Olympia Kyklos t. 2, Mari Yamazaki

Quatrième de couverture

Son village sauvé, Démétrios est bien décidé à retrouver ses vases et ses pinceaux. Le patriarche ne l’entend pas de cette oreille : il en est sûr, Démétrios est l’athlète qui apportera gloire et prospérité à sa communauté ! Aux abois, le jeune homme est à nouveau transporté jusqu’au Japon des Olympiades de 1964. Sa rencontre avec un géant du manga lui permettra-t-elle d’apprendre à concilier sport et art ?

Mon avis

Nous retrouvons Démétrios, ce peintre grec sportif malgré lui, qui se voit transporté régulièrement dans le Japon de 1964, lors des Olympiades. Mais ses aspirations artistiques se heurtent aux désirs du patriarche, qui veut uniquement des vases qui se vendent. Pire : il veut attirer la gloire (et les revenus qui vont avec) sur le village en usant des formidables capacités sportives de Démétrios. Ce dernier n’est guère motivé par tout cela, mais il n’a pas beaucoup de choix : il lui faut bien gagner son pain !

Si j’avais ri aux larmes lors du premier volume, j’ai été surprise par le changement radical de ton dans ce second tome. Mari Yamazaki abord en effet des thèmes sérieux ici, avec le difficile équilibre, pour un créateur, entre son art et les nécessités matérielles. Elle rend aussi un bel hommage à Osamu Tezuka, célèbre mangaka auquel on doit, entre autres, Astro le petit robot, Le roi Léo, Princesse Saphir et bien d’autres oeuvres qui ont marqué des générations. Démétrios le rencontre, ce qui donne lieu à une passionnante discussion sur le but de l’art, sur la pression des délais qui peut être, dans certains cas, positive, sur le fait qu’un créateur ne cherchant que le profit en but premier échouera forcément, l’importance des histoires pour les lecteurs, etc. Autant de réflexions qui m’ont d’autant plus intéressée que je suis autrice !

Ces discussions sont aussi l’occasion pour la mangaka de nous présenter les techniques de dessin utilisées à l’époque, comme celles de la peinture sur vase dans l’Antiquité grecque.

Puis, on retrouve la thématique du sport, dans un lien avec l’art au sujet de la pression : côté création, la pression des éditeurs qui attendent les nouvelles pages du mangake, qui créé à un rythme éreintant. Côté sport, la pression des entraîneurs et sponsors, qui exigent la performance de leur poulain, peu importe les sacrifices. Et les tragédies qui peuvent en découler. Est évoqué ainsi le triste destin d’un athlète japonais…

Je ne m’attendais pas du tout à ce que l’histoire prenne cette sombre tournure, même si cela reste cohérent dans le sujet traité par la mangaka, mais le décalage avec celui du tome 1, placé sous le registre de la comédie, rend cette tragédie d’autant plus frappante.

On sort donc du registre de la comédie avec ce volume, mais on continue de découvrir différentes réflexions autour de l’art et du sport, ainsi que des changements au niveau du dessin qui mettent en valeur les différents styles – celui de Démétrios, celui d’Osamu Tezuka, et celui, enfin de Démétrios lorsqu’il mêle l’influence du manga à son style de dessin antique.

Comme toujours, le dossier final offre des explications passionnantes sur les inspirations et volontés de Mari Yamazaki quant à cette série.

En résumé, si les thèmes sont toujours aussi intéressants et le dessin superbe, le changement complet de registre par rapport au tome 1 m’a pas mal déstabilisée. Je ne sais donc pas trop dans quelle registre se situera le tome 3 : le rire ou le drame ? J’ignore aussi si je poursuivrais la série au-delà du tome 3 : j’ai moins accroché à ce tome 2, et je crains de perdre en intérêt au fil des volumes.

Éditions Casterman, 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :