Hazel Wood, Melissa Albert

Quatrième de couverture

« Ne t’approche sous aucun prétexte d’Hazel Wood. »
Ces quelques mots, laissés par la mère d’Alice juste avant son enlèvement, scellent à tout jamais le destin de la jeune fille.
Hazel Wood, la résidence légendaire d’Althea Proserpine, auteure des célèbres Contes de l’Hinterland. Hazel Wood, d’où semblent s’échapper des personnages inventés par Althea. Hazel Wood, où sa petite-fille, Alice, va devoir s’aventurer. Hazel Wood, dont personne ne revient jamais.
Et si Hazel Wood était bien plus qu’un simple manoir ? Un leurre ? Une porte d’entrée sur un autre monde ? Et si Alice était bien plus qu’une simple New-Yorkaise ? Une princesse ? Une tueuse ?
Il était une fois… Hazel Wood.

Mon avis

Hazel Wood a fait partie de mes semi-coups de coeur de l’année 2018. Pourquoi semi ? Je vais y revenir plus loin.

Je n’aurais sans doute jamais eu connaissance de ce livre si je ne l’avais pas vu passer sur le Net – je ne me rappelle plus quelle personne avait parlé de cette lecture sur son blog ou son Twitter, mais toujours est-il que la couverture – délicieusement foisonnante – comme le résumé m’avait interpellée.

Fin 2018, donc, je me lance enfin dans sa lecture. Lecture que j’entame dans le train. L’histoire est celle d’Alice, jeune fille en perpétuelle errance avec sa mère. Les deux femmes espèrent cependant se fixer enfin lorsque la mystérieuse grand-mère, une autrice célèbre de contes, décède. Dès lors, d’étranges et inquiétants événements se produisent, jusqu’à pousser Alice à enfreindre l’interdit que lui avait fixé à sa mère : ne jamais, jamais approcher du domaine où vivait sa grand-mère.

J’ai très vite été happée par cette histoire. Il faut dire que j’avais de quoi être séduite ! L’autrice, Melissa Albert, a puisé dans les contes de fées (les originaux, ceux des frères Grimm, ceux des temps où les contes n’étaient pas pour les enfants et recelaient nombre d’aspects sombres). Non seulement cela, mais elle utilise ce riche terreau pour concevoir son univers, jusqu’à en extraire un conte original : Hazel Wood.

J’ai adoré découvrir les contes de l’Hinterland, imaginés par Althea. J’ai adoré glisser, aux côtés de l’héroïne, de la familiarité de nos villes urbaines à l’étrangeté magique des royaumes féeriques. J’ai adoré découvrir les inquiétantes figures féeriques qui dansent autour d’Alice. Et surtout, j’ai adoré suivre le cheminement de cette jeune fille, qui va de découverte en découverte, qui scelle son destin sans le savoir lorsqu’elle se rend à Hazel Wood.

Ensorcelée ? C’est le sentiment que j’ai ressenti au fil de la première partie du livre. Je m’en suis vraiment arrachée de mauvaise grâce, lorsqu’est arrivée l’heure de changer de train. J’étais dans une sorte de torpeur, comme encore embrumée de toute cette magie. Et lorsque je me suis replongée dans le livre, pour la dernière partie, je n’ai pas réussi à retrouver cet envoûtement. Est-ce parce que ce fameux changement de train, en me tirant brutalement hors de ma fantastique lecture, m’a coupée dans mon élan ? Est-ce que parce que le final tient un peu trop du soufflé qui s’effondre ?

Pourtant, Hazel Wood est une très belle variation autour d’un thème commun à la féerie (je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler). Une véritable ode aux contes dans ce qu’ils ont de plus sombres mais aussi de plus riches en terme d’enseignements. Alice suit réellement tout un parcours initiatique, à l’instar de tous ces héros et toutes ces héroïnes de contes. Elle sortira changée de tout ce qu’elle va vivre. Changée, grandie. Mûrie.

Mais cette seconde partie où j’ai eu la sensation de manquer de la magie de la première fait que, pour moi, Hazel Wood est un semi-coup de coeur.

Il n’empêche, je me jetterai sans aucune hésitation dans la suite de ce roman, suite annoncée en V.O. pour l’année 2020. Je sais d’avance que je vais adorer retourner là-bas, dans les féeriques mais dangereuses contrées d’Hinterland…

Éditions Milan, 384 pages, 2018

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :