un roman tout infusé de l’esprit russe (une certaine mélancolie s’attache au lecteur tout au long des pages) et de ses contes, voilà ce qu’est Deathless. Un énorme coup de coeur, pour ma part, si bien que j’ai l’impression que cette chronique ne lui rend aucune justice ^^ »

Que les non-anglophones se rassurent, le roman sera traduit prochainement en français sous le titre L’immortel (parution prévue fin mars chez Panini Books). C’est la première fois qu’une oeuvre de Catherynne M. Valente sera dans la langue de Molière, et je suis heureuse que ce soit ce roman.

Un livre enchanteur, féerique et cruel, beau et mélancolique. À l’image des contes, en somme. 🙂

Cette lecture s’inscrit dans le challenge Je suis éclectique du forum Mort-Sûre, catégorie Fantasy.

challenge_jesuiseclectique

Éditions Tor, 352 pages, 2011

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 4 mars 2014 dans Lecture

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

2 réponses à “Deathless, Catherynne M. Valente

  1. nymeria

    11 juin 2014 at 9:01

    Superbe chronique pour un super bouquin ^^ Je suis comme toi, le roman m’a tellement enchanté que je trouve que mon avis ne lui fait pas honneur.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :