[Le mardi c’est permis !] The Haunting of Bly Manor

J’ai visionné la série à sa diffusion, mais j’aurais mis des mois à rédiger ma chronique, honte à moi !

Après l’angoisse forte de The Haunting of Hill House, c’est avec un grand plaisir (et de délicieux frissons d’anticipation) que je me suis lancée, l’automne dernier, dans le visionnage de The Haunting of Bly Manor. Cette fois, je savais que je n’aurais pas à me cacher les yeux, ni souffrir de bien des nuits blanches. Pour avoir lu Le tour d’écrou, sur lequel se base la série, je savais que l’intrigue surnaturelle reposerait davantage sur la psychologie que sur le malaise.

Tout juste débarquée des États-Unis, Dani est engagée comme enseignante au pair dans une riche famille anglaise. Elle doit s’occuper de deux enfants, orphelins depuis peu, et dont les seules compagnies sont celles des employés de maison. Leur oncle ne se rend en effet quasiment jamais au manoir. Mais Dani, qui semble fuir quelque chose, se rend compte de choses étranges. Les enfants adoptent parfois un comportement déroutant. Le manoir, si vaste et si peu habité, paraît dissimuler des mystères inquiétants dans ses ombres. Et plane aussi le destin tragique de l’ancienne enseignante des enfants, morte noyée dans le lac du domaine…

The Haunting of Bly Manor, comme la novella dont il s’inspire, aborde le thème de la maison hantée sous un angle psychologique, et non pas horrifique comme The Haunting of Hill House. Je m’inquiétais qu’un livre si court soit bien adapté sur autant d’épisodes, mais plusieurs sous-intrigues – absentes du roman originel – apparaissent rapidement et apportent de la profondeur au récit. J’étais d’ailleurs épatée de voir que ces intrigues secondaires, inédites, s’inscrivaient fort bien avec la principale !

J’ai compris pourquoi quand je suis tombée sur cet article*, qui explique qu’en fait, elles sont basées sur plusieurs nouvelles de Henry James. De fait, bien qu’il s’agisse d’histoires différentes, elles abordent toutes le thème du fantôme. Mike Flanagan a bien fait de les rassembler dans la série, et il l’a fait de façon très intelligente, car cela renforce le propos principal (et du coup ça m’a donné envie de lire ces nouvelles ^^)

*attention, spoilers inside ! Lisez l’article (en anglais) après avoir visionné tous les épisodes, sinon vous allez vous gâcher l’intrigue.

Si The Haunting of Hill House reprenait la moëlle de Maison hantée de Shirley Jackson pour aborder le thème du deuil, The Haunting of Bly Manor fait de même mais cette fois, il aborde le thème de l’amour. Car en plus d’être une émouvante (et frissonnante) histoire de fantômes, il s’agit surtout d’une histoire d’amours. Oui, amours au pluriel ! Selon les personnages et les intrigues, la série présente toutes sortes d’amour : l’amour filial, l’amour harcelant, l’amour toxique, l’amour aveugle, l’amour maternel, l’amour adultère, l’amour vrai…

J’ai trouvé l’adaptation magnifique. J’avais déjà salué l’adaptation de Maison hantée, là encore, Mike Flanagan réalise un chef d’oeuvre en reprenant un classique de la littérature fantastique pour le replacer dans un contexte contemporain, avec des thèmes forts, sans en trahir la moëlle.

J’ignore s’il compte adapter d’autres récits classiques de maisons hantées (il y en a !) mais si c’est le cas, je ne doute pas que ce sera réalisé, encore une fois, avec talent ! En attendant, je vous recommande chaudement cette série. Et si vous êtes, comme moi, une petite âme sensible, je vous garantis que The Haunting of Bly Manor est exemple de scènes gores (ce qui n’était pas le cas de Hill House). Vous serez, certainement, vous aussi profondément touchés par cette magnifique histoire de fantômes et de sentiments.

The Haunting of Bly Manor
Réalisée par Mike Flanagan, créée par Mike Flanagan à partir de nouvelles et du roman Le tour d’écrou de Henry James, 2020

Générique

2 commentaires sur « [Le mardi c’est permis !] The Haunting of Bly Manor »

  1. Tu oublies de préciser que si on est une petite âme sensible, en revanche, on va verser quelques litres de larmes 😛

    (cette scène devant le feu de camp, p****n…)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :