Sous la lumière d’Hélios, Dominique Lémuri

Quatrième de couverture

2420. Eltanis, planète synchrone en orbite autour de Gliese 581, à vingt années-lumière de la Terre. Une colonie humaine de quelques milliers d’âmes s’y est établie et accueille un nouveau contingent de pionniers. Parmi eux, Clara MacQueen, une jeune télépathe au lourd secret, qui devra se battre pour survivre.

Quels mystères ce monde recèle-t-il sous son crépuscule permanent ? Quelles étranges formes de vie, dangereuses et envahissantes, croiseront la route de Clara ?

Et surtout, qu’est le Vood ?
Pour le découvrir, embarquez pour Eltanis !

Mon avis

Sous la lumière d’Hélios est le premier roman de Dominique Lémuri. Et quel roman ! Cela faisait longtemps que je suivais de loin les péripéties de l’autrice autour de la rédaction de ce texte. J’étais certaine que j’allais apprécier sa prose, une fois son livre paru. Et je ne me suis pas trompée !

Nous suivons Clara MacQueen, jeune télépathe au passé tragique, qui vient tout juste de s’éveiller d’hibernation. Elle est à bord d’un vaisseau spatial, parti coloniser Eltanis, une planète habitable. Mais quand le vaisseau, commandé par Suria N’Diaye, approche de la planète, les futurs colons découvrent que, quelques années après leur départ, un bond technologique de l’Humanité a permis l’envoi de colons. Colons dont la technologie de déplacement, plus rapide, sont arrivés une trentaine d’années avant eux ! Ajoutez à cela la présence d’un organisme intelligent vivant en symbiose et une scission au sein des colons déjà présents et vous aurez le bon point de départ de Sous la lumière d’Hélios.

Véritable planet-opera et roman d’aventure, le récit s’avère accrocheur dès le début. Malgré un temps d’acclimatation pour mieux comprendre le fossé technologique entre les deux populations de colons, j’ai très vite été prise dans le roman. Seule la fatigue – ou les obligations – m’obligeait à poser le livre. Je voulais explorer la planète, mieux connaître ses habitants – colons ou espèce un – savoir ce qui allait se passer ensuite, ce que les personnages allaient traverser…

Dominique Lémuri dépeint de façon vivante ses personnages, nous entraîne dans leurs péripéties avec fluidité. Le drame n’est jamais loin, dans un tel contexte, et j’ai tremblé plus d’une fois pour nos héros !

Malgré son aspect distrayant en apparence, le roman pose, l’air de rien, des questions intéressantes sur l’acceptation de l’autre, la collaboration, l’écologie…

J’ai passé un très bon moment de lecture avec Sous la lumière d’Hélios ! Son épaisseur ne m’a gênée en rien, tant l’autrice sait maintenir un rythme régulier, entre scènes d’action et de réflexions, moments de tendre pause et rebondissements tragiques.

Cerise sur le gâteau, le livre dispose d’un carnet de magnifiques croquis à la fin !

Si vous cherchez un planet-opera aux personnages vivants ; au récit à la fois plein d’aventures et de profondeur, Sous la lumière d’Hélios répondra à vos attentes !

Éditions Armada, 2020, 466 pages

1 réflexion sur « Sous la lumière d’Hélios, Dominique Lémuri »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.