Élévation, Stephen King

Quatrième de couverture

Dans la petite ville de Castle Rock, les rumeurs circulent vite. Trop vite.
C’est pourquoi Scott Carey ne veut confier son secret à nul autre que son ami le docteur Bob Ellis. Car avec ou sans vêtements, sa balance affiche la même chose, et chaque jour son poids diminue invariablement. Que se passera-t-il quand il ne pèsera plus rien ?
Scott doit également faire face à un autre problème : les chiens de ses nouvelles voisines ont décidé que sa pelouse était le lieu idéal pour faire leurs besoins. Entre le couple et Scott, la guerre est déclarée. Mais lorsqu’il comprend que le comportement des habitants de Castle Rock, y compris le sien, envers les deux femmes mariées met en péril le restaurant qu’elles ont ouvert en ville, il décide de mettre son « pouvoir » à contribution pour les aider.

Mon avis

Après Gwendy et la boîte à boutons, Stephen King nous gratifie d’une autre novella. Mais malgré sa brièveté, Élévation se lit avec délectation.

Scott Carey a un problème. Lorsqu’il se pèse, sa balance affiche invariablement le même poids, quel que soit le nombre d’objets transportés dans ses poches. Il s’ouvre à son ami médecin de ce secret, ne sachant quelle raison peut bien occasionner cette étrange perte de poids. Car plus les jours passent, plus il se sent léger, malgré l’indication contraire de sa balance.

L’autre problème de Scott, c’est le fait que les chiens de ses nouvelles voisines qui viennent souiller sa pelouse. Nouvelles voisines d’un abord peu facile et qui ont ouvert récemment un restaurant, boudé par la population de Castle Rock, peu ouverte à la présence de ce couple de femmes.

Le décor et les personnages sont désormais plantés ! Qu’est-ce donc qu’Élévation ? C’est une histoire entièrement dénuée d’horreur, ce qui est assez rare chez Stephen King pour être noté. Une histoire douce-amère, mais au fond positif. Une histoire qui montre, une fois de plus, que Stephen King est aussi à l’aise dans le registre du fantastique léger, humaniste que dans l’horreur.

Une histoire qui promeut le respect d’autrui, la tolérance et la solidarité dans l’Amérique de Donald Trump, autant dire une histoire lumineuse plus que bienvenue. Scott est attachant, il s’efforce de faire au mieux. Il saura trouver comment faire tomber la barrière qui le sépare de ses voisines – barrière dont il comprendra bien vite la raison.

Le final est mélancolique, apportant une touche de tristesse à cette belle histoire. Mais reste en souvenir cette sympathique lecture, d’autant plus recommandée en ces temps troublés par l’homophobie (qui ne se cantonne pas aux États-Unis, hélas).

Éditions Le Livre de poche, 160 pages, 2019

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :