RSS

Yoko Tsuno t. 1 : De la Terre à Vinéa, Roger Leloup

18 Sep

Yoko Tsuno : De la Terre à Vinéa, Roger LeloupQuatrième de couverture

Venus d’une planète transformée en enfer par une étoile trop proche, les Vinéens se sont réfugiés dans les entrailles de la Terre, il y a quatre cent mille ans. En leur sein, s’est développée une force maléfique qui rêve de transformer les Humains en esclaves. La puissance des Vinéens est considérable. Yoko Tsuno a une alliée parmi eux. Toutes deux vont tenter d’empêcher les catastrophes qui se préparent. Avec un espoir : partir dans l’espace, à deux millions d’années-lumière de la Terre, à la recherche de Vinéa. Mais a-t-elle survécu au cataclysme ?

Mon avis

Ah ! Yoko Tsuno ! L’héroïne de mon enfance ! 🙂 Si, côté masculin, j’avais l’embarras du choix entre Tintin, Astérix, Lucky Luke et Boule et Bill, côté féminin, c’était Yoko. Yoko, jeune femme d’origine japonaise, électronicienne. Une héroïne qui allie donc connaissances techniques à qualités humanistes, capacités physiques (la demoiselle est ceinture noire d’aïkido) et sensibilité. Une héroïne comme on en faisait peu lorsqu’elle fut créée par Roger Leloup, dans les années 70. Une héroïne qui, pour ma part, est liée à mon enfance et à ma famille – en effet, les albums ont fait le tour de mes soeurs, je crois qu’on possèdes toutes encore tous les albums ou presque, et je suis toujours ravie de voir, à la bibliothèque où je travaille, des mères emprunter les aventures de la plus célèbres des électroniciennes pour leurs petites filles.

Vu ce succès qui dure et l’ancrage de Yoko dans le paysage de la bande dessinée franco-belge, les éditions Dupuis ont rassemblé toutes ses aventures sous forme d’intégrales. Dans chaque intégrale, trois albums sont réunis et non pas par ordre chronologique de parution, mais par arcs narratifs. Que vous connaissiez ou non les aventures de Yoko Tsuno, peu importe que vous préfériez lire dans l’ordre les albums un à un ou les intégrales. Tous les sens se valent et, à mes yeux, les intégrales l’emportent car non seulement un même arc narratif est réuni (alors qu’album par album, ce n’est pas toujours le cas, Yoko vivant parfois une aventure totalement différente avant de renouer avec un autre personnage récurrent), mais le tout est précédé d’un mini dossier où Roger Leloup lui-même s’exprime sur la genèse de telle ou telle aventure, documents de travail à l’appui. Avec à la fin, quelques illustrations pleine page, sous la forme d’un petit portfolio. Sans oublier que ces intégrales sont superbes 🙂

La première rassemble le premier arc narratif vinéen des aventures de Yoko. Vinéen ? Oui, de la planète Vinéa, d’où est originaire Khâny, que Yoko et ses compagnons vont rencontrer lors de leur toute première aventure, Le Trio de l’étrange. Dans cette histoire, on découvre d’abord Vic et Pol, qui seront par la suite les sidekicks de Yoko. Celle-ci n’apparaît qu’au bout de quelques pages mais, très vite, elle se révélera une forte tête et prendra la direction du trio. Vic et Pol, qui travaillent pour la télévision, désirent réaliser une série de reportages en commençant par le mystère d’une eau s’écoulant dans le siphon d’une grotte montagneuse sans que sa résurgence en ait été identifiée. Yoko, qui les a rejoint, est de la partie. Mais l’aventure va rapidement tourner à la science-fiction : sous terre se cachent en effet les Vinéens, peuple extraterrestre humanoïde, à la peau bleue et à la technologie très avancée. Ils sont venus se réfugier en ces lieux voici des milliers d’années, chassés de leur planète par un cataclysme cosmique. Bien vite, Yoko se liera d’amitié avec Khâny, jeune femme qui a été réveillée de son sommeil magnétique des années avant sa jumelle, Poky, désormais petite fille. Au cours de cette aventure, tous auront à faire à un ennemi glaçant, lié à la technologie vinéenne.

L’amitié de Yoko et Khâny est florissante puisque les deux amies se retrouvent ensuite dans le volume 3, La forge de Vulcain. La première aventure mettait Yoko aux prises avec les dérives d’une technologie, celle-ci repose sur la même base à ceci près que c’est l’utilisation de la technologie en elle-même qui menace l’île de la Martinique, toute proche. En effet, dans le but de révéler leur existence aux Terriens et de s’arroger le droit d’y vivre, les Vinéens ont acheminé de la lave sous un bouchon rocheux sous-marin pour le faire remonter, afin d’éviter un combat pour une terre émergée et de démontrer leur puissance. Hélas, un accident s’est produit et une dissidence s’est faite au sein du peuple vinéen : ceux qui cherchent à éviter la catastrophe et ceux qui la désirent, préférant s’emparer de terres déjà occupées par la force des éléments plutôt que d’en produire de nouvelles. L’aide de Yoko et ses amis est donc appelée afin d’éviter la catastrophe.

Suite à ces événements, les Vinéens décident de retourner sur leur planète d’origine et de découvrir ce qu’il en reste, voir d’y revivre si cela est possible. Une aventure à laquelle le trio est convié et qui nous est contée dans Les Trois soleils de Vinéa, originellement le tome 6 de la série. C’est aussi le volume qui lève le voile sur le reste de la famille de Khâny – attention, préparez vos mouchoirs ! – et qui montre, pour la première fois, le trio évoluer dans l’espace et fouler le sol d’une planète étrangère. Un volume passionnant, émouvant même – le peuple vinéen, exilé depuis des milliers d’années, ne retrouve pas sa planète d’origine sans émotion – et où les technologies futuristes (mais crédibles) ont la part belle !

Cette première intégrale est donc l’entrée idéale dans le monde de Yoko. Si Le Trio de l’étrange souffre d’un trait de crayon qui cherche encore son style et frôle la caricature, le dessin s’affine rapidement pour adopter un réalisme des plus agréables. La personnalité de Yoko se dessine dès le premier volume – forte tête mais aussi humaniste, jamais elle ne cherche à tuer et, si un méchant périt, il lui arrive de le pleurer – et c’est un plaisir de voir évoluer une héroïne alliant ses qualités.

Une BD devenue un classique, à recommander à tous, de 7 à 77 ans ! 🙂

Intégrale n°1, comprenant les volumes 1, 3 et 6 de la série.
Éditions Dupuis, 164 pages, 2006

Pour aller plus loin

Publicités
 
8 Commentaires

Publié par le 18 septembre 2014 dans Lecture

 

Étiquettes : , , , , , ,

8 réponses à “Yoko Tsuno t. 1 : De la Terre à Vinéa, Roger Leloup

  1. girlkissedbyfire

    18 septembre 2014 at 9:18

    une héroïne que j’aime beaucoup, même si parfois, à l’époque, je n’avais pas la patience pour lire tous les dialogues trop longs ou scientifiques ^^

     
  2. Escrocgriffe

    18 septembre 2014 at 11:55

    Ca a l’air excellent, et me fait penser aux « Mondes Engloutis », le fameux dessin animé des années 80. Merci pour l’article !

     
    • Lullaby

      20 septembre 2014 at 8:43

      De rien !
      Les Mondes engloutis, je n’en avais vu que un ou deux épisodes à l’époque (je crois que ça passait sur une chaîne câblée ou cryptée, qu’on avait pas, j’ai donc pu le voir par hasard grâce à des vacances dans un lieu qui avait ces chaînes ^^). Du coup, le fait que tu soulèves la comparaison me donne envie de le revisionner, mais en entier cette fois ! (par contre, je n’ai jamais oublié le sublime générique :))

       
  3. Louisia

    21 septembre 2014 at 10:28

    Oh ! Je le lis en ce moment ! Il est sur ma table de chevet 🙂
    J’adore Yoko Tsuno, surtout tous les albums avec Khâny. C’est une héroïne féminine que j’apprécie particulièrement, car elle est intelligente, scientifique et avec du caractère ! Avec Fantomette et Alice, c’était l’un de mes personnages de fiction préféré !
    Tu as encore de la lecture, car il y a au moins une dizaine d’intégrale.
    Bonne Lecture

     
    • Lullaby

      23 septembre 2014 at 1:47

      Oui, il y en a 8 – en fait, je les ai déjà toutes lues mais la dernière fois, je n’avais pas encore de blog ^^’ Là, je suis repartie dans un cycle de relecture.
      Oh oui, Alice !! J’avais lu deux de ses aventures, c’était sympa.
      En tout cas c’est marrant que tu le lises aussi en même temps ^^ Yoko rules !!

       
  4. LadyButterfly

    22 septembre 2014 at 10:09

    Ah, Yoko …Héroïne de mon enfance aussi ^^

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :