Ce que murmure la mer, Claire Carabas

Quatrième de couverture

L’histoire de la sirène qui aimait l’homme n’a pas d’âge, l’impossibilité de cette pulsion se noue à la manière des grandes tragédies et étouffe inexorablement l’héroïne.
Pourtant, quand Galathée aperçoit Yvon, solitaire sur son bateau à voiles, l’amour la foudroie et la pousse à toutes les folies.
Eperdue, désespérée, animée par un espoir aveugle, elle parvient à se faire une place dans la vie du jeune marin, mais qu’en est-il de son coeur?
Redécouvrez le conte d’Hans Christian Andersen à travers les témoignages des amants empêchés et vivez le drame comme jamais vous ne l’avez exploré : de l’intérieur.

Mon avis

Les éditions Magic Mirror ont pour spécialité la réécriture de contes. Avec Ce que murmure la mer de Claire Carabas, c’est l’histoire de La Petite Sirène de Hans Christian Andersen qui est reprise.

Une jeune sirène fascinée par la surface et le monde terrestre est subjuguée par un marin qu’elle a aperçu. Décidée à tous les sacrifices pour le retrouver, elle se rend auprès de la sorcière seule capable de lui donner des jambes. Yvon, qui réalise une course en solitaire, croit perdre la tête en apercevant, le temps d’une seconde, une jolie sirène. Mais un drame durant la course et l’impossibilité de retrouver la sirène à l’origine de sa vision le plonge dans la dépression et l’amertume lors de son retour à terre. Lorsqu’il secoure une jeune femme échouée, muette, peut-être pourra-t-il retrouver un peu de joie de vivre…

Si vous connaissez bien le conte originel, vous savez que son final est amer. Dans Ce que murmure la mer, on se doute assez vite que l’autrice respectera ce non-happy end. Elle ira même plus loin, mais je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler !

Dans un style très fluide, Claire Carabas parvient à dépeindre toute la magnificence comme la cruauté du monde marin. En alternant les points de vue de la sirène et du marin, elle rend compte également du fossé qui sépare ces deux univers. Entre Yvon, très rationnel, qui refuse de laisser le merveilleux s’immiscer dans sa vie, et la sirène (qu’il nommera Galathée) qui n’a aucune idée dont fonctionne notre monde moderne et n’a pas moyen de communiquer (ses jambes lui ont coûté sa voix de bien cruelle manière et elle ne sait ni lire ni écrire), la communication est très difficile. Comment, alors, permettre l’épanouissement d’un lien amoureux ?

Loin d’être une bluette sentimentale, Ce que murmure la mer est un conte cruel qui souligne les effets du refus de croire au merveilleux même quand il se tient devant soi, la différence insurmontable entre monde marin et terrestre, les effets de la pollution, également, et des secrets familiaux comme des interdits violents (la punition de la sirène, qui se retrouve cloîtrée dans sa chambre par son propre père, est violente). La dépression d’Yvon permet aussi d’aborder les effets psychologiques de la perte d’un proche comme d’une longue course en solitaire, en mer.

Si vous adorez les sirènes, les contes de Hans Christian Andersen, les romans plus amers que doux, je ne peux que vous recommander Ce que murmure la mer. Il est par ailleurs servi par une magnifique couverture de Mina M. À ne pas lire cependant si vous avez déjà le vague à l’âme.

Éditions Magic Mirror, 2017, 244 pages

Un avis sur « Ce que murmure la mer, Claire Carabas »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :