RSS

Les petites fées de New York, Martin Millar

28 Fév

les_petites_fees_new_yorkQuatrième de couverture

Morag MacPherson et Heather MacKintosh, deux petites fées écossaises ayant quitté précipitamment leur terre natale, et fraîchement débarquées à New York, découvrent un monde qu’elles n’auraient jamais pu imaginer : un monde où les sans-abri meurent dans l’indifférence générale, un monde où les gens ont à peine de quoi payer leur logement, un monde qui n’a, tout de même, pas l’air de tourner bien rond. Mais plus elles vont vouloir changer les choses et aider Dinnie et Kerry, deux humains qu’elles ont rencontrés à leur arrivée, plus ce sera… pire !

Mon avis

Dès la première page, on est mis dans le bain : Les petites fées de New York est un roman de fantasy urbaine qui fait la part belle à un humour aussi absurde qu’il est grossier ! ^^ » En effet, Morag et Heather, deux fées écossaises, débarquent dans l’appartement new-yorkais du détestable Dinnie en étant complètement déchirées et vomissent sur sa moquette. En plus, elles se disputent ! Si bien que l’un d’elles s’envole chez la voisine d’en face, Kerry, une artiste qui souffre de la maladie de Crohn et qui assemble un alphabet des fleurs pour un concours d’art. Ailleurs, en Angleterre, les fées se retrouvent contraintes à l’usine par les vues industrielles de leur roi, inspiré de ce qui se fait chez les humains… Ajoutez à ça une sans-abri qui se prend pour Xénophon, un pavot gallois à trois têtes d’humeur très, très baladeuse et des fées locales qui ne voient pas tout ça d’un très bon oeil, et vous comprendrez que Les petites fées de New York offre un joyeux bordel ! 🙂

Si l’on est loin de la finesse d’un Terry Pratchett, la gouaille de l’auteur – qui frôle la vulgarité – donne un sel particulièrement relevé à ce roman qui se lit avec grand plaisir ! J’ai apprécié cette lecture légère, particulièrement quand elle tombait après une longue journée, et j’ai bien rigolé en lisant certains passages (surtout au début ! ^^). Il faut dire que Morag et Heather, malgré leurs bonnes intentions, voient systématiquement leurs actions tourner au désastre ! Jusqu’au bout, je me suis demandé si elles finiraient par se sortir un jour de l’enchaînement de catastrophes dans lesquelles elles ne manquaient pas de tomber. Sans parler du pavot, qui se promène tellement qu’il paraît presque impossible qu’il revienne un jour à son point de départ (et, accessoirement, dans les mains de sa « propriétaire »).

Ces fées écossaises donnent de sérieux coups de pied à l’image habituelle des fées, et, ma foi, ça fait du bien ! 🙂 Une lecture réjouissante, qui ne vole pas haut mais qui secoue bien dans tous les sens, qui se fiche royalement de la bienséance et qui nous balade avec gouaille de la première à la dernière page – un peu comme ce pavot, somme toute ! 🙂

Éditions Folio, 353 pages, 2016

Cette lecture s’inscrit dans le challenge À la recherche de Faerie organisé par Bazar de la littérature.

challenge-a-la-recherche-de-faerie

Publicités
 
11 Commentaires

Publié par le 28 février 2017 dans Lecture

 

Étiquettes : , , , , , ,

11 réponses à “Les petites fées de New York, Martin Millar

  1. Lutin82

    28 février 2017 at 9:57

    Donc rafraîchissant, pas prise de tête et joyeux, c’est idéal entre deux gros bouquin. C’est cela ?
    pourquoi pas!

     
    • Lullaby

      1 mars 2017 at 10:20

      C’est ça ! 🙂 Et en effet, ça peut aussi faire une bonne lecture entre deux pavés 🙂

       
  2. lautreecho

    28 février 2017 at 11:24

    Tu donnes bien envie avec cette chronique…

     
  3. Vert

    28 février 2017 at 2:03

    Il est très sympa ce roman, faudra vraiment que je lise d’autres textes de cet auteur un jour. Et la couverture poche est bien plus sympa que celle du grand format en plus !

     
    • Lullaby

      1 mars 2017 at 10:22

      Oui, j’aime mieux aussi cette couv’ ! Il faudra aussi que je lise ses autres oeuvres un de ces jours (surtout qu’il y a du garou dedans, apparemment ^^)

       
  4. girlkissedbyfire

    2 mars 2017 at 7:03

    l’idée a l’air sympa en tout cas ! (même si je ne suis pas fan du côté vulgarité, mais bon ^^)

     
    • Lullaby

      7 mars 2017 at 12:22

      C’est très léger, mais sans finesse, en effet !

       
  5. lorhkan

    4 mars 2017 at 1:56

    Un bon souvenir, c’est drôle, un brin irrévérencieux (on n’imagine pas de gentilles petites fées comme ça !), très rythmé, c’est vraiment sympa comme lecture.

     
    • Lullaby

      7 mars 2017 at 12:22

      C’est sûr que l’image que j’avais des fées a sérieusement été chamboulée dans ce roman ! XD

       
  6. Escrocgriffe

    19 mars 2017 at 4:42

    Ca a l’air bien déjanté ! 😀

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :