Pline t. 1 et 2, Mari Yamazaki, Tori Miki


Mon avis

Pas de 4e de couverture pour cette série de mangas vu qu’elle n’en possède pas mais son titre résume bien son propos : Pline nous emmène en effet dans les pas de Pline l’Ancien, célèbre naturaliste romain dont L’Histoire naturelle (une encyclopédie en 37 volumes) est parvenue jusqu’à nous et qui, au Moyen-Âge, était considérée comme une référence.

Le premier volume, intitulé L’appel de Néron, plante le décor comme les personnages principaux. Après une entrée en matière où Pline fait face à la colère du Vésuve, à Pompéi, nous revenons plusieurs années en arrière lorsque Pline, plus jeune, prend sous son aile un jeune grammairien dont le village sicilien a été décimé par l’éruption de l’Etna. Le second volume, nommé Les rues de Rome, voit notre trio parvenir enfin à Rome. Le trio s’éclate alors : Pline se soumet enfin à l’appel de son empereur, Félix retrouve sa famille et Euclès découvre la vie de la capitale, même ses aspects les moins reluisants.

Le manga est co-signé par deux dessinatrices : Tori Miki et, surtout, Mari Yamazaki, qui en est aussi la scénariste et qui avait déjà évoqué la Rome antique dans la série Thermae Romae. Mais alors que Thermae Romae contenait un fort élément science-fictif avec ses voyages dans le temps ainsi qu’une dimension comique, il n’en est rien dans Pline dont le récit présente bel et bien la vie de cet homme qui a réellement existé.

Comme j’avais adoré Thermae Romae, j’ai ouvert le premier volume de Pline avec un a priori positif. Mari Yamazaki a en effet longtemps vécu en Italie et n’a jamais caché sa passion pour ce pays d’adoption – en particulier la période de l’Antiquité romaine. Cette passion exsude littéralement des deux premiers volumes de Pline, notamment à travers le personnage principal qui s’intéresse à toutes les choses naturelles. Historiquement, Pline s’intéressait en effet à la botanique, à la zoologie, à l’astronomie et à bien d’autres sujets encore. Mais je vous rassure, le manga n’a pas vocation à retracer toute l’encyclopédie de Pline ! 🙂

Le manga nous plonge réellement dans la vie quotidienne de l’époque, non seulement à travers Pline mais aussi via les personnes qui l’accompagnent : Euclès et Félix. Euclès est un jeune homme que Pline a pris sous son aile. Comme Euclès possède une formation de grammairien, Pline décide d’en faire son assistant chargé de noter tout ce qu’il énonce. Quant à Félix, il s’agit d’un soldat attaché à l’escorte de Pline. Le tome 2 nous permet de faire connaissance avec sa famille et, par extension, de découvrir des préoccupations quotidiennes somme toute pas si loin de celles des familles d’aujourd’hui ! Nous avons également un bel aperçu de la vie de l’empereur Néron, visiblement très perturbé, et des manigances de sa concubine Poppée.

Le dessin est superbe, avec une première page disposant d’un portrait en couleurs fragmenté à la manière d’une mosaïque. Le récit, centré autour d’une poignée de personnages et en particulier d’Euclès attaché aux pas de Pline, nous permet de nous glisser facilement dans la peau d’un spectateur au plus près de cet homme qui a marqué l’Histoire. Mari Yamazaki nous le dépeint comme un homme passionné par les sciences, tellement qu’il semble un peu déconnecté de la réalité parfois. Les passages où il partage un peu de son savoir ou ceux où il découvre de nouvelles choses montrent fort bien cette passion qui l’anime et s’avèrent, pour nous lecteurs, très intéressants. Certes, certains propos feraient tiquer les scientifiques d’aujourd’hui mais pour l’époque, une telle science n’était pas si commune (sinon, L’Histoire naturelle n’aurait pas tant marqué les esprits pendant si longtemps !).

Euclès découvre la bibliothèque de Pline

On sent une documentation aussi solide que soignée tant concernant Pline que les différents aspects de l’époque mis en avant – vie domestique, intrigues de palais, vie intellectuelle, les bas-fonds de la ville, l’aspect parfois ésotérique de certaines sciences à notre regard du XXIe siècle, etc. Ainsi, j’ai été ravie de découvrir la bibliothèque de Pline qui déborde de volumen – ce qui n’a rien d’étonnant, étant donné l’attrait de cet homme pour les sciences !

Ces deux premiers volumes m’ont donc complètement convaincue, ils sont à la fois distrayants et instructifs tout en étant servis par un dessin soigné. Autant de bons points qui me font attendre la suite avec impatience ! 🙂

Éditions Casterman, 190 pages (vol. 1) et 184 pages (vol. 2), 2017.

Publicités

1 réflexion sur « Pline t. 1 et 2, Mari Yamazaki, Tori Miki »

Répondre à Pline t. 3 : Les griffes de Poppée, Mari Yamazaki, Tori Miki – Les histoires de Lullaby Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.