Publié dans Pêle-mêle

[Le mardi c’est permis !] Premier contact de Denis Villeneuve

affiche-premier-contact-arrival
C’est demain que sortira dans les salles obscures françaises Premier contact de Denis Villeneuve. Ce film est adapté de la nouvelle L’Histoire de ta vie de Ted Chiang (que l’on peut trouver dans le recueil La Tour de Babylone), une nouvelle qui avait été doublement primée puisqu’elle a reçu le prix Nebula et le prix Theodore Sturgeon en 1999. Autant dire qu’avec pareille base, le film augure du très bon.

Premier contact a été présenté en avant-première mondiale durant le festival des Utopiales. Il se trouve que j’ai eu la chance d’y assister. Voici donc mes impressions, que je souhaitais partager depuis la projection mais j’ai préféré attendre la veille de sa sortie officielle en France pour ne pas vous frustrer. Parce que ce film, c’est une vraie claque. Ce film est, à mes yeux, un chef-d’oeuvre et si vous ne pouvez voir qu’un seul film de SF au cinéma cette année, je vous recommanderai Premier contact sans une seule hésitation (non, même pas Star Wars – Rogue One que j’attends pourtant impatiemment aussi !)

Je vais tenter d’éviter les spoilers majeurs et je vous invite à ne pas visionner les bande-annonce qui en dévoilent beaucoup trop – au contraire du teaser, qui permet d’avoir une idée de l’histoire et de l’ambiance mais en laissant beaucoup de mystère. Premier contact doit se découvrir, cela ne fait qu’augmenter la puissance des émotions qu’il induit. Mais si vous avez tout de même jeté un oeil curieux sur ces bande-annonce, cela vaut toujours le coup d’aller visionner le film. Car Premier contact fait partie de ces oeuvres qui, même longtemps après, vous hantent encore, vous évoquent encore des réflexions, des émotions, des sensations. La preuve : je rédige ce billet un mois après l’avant-première et pourtant, même si les émotions que j’ai éprouvées durant le visionnage sont un peu atténuées, elles sont toujours vivaces.

Mais de quoi ça parle, Premier contact, me direz-vous ? Rien à voir avec Contact (le film adapté du roman éponyme de Carl Sagan), même si l’un de ses sujets – le premier contact avec une civilisation extraterrestre – est un point commun. Dans Premier contact, douze vaisseaux extraterrestres apparaissent, un au-dessus de douze points différents de la Terre. Le Dr Louise Banks (interprétée par Amy Adams), linguiste réputée, est recrutée par l’armée américaine. Elle est chargée, aux côtés d’un physicien théoricien nommé Ian Donnelly (interprété par Jeremy Renner), d’établir un contact avec les extraterrestres pour déterminer les raisons de leur venue et leurs objectifs.

Voilà pour le pitch. Vous l’aurez compris, la communication est l’un des sujets phares du film. Mais pas seulement. Roland Lehoucq, qui a présenté brièvement le film avant la projection aux Utopiales, l’a désigné comme une grande histoire de science-fiction, une histoire d’extraterrestres, mais aussi une histoire humaine. Et ces trois phrases résument bien le film. Il vous embarque, vous pensez connaître la destination, mais Premier contact va vous emmener tranquillement bien plus loin, en une destination complètement différente. À la fin de la projection, j’étais encore toute épatée d’avoir été ainsi promenée, en douceur, dans une direction autre que celle à laquelle je m’attendais.

J’étais aussi, il faut le dire, très émue. Car ce qui fait de Premier contact un grand film, à mes yeux, ce n’est pas seulement parce qu’il utilise le prisme de la science-fiction pour faire réfléchir sur le monde d’aujourd’hui, c’est aussi parce que, comme l’a souligné Roland Lehoucq, c’est aussi une histoire humaine. Et cette dimension humaine est amenée d’une façon brillante. Elle vous marque, elle vous remue, mais jamais dans la violence. Premier contact vous emmène vraiment par la main, jamais je ne me suis sentie ballotée, mais toujours, je me suis sentie promenée et, surtout, touchée. Tellement qu’un mois après, l’émotion revient, encore intacte.

Je n’en dirai pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte (et de la balade). Si vous le pouvez, allez voir ce film. Quant à moi, je pense que je vais me plonger dans le recueil de nouvelles de Ted Chiang. Je vous laisse avec le teaser, si vous souhaitez avoir une petite idée de l’ambiance avant de vous lancer – un teaser garanti sans spoiler 🙂 (les sous-titres français sont disponibles sur ce teaser)

Arrival

Réalisé par Denis Villeneuve, scénario de Éric Heisserer d’après la nouvelle L’Histoire de ta vie de Ted Chiang, 2016, 1h56

Teaser

Publicités

6 commentaires sur « [Le mardi c’est permis !] Premier contact de Denis Villeneuve »

  1. Un très beau film, une superbe adaptation, et on l’apprécie autant en découvrant l’histoire que quand on sait de quoi il en retourne en ayant lu la nouvelle.

  2. J’avais bien accroché à ta critique et j’ai regardé le film hier soir. J’ai beaucoup beaucoup aimé! (j’ai réservé de ce pas le recueil de Ted Chiang à la bibliothèque!) Merci pour ton avis!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s