Gwendy et la boîte à boutons, Stephen King et Richard Chizmar

Quatrième de couveture

Trois chemins permettent de gagner Castle View depuis la ville de Castle Rock : la Route 117, Pleasant Road et les Marches des suicidés. Comme tous les jours de cet été 1974, la jeune Gwendy Peterson a choisi les marches maintenues par des barres de fer solides qui font en zigzag l’ascension du flanc de la falaise. Lorsqu’elle arrive au sommet, un inconnu affublé d’un petit chapeau noir l’interpelle puis lui offre un drôle de cadeau : une boîte munie de deux manettes et sur laquelle sont disposés huit boutons de différentes couleurs.
La vie de Gwendy va changer. Mais le veut-elle vraiment ? Et, surtout, sera-t-elle prête, le moment venu, à en payer le prix ? Tout cadeau n’a-t-il pas sa contrepartie ?

Mon avis

En cette période précédent Halloween, voici une autre chronique d’un roman à frissons, signée de la main d’un maître du genre, j’ai nommé : Stephen King ! 🙂 Le cru 2018 est une novella rédigée en collaboration avec Richard Chizmar, un auteur dont j’ignorais l’existence auparavant. Mais, à la lecture du texte, comme je ne connais pas cet auteur, j’ai surtout vu la patte de Stephen King (que pour le coup, j’ai lu en long en large et en travers même si j’e n’ai pas tout lu de lui, loin de là !)

Gwendy et la boîte à boutons est une novella, l’histoire se lit donc en une paire d’heures, soit l’idéal lorsqu’on a un emploi du temps bien rempli ou une baisse de tonus. On suit Gwendy, petite fille qui aime courir sur les marches accrochées à flanc de falaise chaque jour. Or, un homme mystérieux et un peu inquiétant lui propose un jour un bien étrange cadeau : une boîte en bois. Sur chaque côté, un levier – l’un donne un chocolat au goût incomparable et qui donne satiété, l’autre un dollar en argent. Sur le dessus, des boutons : plusieurs de couleurs différentes correspondant au 5 continents, 1 rouge qui réalise le voeu auquel on pense en appuyant dessus et 1 noir que l’homme se refuse à détailler mais qui semble source d’un grand, très grand danger.

Gwendy récupère donc cette boîte. Elle est censée la garder jusqu’au jour où l’homme la récupèrera. Gwendy grandit donc avec la mystérieuses boîte, tentant d’en percer les mystères. Car cette boîte ne semble pas sans influence sur la vie de Gwendy. Et lorsqu’elle appuie un jour sur l’un des boutons pour en déterminer l’effet, elle regrettera rapidement son geste…

Gwendy et la boîte à boutons est un récit fantastique où le psychologique prévaut sur le surnaturel. Car le poids de la boîte et des conséquences possibles si l’on appuie sur ses boutons pèsera sur la conscience de Gwendy tout au long des années qu’elle la possédera. En ce sens, le texte m’a rappelé la nouvelle Le jeu du bouton de Richard Matheson où un couple se voyait offrir un support avec bouton et, s’ils appuyaient dessus, il recevrait de l’argent en échange de la mort d’une personne qu’ils ne connaissaient pas. C’est ce côté « cadeau empoisonné » qui donne toute la tension au récit.

Côté horreur, une seule scène gore sur une page mais le simple fait de l’existence de cette boîte suffit à donner le frisson. D’autant plus lorsque l’on devine l’identité du mystérieux donateur, qui se présente comme Richard Farris – les lecteurs aguerris de Stephen King auront leur petite idée de qui se cache derrière ce pseudonyme !

Certains lecteurs y ont vu la métaphore de la fameuse « boîte à boutons » nucléaires que les grands de ce monde ont en charge – et la perspective terrifiante offerte lorsque le « possesseur » du moment semble dangereusement incontrôlable.

Métaphore politique soulignant les angoisses d’une partie des Américains sous la présidence de Donald Trump, récit initiatique terrible d’une petite fille qui grandit trop vite à cause d’une responsabilité énorme, ou simple histoire fantastique jouant sur le classique du cadeau à double tranchant offert par une entité par forcément bienveillante, chaque piste est possible. Au lecteur de se faire sa propre idée mais dans tous les cas, cette novella fonctionne très bien et offre ce petit frisson attendu lorsqu’on lit une oeuvre du maître.

Éditions Le Livre de poche, 155 pages, 2018

Publicités

3 réflexions sur « Gwendy et la boîte à boutons, Stephen King et Richard Chizmar »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.