Anne de Redmond, Lucy Maud Montgomery

Quatrième de couverture

Anne Shirley, qui a désormais 18 ans, poursuit ses rêves d’études supérieures et d’envolées créatives. Et c’est en compagnie de Gilbert Blythe, Charlie Sloane et Priscilla Grant qu’elle découvre Redmond, l’Université de Kingsport en Nouvelle-Écosse. Au programme : cours, écriture, nouvelles rencontres et surtout, toutes sortes de mésaventures ô combien romantiques. Sans oublier les retours à Green Gables pour se ressourcer, entretenir les vieilles amitiés, garder sur le droit chemin un turbulent petit garçon… et recevoir sa première demande en mariage ! Avec toujours autant de style et d’humour, Lucy Maud Montgomery signe de son écriture merveilleuse un charmant trésor littéraire à la fois poétique et tendre sur les joies et les peines du passage à l’âge adulte d’une fascinante jeune fille.

Mon avis

Voici le troisième opus de la saga d’Anne, avec une traduction révisée et une magnifique couverture comme reliure, par les éditions Monsieur Toussaint Louverture (vous pouvez retrouver mon avis de l’opus un et deux). Ma couleur violette étant ma préférée, autant dire que cette couverture m’a complètement ravie ! 🙂

Passons au contenu. Anne part étudier à Redmond, loin de ses Pignons Verts, loin de Marilla, Madame Lynde et des jumeaux Davy et Dora. Mais Redmond va s’avérer riche en aventures ! Il y aura de nouvelles amitiés, une jolie maison surgie d’un rêve, un charmant jeune homme correspondant en tous points à ses rêves de jeune fille romantique, et, bien sûr, Gilbert.

Beaucoup de cours et d’amour dans les pages de ce troisième volume ! Cela n’était pas pour déplaire à mon côté fleur bleue, toujours aussi présent en dépit du temps qui passe. Et c’est logique avec la période du roman – qui se déroule à la fin du XIXe siècle – et l’âge de notre héroïne, qui a dix-huit ans au début du livre (l’histoire s’étale sur les quatre années de ses études).

Bien que l’on sache, nous, lecteurs, qui emportera au final le coeur de notre chère Anne (il faut dire aussi que j’ai de l’avance, ayant vu les téléfilms plus jeune !), la concernée sera bien la dernière à le comprendre. Ah, douces complications sentimentales de la jeunesse !

La plume est comme toujours délicieuse, le moindre paysage prenant des allures enchanteresses, invitant à prendre le temps de savourer ses balades en pleine nature, à savourer chaque moment comme Anne le fait. Les différentes notes de traduction apportent un éclairage intéressant quant aux us et coutumes de l’époque.

À l’instar des volumes précédents, je me suis régalée avec cette lecture que l’on pourrait qualifier de lecture doudou, tant elle est douce et tant Anne observe les choses avec optimisme et romantisme ! Je n’ai qu’une hâte, découvrir le quatrième opus !

Éditions Monsieur Toussaint Louverture, 2021, 334 pages

Cette lecture s’inscrit dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge, menu Automne Douceur de vivre, catégorie Il suffit de se souvenir de rallumer la lumière

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :