Lore Olympus t. 1, Rachel Smythe

Quatrième de couverture

Une réécriture contemporaine de l’une des histoires les plus connues de la mythologie grecque : celle de Perséphone et Hadès !

Perséphone, jeune déesse du Printemps, est nouvelle au Mont Olympe car sa mère, Déméter, l’a élevée dans le royaume des Mortels pour la protéger des tentations. Ayant promis à sa mère de devenir une vierge sacrée, elle est autorisée à aller à l’université et à vivre dans le monde glamour et trépidant des dieux. Lorsque sa colocataire, Artémis, l’emmène à une fête, sa vie bascule : elle y fait la connaissance d’Hadès et l’étincelle est immédiate avec le souverain charmant mais incompris des Enfers. Tout s’accélère alors…

Mon avis

Ce livre a été lu dans le cadre de l’opération Masse Critique. Merci aux éditions Hugo ainsi qu’à Babelio pour leur confiance !

J’avais beaucoup entendu parler de cette BD, qui apparemment est un véritable succès sur l’application Webtoon. Le sujet – une relecture contemporaine du mythe d’Hadès et Perséphone – m’attirait, aussi ai-je été ravie d’avoir l’opportunité de pouvoir lire la BD en avant-première, dans sa version papier éditée chez Hugo !

L’ouvrage démarre sur un avertissement de contenu, bienvenu dans le sens où l’histoire met en scène des relations toxiques, des situations de harcèlement et d’agression sexuelles (mais vu qu’il s’agit d’une reprise de la mythologie, et celle-ci foisonnant de ce genre de choses, cela n’a rien de surprenant !). Là où l’histoire prend tout son intérêt, c’est le contexte : Olympe est un environnement contemporain, les dieux dialoguent via smartphone, l’autrice peut ainsi dénoncer les travers de notre propre société sous le prisme de sa revisite du mythe.

Au-delà de ça, les personnages principaux sont attachants. Hadès est traumatisé par son père, pris dans une relation toxique où il est de toute évidence le jouet de Minthe ; Perspéphone est naïve, mais adorable comme tout. Entre eux deux, c’est le coup de foudre immédiat ! Mais c’est sans compter les manigances des dieux, et l’attitude prédatrice de certains d’entre eux…

Rachel Smythe conserve donc la moëlle du mythe pour mieux le transposer aux problématiques actuelles, et le fait très bien ! Si j’avais, durant les premières pages, un sentiment dubitatif, je me suis vite retrouvée à engloutir les pages les unes après les autres, et arrivée à la dernière, j’étais frustrée : je voulais lire la suite ! Signe, donc, que j’ai bien accroché à cette histoire ! 🙂

Le dessin offre des palettes de couleurs associées aux différents personnages, avec une dominance du bleu (Hadès) et du rose (Perpséphone). Il est plutôt doux, ce qui n’atténue pourtant en rien la violence de certaines scènes, bien au contraire.

Pour résumer, Lore Olympus ravira certainement les amateurs de mythologie comme de romances contemporaines, des thèmes assortis d’un regard critique sur les travers de la société, et en particulier les violences (sexuelles ou verbales) qui empoisonnent les relations.

Éditions Hugo, 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :