Lullaby, Cécile Guillot

Quatrième de couverture

États-Unis, années 20.

Hazel aime écrire des histoires horrifiques et rêve de devenir écrivain. Son coeur bat pour sa jolie voisine, Blanche. Mais quand ses parents découvrent ses diverses inclinations, ils s’en indignent et décident de la faire interner à Montrose Asylum.

Là-bas, elle découvre la fougueuse Jo et la fragile Lulla. Toutes les trois vont suivre la mystérieuse berceuse qui s’élève la nuit, les menant au sein d’un jardin abandonné…

Mon avis

Lullaby est l’un des premiers titres parus dans la collection F.nigripes des éditions du Chat Noir, une collection dédiée au format novella. C’est un format que j’apprécie, car parfois je manque de temps ou d’énergie pour m’aventurer dans un roman.

Hazel aime écrire des histoires d’horreur et éprouve des sentiments amoureux pour la fille de sa voisine. Nous sommes dans les années 20, aux États-Unis, et ce comportement lui vaut d’être internée. Hazel découvre des patientes qui, comme elle, ont été placées là par des familles ou des maris désireux de se débarrasser de femmes qui refusent de rentrer dans la case imposée. La nuit, une berceuse résonne dans les couloirs. En la suivant, Hazel découvre un étrange jardin… Rêve ou réalité ?

En quelques pages, Cécile Guillot brosse un récit onirique, souligné de thèmes profonds : les traitements des patients d’asile, l’internement injustifié, la place des femmes dans la société de l’époque… La situation dépeinte est d’autant plus horrible qu’on sait qu’elle est basée sur une réalité historique (une note en fin d’ouvrage explicite d’ailleurs les faits et donne quelques pistes bibliographiques).

Mais la plume de Cécile Guillot, douce et poétique, aborde ces thèmes d’une façon qui nous permet de les deviner. L’horreur avance tapie, nous n’y sommes pas confrontés de front. Étant sensible, j’ai apprécié la manière dont l’autrice ne cache pas la vérité, sans pour autant nous l’asséner avec brutalité. Non, comme dans un rêve qui met mal à l’aise, tout est teinté d’onirisme et narré avec délicatesse. Une délicatesse qui ne retire rien à la force des thématiques traitées, bien au contraire, le contraste entre cette douce plume et l’horreur que l’on perçoit n’en est que plus fort, soulignant l’une comme l’autre.

Le récit suit une mélodie envoûtante, comme une berceuse, et nous voilà pris dans ses rets, lorsqu’il va crescendo. Jusqu’au final. C’est une novella à lire d’une traite, pour mieux ressentir cet effet (ce que son format permet, je l’ai lue en une heure !), et qui s’inscrit parfaitement dans le genre fantastique, teinté d’onirisime.

Le motif du jardin et des papillons reviennent régulièrement, émaillant le récit de leur détail, que ce soit dans l’histoire ou, de façon plus palpable, en illustration sur les pages. Des petits détails symboliques – on peut voir dans la récurrence du jardin l’image du jardin secret, de la psyché de Hazel, et dans celle du papillon de nuit la métamorphose…

Plusieurs extraits de poésies de Renée Vivien ponctuent le récit. Ils m’ont donné envie d’en lire d’autres de cette poétesse, que je ne connaissais que de nom.

En résumé, une lecture que j’ai beaucoup appréciée !

Éditions du Chat Noir, 2021, pages

Cette lecture s’inscrit dans le cadre du challenge Printemps de l’imaginaire francophone et valide la catégorie Monde idéal du menu Idéaliser.

Retrouvez d’autres avis sur Lullaby : Léna Au Puits des Mots, Zoé Prends la Plume, Ombres Bones, Livraisons littéraires

10 commentaires sur « Lullaby, Cécile Guillot »

  1. Merci beaucoup pour le lien ! Très joli avis, à l’image de cette novella qui m’a également beaucoup plu. Effectivement, beaucoup d’images et de métaphores pour parler d’une réalité difficile, et c’est très bien mené. Court, mais puissant, ce petit texte.
    J’ai découvert l’autrice avec cette novella, je ne regrette pas ! Depuis, j’ai lu Thorngrove, très bien aussi mais à destination d’un public plus jeune avec des thématiques moins lourdes (quoique) (oui je fais de la pub en connaissant l’état de ta PaL et non je n’ai pas honte ^^) et j’ai Tragic circus à lire, avec Mathieu Guibé (je l’ai mis dans le challenge mots’arts 🙂

    1. Ah oui, Thorngrove j’avais vu ta chronique (mais je crois que je n’avais pas encore pris le temps de commenter…. 🙈), je l’ai repéré il y a quelque temps, il est dans ma liste de livres à lire un jour ! (mais bon, pour l’heure j’ai déjà l’essai de Cécile) (n’aies pas honte, j’adore ajouter de nouveaux titres dans ma PAL suite à tes recommandations) (de toute façon elle est cachée dans mes étagères, comme ça ni vue ni connues XD). J’ai découvert Cécile Guillot à ses débuts, avec la trilogie Fille d’Hécate, très chouette trilogie de fantasy urbaine autour de la Wicca, déjà il y avait cette plume douce et sensible. Je n’ai pas encore lu d’ouvrages de Mathieu Guibé, je guetterai ton avis !

      1. La trilogie est épuisée, malheureusement, mais j’ai cru comprendre que peut-être, il y aura un jour une réédition (intégrale ou beau livre ?).

  2. Coucou, il me semble que Fille d’Hécate a été republiée en omnibus… de mon côté, je l’ai lue en numérique, et je crois que je vais me la relire, j’avais apprécié l’ambiance, la sororité qui s’en dégage, ce sont de beaux romans pleins de douceur et qui se déroule en France (ce qui fait du bien aussi !).
    J’ai beaucoup apprécié Lullaby, même si certains côtés sont très durs (car malheureusement très réalistes / tirés de faits de l’époque) ; j’avoue que c’est surtout la toute fin qui m’a vraiment beaucoup plu. 😉

    1. J’avais cru lire que l’omnibus était en projet, mais j’ai pu me tromper ^^ » Oui, Lullaby aborde des sujets très durs, mais de façon subtile, en tout cas j’ai trouvé que c’était très bien fait ! (ah la fin !! je te comprend, j’ai beaucoup aimé aussi ! ^^)

      1. Ah, super, merci ! Pour ma part, je les ai déjà lus, mais c’était pour Zoé, qui était intéressée 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :