Anne de Green Gables, Lucy Maud Montgomery

Quatrième de couverture

Magnifiquement écrit, construit autour d’une héroïne parfaitement imparfaite, féministe involontaire et romantique impénitente, ce roman empreint d’humour et de poésie est bien plus que la vie d’une orpheline qui va bousculer le calme de son nouveau foyer. C’est un autre monde, fait d’une nature enchanteresse, de joie de vivre et d’idées saugrenues, qui se déploie à travers les yeux de l’incroyable Anne Shirley. Littérature solaire et intemporelle, ce roman unique est une parenthèse magique, un souffle chargé d’énergie, un élan à vivre pleinement nos amitiés et nos passions.

Mon avis

Ce livre a été lu dans le cadre d’un service presse. Merci aux éditions Monsieur Toussaint Louverture ainsi qu’à Babelio pour leur confiance !

Avant de me lancer dans une chronique du livre, je dois vous raconter une histoire. Lorsque j’étais plus jeune, j’ai regardé un jour un téléfilm avec ma mère. Ce téléfilm, c’était Le bonheur au bout du chemin. J’ai adoré l’histoire de cette petite orpheline rousse, rêveuse, maladroite, mais tellement positive ! Ce n’est que plus tard, bien plus tard, que j’ai appris que le téléfilm en question était adapté d’une série de romans écrits par Lucy Maud Montgomery, série considérée comme un véritable classique de la littérature jeunesse dans les pays anglo-saxons. Hélas, les traductions françaises étaient difficilement disponible au format papier quand j’ai découvert cela. J’ai ensuite visionné – et adoré – la série télévisée Anne with an E, qui adapte les mêmes romans. C’est donc avec un grand bonheur que j’ai appris que les éditions Monsieur Toussaint Louverture rééditaient ce classique, dans une traduction revue et corrigée pour l’occasion, et surtout un écrin à la hauteur de cette splendide histoire !

Tout cela, c’est pour vous dire que oui, je connaissais certains épisodes iconiques du récit alors que je n’avais encore jamais lu le livre. Ayant adoré les films et séries, je partais aussi avec un a priori positif sur l’ouvrage. Ai-je déchanté ? Est-ce que les adaptations valent mieux que le livre ?

La réponse est non, bien sûr que non ! Anne de Green Gables est une merveille ! Je regrette de ne pas l’avoir lu plus tôt ! Mais, dans le même temps, je suis heureuse de l’avoir lu dans cette édition. Reliée, cousue, sous une magnifique couverture aux couleurs du récits, avec des notes de la traductrice permettant de saisir les références littéraires ou celles, intrinsèques à l’époque, de l’autrice.

Parlons maintenant du texte, parce que c’est tout de même le principal ! La plume de Lucy Maud Montgomery, si elle peut avoir par moment un côté suranné, n’a nullement souffert le passage des ans. Elle reste très agréable à lire même pour un lecteur ou une lectrice contemporain ! Le décor où évolue Anne – l’île du Prince Edward, la communauté d’Avonlea – est décrit avec beaucoup de poésie. Cela donne envie de grandes promenades en pleine nature, de s’arrêter pour admirer le passage des saisons ou la course du soleil au fil de la journée. Une bouffée fort bienvenue à notre époque où tout va trop vite et où le lien entre l’Homme et la Nature est si distendu qu’il menace de se briser.

L’histoire d’Anne est touchante. Cette petite orpheline maladroite, à l’esprit romantique, atterrit par erreur chez Marilla et Matthew Cuthbert, soeur et frère qui ne se sont jamais mariés et habitent toujours la ferme familiale. Ils vont former des parents atypiques pour Anne, et lui offrir l’amour et l’éducation dont elle avait besoin. Anne, malgré ses bêtises, malgré ses éclats de caractère (la scène de l’ardoise ❤️) saura conquérir la communauté par son bon coeur et son sens pratique. Et trouver définitivement sa place dans le coeur des lecteurs et lectrices !

Car comment ne pas aimer cette fillette qui embrasse les menus événements de la vie avec toute la passion d’une personne résolue à éprouver les choses ? Comment ne pas s’attendrir face à ses progrès, comment ne pas se rappeler ses propres peines et joies d’enfant, lorsqu’elle se retrouve confrontée aux conséquences de ses bêtises ou à l’incompréhension des adultes face à ses idées romantiques ?

Les chapitres défilent facilement, pourtant le récit ne fait que raconter comment, dans un bon foyer aimant, une orpheline s’épanouit et devient une adolescente certes toujours rêveuse mais éduquée, qui a pu étudier, qui s’est construite en harmonie avec elle-même sous le guidage bienveillant, même si maladroit, de ses parents adoptifs. Les événements qui parsèment le récit paraissent insignifiants mais c’est la façon dont ils sont perçus, pour Anne comme pour cette communauté agricole du XIXe siècle, qui leur donne toute leur importance.

Malgré son apparente simplicité, le roman offre, tout en subtilité, de belles leçons de vie. C’est pourquoi il figure parmi les classiques et touche des générations de lecteurs et lectrices, quel que soit leur âge.

J’ai adoré découvrir et redécouvrir l’histoire d’Anne. J’ai lu l’ouvrage rapidement, avide de replonger dans son atmosphère douce et chaleureuse, avide de retrouver Anne. J’ai lu le roman avec un sourire aux lèvres, car Anne de Green Gables est un roman réconfortant, un roman lumineux. L’illustration de couverture est parfaitement trouvée pour ce premier volume, avec sa lumière cuivrée et son personnage tourné vers l’avenir. Ce paysage nu où des fleurs pointent leur nez, comme l’espoir d’une vie meilleure pour la petite Anne qui ignore encore si la stricte Marilla (qui cache bien son coeur tendre) voudra bien d’elle.

Si vous connaissiez les adaptations, foncez ! Vous retrouverez avec bonheur votre héroïne préférée. Si vous ne connaissiez pas du tout l’histoire, foncez aussi ! C’est une lecture parfaite pour l’automne ou l’hiver, pour se réchauffer l’âme, pour retrouver un regard émerveillé sur tous les trésors que nous offre la vie.

Les éditions Monsieur Toussaint Louverture prévoient de sortir les autres volumes, le second étant attendu pour février 2021. J’ai hâte de le découvrir et je ne doute pas que je passerai, à nouveau, un superbe instant de lecture !

Éditions Monsieur Toussaint Louverture, 2020, 381 pages

8 commentaires sur « Anne de Green Gables, Lucy Maud Montgomery »

  1. J’ai l’impression que cette réédition fait le buzz, car il me semble que je n’arrête pas de la voir passer sur IG… ^^
    J’avoue que j’en suis curieuse, car j’ai lu ce roman il y a si longtemps que je m’en souviens à peine ; je me demande ce que j’en penserais avec mon regard d’adulte.

    1. Oui, elle est très mise en avant ! Mais vu la qualité de la reliure et de la couverture, la traduction revue et au top, je pense qu’elle le mérite ! Gros coup de coeur pour ma part !

      1. Rhaaaaa ! Du coup je me tâte : le commander, patienter ?…
        (cette maison d’édition (re)publie vraiment de belles choses, je sens que je vais m’y intéresser de plus près)

      2. Je vais me faire vile tentatrice : commande-le ! En plus c’est vraiment une lecture qui réchauffe le coeur, tout ce qu’il faut en ce moment.

      3. OK, donc je note que c’est l’un des livres à conserver sur la wish-list que je vais pousser auprès de ma libraire (en même temps, ce n’est pas le roman que j’aurais retiré en 1er, surtout que son prix est doux pour un si beau format – je voulais aussi prendre Betty, le livre est superbe mais… 26 € : je pense que là par contre, ça attendra) (bref, il faut que je priorise !).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :