La vengeance de Chanur, C. J. Cherryh

Quatrième de couverture

À bord de l’Orgueil de Chanur, Pyanfar et son invincible équipage s’enfoncent toujours plus loin, toujours plus hardiment dans l’espace : l’Épopée de Chanur continue.

Et voici que la belle hani croise à nouveau le chemin de Tully, son ami terrien… Mais pourquoi ses ennemis, les cruels Kifs, les fourbes Mahendo’sat et les insaisissables Knnn, cherchent-ils avec tant d’acharnement à s’emparer de lui ? Quel secret détient donc l’humain égaré au coeur de la Communauté Spatiale interdite ?

Pour l’amour de l’aventure et celui de Tully, Pyanfar Chanur est prête à accepter d’étranges alliances et à relever de terribles défis. Mais l’enjeu est de taille : les humains sont sur le point de se frayer une route dans l’espace communautaire…

Mon avis

J’ignore qui a écrit cette quatrième de couverture, mais clairement, on n’a pas lu le même livre ! « Belle hani » ? Pyanfar aurait grogné à pareil adjectif ! « Pour l’amour de Tully » ? Alors là, elle l’aurait carrément refroidi ! Pyanfar tolère tout juste Tully comme un ami, et la seule affection amoureuse qu’elle pourrait porter, c’est de façon bourrue pour son époux, qu’elle traite avec condescendance puisque, dans l’univers imaginé par C. J. Cherryh, le sexe fort chez les Hanis, ce sont les femmes. Ainsi, tout est inversé et les mâles, traités régulièrement d’hystériques par leurs comparses féminines (un renversement qui fait du bien, quand on est une lectrice !)

La couverture ne rattrape en rien ce résumé pas très juste puisqu’elle est, elle, carrément à côté de la plaque. Venons-en donc au principal : le texte ! Suite directe de L’épopée de Chanur, l’intrigue peine à démarrer. Pyanfar doit libérer sa nièce Hilfy et l’humain Tully des griffes des Kifs. Mais les kifs, une espèce connue pour son comportement belligérant, ont une psychologie retorse, aussi difficile que dangereuse à appréhender. Et quand s’y mêlent d’autres hanis, ainsi que des Mahendo’sat, censés être alliés mais aux motivations curieuses, l’affaire se complique.

Il est toujours plaisant de découvrir plus avant les différentes races extraterrestres de cet univers. Ici, nous explorons davantage la société kif. L’impact de l’arrivée des humains, espèce jusqu’alors inconnue, sur cette Communauté d’extraterrestres est aussi exploré. Une Communauté qui, déjà, rassemble des espèces disparates, parfois tellement différentes qu’elles peinent à se comprendre. Ainsi les Knnn, mystères ambulants. Et même au travers des négociations de Pyanfar avec Sikkukkut, on nous montre que leurs fonctionnements sociétaux respectifs ne sont pas maîtrisés finement – ainsi, les Hanis ne comprennent pas d’emblée le principe de sfik, et les Kifs ne saisissent pas non plus les motivations des Hanis.

Les voyages spatiaux, s’ils ne sont pas détaillés, sont cependant décrits comme épuisants, concernant les sauts, et les avaries techniques ne sont pas ignorées par l’intrigue. Celle-ci souligne aussi, d’ailleurs, les difficultés parfois posées lorsque des vaisseaux pilotés par des espèces fort différentes croisent dans un même secteur – entre oxyrespirants et méthaniens, le fossé de l’incompréhension est grand, tant leur façon de penser diffère !

Malgré ces qualités, le démarrage poussif de l’histoire, les dialogues qui fourrent parfois trop d’informations en même temps dans une géopolitique déjà complexe, le tout dans des langages parfois peu fluides lorsque le personnage qui s’exprime n’est pas Hani, font que plus j’avance dans la série, moins je retrouve le régal éprouvé lors de ma lecture du premier volume – qui se suffisait à lui-même, d’ailleurs.

Par ailleurs, je trouve que ça commence à tourner en rond, Tully ayant déjà été aux mains des Kifs dans le premier tome et Pyanfar qui avait maille à partir avec les mêmes espèces.

Une lecture en demi-teinte, donc, même si elle reste intéressante par la conception des espèces, très fine, et par la société Hani, qui renverse les rapports hommes-femmes pour mieux souligner toute l’aberration et la violence du sexisme ordinaire.

À noter que l’intégralité de la série a été rééditée en deux tomes en 2019, dans une traduction révisée.

Éditions J’ai Lu, 1987, 382 pages.

Cette lecture s’inscrit dans le cadre du challenge Summer Star Wars organisé par RSF Blog.

2 commentaires sur « La vengeance de Chanur, C. J. Cherryh »

  1. Ils sont dans ma PAL depuis toujours ceux ci !
    Etant plus jeune je ne les ai pas lus (ils étaient dans la bibliothèque de mon père) parce que je n’étais pas fan des couvertures. A l’époque il n’y avait pas internet ou autre pour savoir ce qu’il fallait lire en premier 😛

    J’ai tenté l’autrice avec le début de Company Wars mais j’avoue que j’ai eu la mauvais idée d’avoir le premier dans l’édition coupée en deux volume (celle de Opta) et comme la première partie ne m’a pas vraiment impressionnée (c’était long et l’intrigue n’avançait pas vraiment) je n’ai jamais eu la courage de lire la suite. Si j’avais été intelligente j’aurai lu les deux moitié à la suite pour ne pas tomber dans ce problème.

    Résultat maintenant ça me bloque parce que je ne commence en général pas deux séries du même auteur en même temps, et qu’à chaque fois qu’une autre me fait envie je la met de coté en me disant « je la lirais une fois que j’aurais terminé Forteresse des étoiles ». Mais bon, ça fait 3 ans maintenant que j’ai lu la première moitié du livre… du coup il y a peu de chance que je lise la suite un jour x)

    Bref, tout ce blabla pour dire qu’il faut que je me bouge sur cette question pour pouvoir tenter ceux ci !

    1. Tu peux te lancer, le premier volume peut se lire tout seul sans forcément lire les autres tomes (j’ai bien mis 5 ans avant de lire le tome 2, c’est que clairement, pour moi, l’intrigue se bouclait bien dans le tome 1 ! ^^). Il me reste les tomes 4 et 5 à lire, mais je vais peut-être attendre un peu. Le 3 m’a laissé un goût de « tourner en rond » un peu amer… c’est dommage, car les sociétés des races décrites sont passionnantes à découvrir !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :