Le bal des ombres, Joseph O’Connor

Quatrième de couverture

1878, Londres. Trois personnages gravitent autour du théâtre du Lyceum : Ellen Terry, la Sarah Bernhardt anglaise ; Henry Irving, célèbre tragédien shakespearien ; et Bram Stoker, futur auteur de Dracula. Loin d’une légende dorée, la destinée de Stoker se révèle chaotique. Dans ce livre inventif, Joseph O’Connor utilise toutes les ressources du romanesque. Le lecteur tombe sous le charme de la repartie cinglante d’Ellen, des caprices tonitruants de Henry et de ce comte mystérieux tapi dans l’imagination de Bram.

Mon avis

La première chose qui m’a attirée vers ce livre, c’est sa couverture. Bleu de nuit, mystérieuse et surréelle, avec cette femme portant un croissant de lune sur un plateau et le Londres du XIXe – tout du moins, j’imagine que la scène qui transparaît sous sa robe est celle d’une rue londonienne du XIXe siècle. La seconde, c’est sa quatrième de couverture. Y est mentionné Bram Stoker et cela a suffit à me faire acquérir l’ouvrage ! Je ne connaissais ni Henry Irving, ni Ellen Terry, mais la simple évocation du célèbre auteur de Dracula avait déjà aiguisé ma curiosité.

Autant vous prévenir de suite, même si l’auteur, lui, ne le fait qu’à la fin : il s’agit là d’une fiction historique, autrement dit une biographie romancée, autrement dit encore la fiction se mélange tellement avec les faits historiques, de telles libertés sont prises avec l’Histoire que l’ouvrage doit s’approcher davantage comme un roman que comme un livre précis sur certains moments de la vie de nos trois artistes.

L’avertissement posé, je dois dire que la quatrième de couverture n’a pas menti ! En lisant Le bal des ombres, je me suis retrouvée plongée dans le bouillonnant Londres artistique de cette époque ! La majorité de l’intrigue tourne autour du fameux Lyceum, théâtre où vont travailler, se croiser, s’aimer, se détester, s’apprécier les acteurs Henry Irving et Ellen Terry ainsi que l’écrivain Bram Stoker (même s’il ne connaîtra pas le succès de son vivant). Autour d’eux graviteront quelques têtes connues (Oscar Wilde) et, en arrière-plan, plane la menace de Jack l’Éventreur.

Au fil du texte, on rencontre également, ici et là, des traces de la présence du célèbre comte buveur de sang qui a fait rentrer Bram Stoker au panthéon des auteurs classiques de fantastique. Tout cela recrée le formidable chaos qui entoure inévitablement un travail créatif ; le bazar de la préparation d’une pièce de théâtre avant la transfiguration, sur scène, de l’histoire par toute l’équipe qui y a travaillé ; le besoin de solitude de l’auteur pour se mettre à son ouvrage et comment ce qu’il vit, observe, éprouve, bouillonne dans son inconscient telle une potion de sorcière dans un chaudron, avant de pouvoir être couché sur le papier.

Les trajectoires de nos trois têtes connues sont également dépeintes – de manière romancée, bien évidemment – et forment une description douce-amère de leurs différentes destinées. La dernière partie, particulièrement, est à la fois triste et attachante. Personnellement, les dernières pages m’ont laissée le coeur un petit peu serré, je l’avoue. Joseph O’Connor a su décrire fort bien tant la jeunesse que les dernières années de ses illustres personnages.

L’histoire est également servie par une plume dont je me suis régalée ! De nombreux passages aux métaphores inhabituelles, poétiques, frôlant le réalisme magique, côtoient des répliques plus truculentes. Entre descriptions imagées et répliques pleines de gouaille, Joseph O’Connor joue sur un bel équilibre et casse régulièrement le rythme en glissant des lettres fictives ou des retranscriptions d’interviews ou de journaux intimes. Un procédé qui, loin de sortir du texte, permet de garder en éveil un lecteur qui pourrait autrement être hypnotisé par les descriptions si métaphoriques et pourtant ancrées dans tous nos sens qui émaillent le récit. J’ai du noter plusieurs citations, tellement les phrases qui m’ont marquée sont nombreuses.

Pour résumer, je n’ai pas regretté une seconde cet achat imprévu en ce début d’année !

Éditions Rivages, 462 pages, 2020

Cette lecture s’inscrit dans le challenge XIXe organisé par Alphonsine (validation du sous-menu L’atelier de Toulouse Lautrec du menu Scènes de la vie de Bohème).

4 réflexions sur « Le bal des ombres, Joseph O’Connor »

    1. J’aime bien ce que tu écris sur ce roman que j’ai moi aussi apprécié. L’atmosphère recréée par O’Connor a vraiment quelque chose de magique et il arrive à nous faire voyager dans le temps 😉 (le lien de ma cririque est au dessus d’ailleurs)

      1. Merci d’avoir mis un lien vers ma critique ! 🙂 Du coup j’en ai profité pour découvrir la tienne ^^ Comme tu dis, l’auteur a su recréer l’atmosphère de l’époque comme de tout ce bouillonnement artisitique. Un chouette bouquin ! 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.