Entretien avec Cat Merry Lishi

Alors que la campagne Ulule de la Ligue des Écrivaines Extraordinaires touche à sa fin, voici un nouvel entretien avec l’une de ses autrices 😉

Bonjour Cat Merry Lishi, bienvenue sur ce blog et merci d’avoir accepté de répondre à mes questions ! 🙂 Tout d’abord, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Eh bien, je demeure volontiers un peu mystérieuse, n’ayant pas beaucoup le temps de parler de moi. Je suis une lectrice boulimique et éclectique depuis l’enfance, j’aime les mots comme des notes de musique, pour leur dessin sur le papier et leur son quand on les prononce. Une fois assemblés, ils racontent des choses que l’on voit, sent et entend : c’est assez extraordinaire, non ? Et donc, un jour j’ai écrit pour les éditions Moltinus/Les Saisons de l’Étrange : un roman, La Conjuration des fous et une nouvelle, « Défi à l’institut », présente dans le teaser, les deux dans l’univers d’Imago. Toujours dans la série, un autre roman et une autre nouvelle, celle-ci pour l’anthologie « spécial Noël », paraîtront bientôt. Et à présent, je me suis emparée de Mary Shelley pour la Ligue. À moins que ce soit le contraire. 🙂

Comment as-tu rejoint La Ligue des Écrivaines Extraordinaires ?

J’étais déjà sur place, avec mon Institut et mes chimères, alors l’équipe m’a proposé naturellement de m’occuper de la chimère de Mary Shelley, plus scientifique.

Qu’est-ce qui t’a plu dans ce projet ?

Mary Shelley, une femme réellement extraordinaire dans la vie et dans la littérature. Depuis que son roman existe, il a inspiré de nombreuses adaptations sur tous les supports culturels, les récits, mais aussi le cinéma, la bande dessinée, etc. Prendre la suite de tous ces artistes pour écrire un pulp extravagant était irrésistible, une sorte de contribution modeste au mythe et un hommage à la femme libre.

La Ligue propose des romans mettant en scène des autrices classiques luttant contre des monstres légendaires (parfois issus de leurs propres œuvres). Peux-tu nous parler de ton roman en particulier, de son autrice-personnage et de son adversaire ?

Alors que leurs opinions progressistes leur ont déjà occasionné une foule de problèmes, Mary Shelley, enceinte, et son mari, le poète Percy Shelley, vivent de durs moments après la perte de leurs deux aînés. Dans cette ambiance sinistre, l’écrivaine apprend que le monstre de son Frankenstein n’a rien de fictif. Pire, il n’est pas mort et la menace, toujours décidé à supplanter l’humanité. Cependant, s’il croyait terroriser aisément une faible femme prête à accoucher, il tombe sur un os avec Mary. Une femme qui a affronté la société victorienne pour lui arracher sa liberté n’a peur de rien !

J’ai beaucoup aimé renverser la situation du sauveur et attribuer à Mary Shelley le rôle de la protectrice de son poète et du monde. L’intellectuelle retrousse ses jupes et s’engage dans la lutte au risque de sa vie et de celle de son futur enfant, pour répondre au devoir de sauvegarde du bien comme elle le conçoit, quoiqu’il lui en coûte dans ce choix terrible.

Quelle est ton autrice classique favorite et pourquoi ?

Une question trop difficile, en élire une seule parmi toutes me donnerait l’impression d’être une littéraire-traître. En ce moment, Mary Shelley est le centre de toutes mes attentions, mais demain… Je peux répondre à pourquoi ne pas en avoir une favorite : chacune possède une particularité qui la rend unique et indispensable à ma joie de lire.

As-tu un monstre légendaire chouchou ?

Le sphinx, qui est aussi une sphinge, un être bisexué et animal autant qu’humain, une énigme vivante qui règle le destin de ceux qui osent l’affronter. Mais « chouchou » n’est pas adapté, la créature est effrayante. Alors, les bacchantes et les faunes pour leurs sauvages délires psychédéliques et leur amour inconditionnel de la nature, je leur pardonne la cruauté de quelques bavures.

La question-piège : quel est ton livre préféré ?

Piteusement, pour être honnête, je dois répondre encore que je ne sais pas. Le dernier lu en attendant le prochain. Oui, c’est une pirouette, désolée. Mais je peux dire que mes lectures de camarades m’ont beaucoup plu : Espérer le soleil de Nelly Chadour ou le roman d’Élisabeth Ebory, La Fée, la pie et le printemps, et toute l’anthologie de SOS Terre & Mer dirigée par Mérédith Debaque et Christine Luce, une publication humanitaire avec un sommaire remarquable de nouvellistes de la SFFF.

Pour finir, aurais-tu un ou des conseils à donner à d’autres autrices ?

De prendre plaisir à écrire, d’abord. C’est essentiel, avant toute suite incertaine, d’être heureuse d’aligner des mots.

Merci pour tes réponses et à bientôt, au détour d’un livre ! 🙂

2 commentaires sur « Entretien avec Cat Merry Lishi »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :