Entretien avec Sushina Lagouje

Vous allez me dire que je n’arrête pas avec les interviews des autrices de la Ligues des Écrivaines Extraordinaires. C’est vrai. Il est vrai aussi que je suis particulièrement emballée par le concept de cette collection 😀 Des autrices modernes, qui mettent en scène des autrices ayant marqué la littérature de leur empreinte face à des monstres légendaires… Il faut dire que ça en jette, non ?

Si le projet en lui-même est en bonne voie de concrétisation, trois autres romans pourraient s’ajouter aux cinq initiaux en cas de débloquage du palier concerné. Sushina Lagouje est l’une des autrices de ces trois romans bonus. Elle a accepté de répondre à mes indiscrètes questions 🙂

Tout d’abord, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je me nomme Sushina Lagouje, je suis une entité pseudo-humaine âgée de trente-trois de vos… comment dites-vous déjà… ah oui, années. Mes missions sont multiples : le jour, j’enseigne des abominations aux petits d’hommes, la nuit, j’écris des chroniques odieuses ou des romans pour finir de pervertir l’Humanité. C’est dire si je suis occupée !

Comment as-tu rejoint La Ligue des Écrivaines Extraordinaires ?

C’était les vacances, j’avais perdu mes ouailles et j’errais donc comme une âme en peine dans mon manoir vide, tentant, dans mon désœuvrement, de créer une ligue maléfique entre les chats, les araignées et les chauves-souris. Peine perdue : les chauves-souris mangeaient les araignées avant de se faire dévorer par les chats. Prise d’une colère indomptable, j’avais résolu d’exterminer tous les chats de la surface de la Terre quand une voix grave se fit entendre et me morigéna vertement. C’était Démona bien sûr ! Elle m’ordonna de cesser mes enfantillages et me confia un noir projet beaucoup plus palpitant…

Qu’est-ce qui t’a plu dans ce projet ?

Tout. J’étais comme une folle, crachant par le nez et les oreilles une vapeur soufrée. J’aimais l’aventure, le voyage dans les ténèbres à la rencontre de monstres mythiques, mais aussi cette puissance supplémentaire qu’on allait pouvoir insuffler à nos héroïnes.

La Ligue propose des romans mettant en scène des autrices classiques luttant contre des monstres légendaires (parfois issus de leurs propres œuvres). Peux-tu nous parler de ton roman en particulier, de son autrice-personnage et de son adversaire ?

Avec ce projet, j’avais très envie de venger Virginia Woolf de sa vie souvent terrible, des préjugés qu’elle a subis. C’est une femme que tout le monde a toujours essayé de contrôler, de juguler sous prétexte qu’elle était malade. C’est une thématique qui me touche de près et j’ai eu envie de faire exploser pour elle tous ces verrous à l’aide d’une bonne dose de TNT et de ma plume bien sûr ! Face à elle se dresse Rhan-Tegoth, magnifique monstre lovecraftien issu de la nouvelle « L’Horreur dans le musée ». C’est une espèce de crabe géant mais avec un tentacule (parce que sans tentacule, la vie est nulle, tu sais !) lui permettant de drainer ses victimes comme ton gamin avec sa paille et la briquette de jus de fruits. Tu entends le bruit de succion à la fin ? Oui ? Ben imagine ça avec un corps humain. Quelle classe, n’est-ce pas ?

En 1913, atteinte de dépression, harcelée par ses proches et ses médecins, Virginia Woolf s’enfuit en secret pour rallier la Cornouailles et sa lande mystérieuse, paysage magnifié de son enfance où elle espère trouver un peu de répit. Elle n’imagine pas alors être observée, suivie constamment, au cœur d’un monstrueux complot visant à réveiller une terrifiante créature. Alors que la mer déchaînée et les vents glacés se liguent contre elle, seule une alliance inattendue pourra sauver Virginia Woolf…

Quelle est ton autrice classique favorite et pourquoi ?

Alors voyons, ça dépend de mes « phases ». Petite, j’étais fascinée par Jane Eyre ou la petite Fadette. J’ai dévoré George Sand.
Plus tard, j’ai adoré Emily Brontë, Jane Austen et Agatha Christie parce qu’elles sont là où on ne les attend pas, parce qu’elles osent se détourner du rôle restreint qui leur était dévolu. Elles mettent les mains dans tout ce que la société a de plus laid et de plus sale ; la haine, le crime, l’hypocrisie…
J’ai vraiment hâte de découvrir ce que mes consœurs ont fait de certaines de ces écrivaines-héroïnes !

As-tu un monstre légendaire chouchou ?

Question épineuse… je suis décidément une créature volage. Je vais te dire, plus c’est dégoûtant et suintant, plus j’aime ! J’ai une prédilection pour les momies (coucou Nelly !) que je pouvais contempler des heures durant au British museum. Néanmoins, j’aime aussi énormément les tentacules poisseux. Huuum, cette odeur de poisson pourri, cette succulente succion quand un tentacule hostile se pose sur notre cou… Euhm, pardon. Les monstres lovecraftiens sont géniaux aussi, toujours dans la surenchère et ça, les excès, le trop-plein, ça me parle.

La question-piège : quel est ton livre préféré ?

C’est pareil, ça change tous les six mois ; j’ai des élans d’enthousiasme délirant réguliers pour tel ou tel livre. Parmi mes préférés, je peux te citer À Rebours de Huysmans, Le Horla de Maupassant, Le Portrait de Dorian Gray de Wilde, Les Hauts de Hurlevent de Brontë, Simetierre, de King. Que des chocs littéraires, des coups de cœur qui ont compté pour moi.

Pour finir, aurais-tu un ou des conseils à donner à d’autres autrices ?

Je ne me permettrais pas ; je suis constamment dans le doute moi-même. L’écriture est un processus à la fois exaltant et douloureux, j’ai la constante impression d’être sur un fil, je suis très dure avec moi-même, je m’insulte beaucoup en écrivant… Donc je ne conseillerais ça à personne ! Tu vois, même les créatures maléfiques manquent de confiance en elles parfois !

Merci pour tes réponses et à bientôt, au détour d’un livre ! 🙂

3 commentaires sur « Entretien avec Sushina Lagouje »

  1. Interview super intéressante ! J’avais peur que si le dernier pallier ne soit pas atteint les livres ne soient pas édités, car ils me faisaient aussi super envie ♥

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :