Publié dans Lecture

Rachel Morgan t. 1 : Sorcière pour l’échafaud, Kim Harrison

Quatrième Rachel Morgan 1, Kim Harrisonde couverture

Rachel Morgan est une jeune femme comme les autres… mais il ne faut pas se fier aux apparences : c’est une sorcière ! Après sept ans passés à chasser les criminels qui se cachent parmi les créatures de la nuit, Rachel démissionne et lance sa propre agence.

Le seul problème, c’est que personne n’est censé quitter cette police très spéciale, et Rachel est aussitôt traquée par des tueurs munis d’un bel assortiment de malédictions bien vicieuses. Le seul moyen de s’en sortir ? S’associer avec une vampire envoûtante et pour le moins inquiétante…

Mon avis

Comme je l’avais dit lors d’un précédent avis de lecture, la bit-lit, j’ai du mal. Les différentes quatrièmes de couverture que je parcours ne me tentent guère et si j’ai eu de bonnes surprises, j’ai aussi eu des confirmations de ma répulsion envers ce genre. Cependant, les bonnes lectures m’ont donné envie de m’accrocher et de fouiner à la recherche d’autres romans qui me parleraient. C’est ainsi que je suis tombée sur les aventures de Rachel Morgan et, après avoir refermé ce premier tome (un petit pavé en poche), je dois dire que j’ai aussitôt mis la main sur le second. Conquise ? Et comment ! 🙂

On suit donc Rachel Morgan, sorcière de son état qui travaille pour le SO – le Service de Sécurité de l’Outremonde. Mais la jeune femme a la poisse : elle récupère des affaires peu intéressantes et de surcroît, son équipier Jenks, pixie de son état, n’a pas sa langue dans sa poche. La jeune femme finit par lâcher son job, entraînant avec elle Ivy, une vampire non-pratiquante (c’est-à-dire qu’elle refuse de se sustenter d’humains – non elle ne brille pas de mille feux au soleil ! Vous vous trompez de roman ! ;)). Or, personne ne démissionne du SO. Rachel se retrouve donc avec un contrat sur la tête et des tas de personnes vouées à l’assassiner pour remporter le pactole. À moins qu’elle ne règle le dit-contrat mais pour cela, il lui faut une affaire juteuse… et quoi de plus juteux que d’enquêter sur le mystérieux Trent Kalamack, dont personne à l’heure actuelle n’a pu déterminer s’il s’agissait d’un humain ou d’un Outre ? (nom donné aux créatures surnaturelles, telles les pixies, vampires et sorcières).

Voilà pour le pitch. Concernant le monde mis en place par Kim Harrison et dans lequel évolue nos personnages, il est similaire au nôtre à ceci près que, lors des avancées des recherches sur l’ADN, un accident génétique (et viral) a provoqué un changement conséquent. C’est le Tournant. Je n’en dis pas plus, car découvrir cet épisode de l’histoire de cet univers alternatif est l’un des passages les plus chouettes de ce roman ! 🙂 Tout ce que je dirais, c’est que c’est à la fois crédible et absurde, un mélange détonnant qui correspond bien au ton de l’histoire, d’ailleurs.

Oui, le récit est empreint d’un certain humour, un ton de second degré qui fait du bien et qui est sans doute du au fait que Rachel est la narratrice de l’histoire. Rachel est attachante, par cet humour, sa propension à se fourrer dans des situations catastrophiques et sa ténacité. Les personnages secondaires ne sont pas en reste : de l’envoûtante mais dangereuse Ivy à l’agaçant Jenks, qu’on finit pourtant par bien aimer, on a vite fait de s’attacher au trio et de suivre leurs péripéties avec intérêt. Oui, le roman est un petit pavé mais les pages se tournent toutes seules tant le récit sait se faire accrocheur !

Ajoutez à cela que la romance n’est pas le sujet principal de l’intrigue (je la devine pour plus tard, vu l’arrivée d’un certain personnage, mais elle est totalement absente de ce premier volume), qu’on est plus dans un récit d’action et d’enquête, avec des personnages fouillés, et vous obtenez un roman qui, pour ma part, m’a rappelé le ton de la série Buffy The Vampire Slayer (bien sûr, les deux histoires n’ont rien à voir sur le fond). Et puis, avec des titres qui jouent sur les western spaghettis (surtout dans les tomes suivants), on ne peut pas dire que l’on est trompé sur la marchandise : il y a du suspense, de l’action, et de l’humour à revendre là-dedans !

En bref, je pense avoir trouvé là une série de romans bit-lit que je vais poursuivre avec plaisir – en tout cas j’ai adoré ce premier volume ! 🙂 Seul hic : l’éditeur en a cessé la parution au volume 5 alors que, en VO, Rachel Morgan en est déjà à sa 13e aventure – la 13e marquant le final. Et il s’agit bel et bien d’une série, le premier volume terminant un arc narratif mais en laissant un autre (et pas des moindres) ouvert. Si, pour ma part, mon niveau d’anglais est suffisant pour poursuivre ensuite en VO (même si ça m’agace d’avance de me dire que j’aurai une série dépareillée, d’autant plus que les couvertures de l’édition française sont, à mon goût, plus jolies que celles de l’édition VO), ce n’est pas forcément le cas de tout le monde.

Dommage, donc, car vu ce premier tome, Rachel Morgan est vraiment une série de bit-lit fort sympathique et originale.

Éditions Milady, 572 pages, 2011

Cette lecture s’inscrit dans les challenges Je suis éclectique du forum Mort-Sûre, catégorie Bit-Lit, et SFFF au féminin du Dragon galactique.

challenge_SFFF_au_feminin

challenge_jesuiseclectique

Publicités

3 commentaires sur « Rachel Morgan t. 1 : Sorcière pour l’échafaud, Kim Harrison »

  1. C’est une de mes séries préférées !! Et tu verras que ça fait vraiment partie des titres qui augmentent en qualité au fil des tomes 🙂 J’en suis au 6e et j’ai trop hâte de lire la suite !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s