Le musicien, Annabelle Blangier

Quatrième de couverture

Aucun village n’est aussi paisible que Hamelin. Conduits par un maire juste et protecteur, les habitants s’épanouissent en toute sérénité. Seule Lore, petite-fille du couple dirigeant, demeure frustrée de l’embargo posé sur la musique par son grand-père. Mais l’arrivée en ville d’un jeune virtuose pourrait bien faire imploser les règles sclérosées.

Au rythme des cours de musique clandestins qu’il donne à Lore, Raffael va peu à peu remuer le passé inavouable de Hamelin. À mesure que les désirs de vengeance s’exacerbent et que la mélodie du violon envoûte les cœurs, les masques tombent et le village plonge dans une spirale de violence sans précédent. Lore, comme chaque habitant, sera mise face à un dilemme insoutenable.

Saura-t-elle choisir entre le devoir moral qui lui incombe et la tentation du châtiment qui la ronge ?

Mon avis

Le musicien figurait dans ma PAL depuis quelque temps. La musique étant un sujet central du livre, je l’ai lu en premier lors du challenge Mots’Arts, organisé Véronique Parrenin sur Instagram tout au long du mois de juin. Et il m’a emportée dans son hypnotique mélodie.

L’intrigue se déroule à Hamelin, une ville paisible et prospère, grâce aux actions passées de son maire et d’autres grandes familles. Lore, la petite fille du maire, adore la musique. Mais cette dernière est bannie de Hamelin. Quand un mystérieux musicien arrive, Lore fait tout pour qu’il soit embauché. Elle parvient même à obtenir de lui qu’il lui donne, en secret, des leçons de musique. Au fil des jours, les apparences se fissurent à mesure que les plus sombres secrets des habitants de Hamelin éclatent, tandis que la musique de Raffael hante les rues.

Réécriture du conte Le joueur de flûte de Hamelin, Annabelle Blangier choisit, dans Le musicien, d’écarter les rats de son intrigue – même s’ils sont bien là, présence discrète mais inquiétante. Le roman se concentre davantage sur l’humain. Comme dans le conte, trahison et vengeance sont au menu, les promesses non tenues mènent au pire. Certaines scènes sont d’ailleurs glaçantes, tout à fait dans l’esprit de l’histoire originelle, qui n’est guère joyeuse.

Annabelle Blangier présente bien ses personnages, ôtant petit à petit le voile scintillant qui masque leurs secrets. Derrière les politesses et les sourires, se cachent parfois de bien sombres intentions ! Et même les personnages principaux ne sont pas exempts de défauts. Avec tous ces portraits en nuances de gris, parfois très sombres, l’autrice retranscrit à merveille toute la noirceur du conte, en poussant plus loin encore.

Outre ces différents points, ce qui m’a surtout plu, c’est le rôle majeur de la musique ! Le récit est en grande partie réaliste, avec une touche de fantastique, et la musique joue un rôle clé dans l’histoire. La musique suscite des émotions, la musique pousse au mouvement, parfois, la musique emporte, envoûte, et Annabelle Blangier pousse l’usage de cette musique à son paroxysme, tout en restant très logique dans cet usage. J’ai trouvé l’idée très bien trouvée, très cohérente tant par rapport à l’intrigue que par rapport au conte originel.

Je lis peu en musique, celle ci m’inspirant des histoires je préfère ne pas être distraite par ma Muse durant mes lectures, mais en lisant Le musicien, je l’ai regretté. Quand je le relirai, ce sera en musique, pour compléter celle qui tournait dans ma tête durant ma lecture. Car on ne peut s’empêcher d’imaginer des mélodies, au fil de l’histoire, même si celles-ci ont parfois des conséquences funestes…

Si certains secrets se devinent, si l’intrigue prend son temps au début – ce qui pourrait en dérouter certains – , l’escalade des événements à mesure que les façades se craquellent marquent le roman comme une musique qui s’emballerait, jusqu’au clou final. Une réussite !

Éditions Magic Mirror, 327 pages, 2019

Cette lecture s’inscrit dans le cadre du challenge Mots’Arts, catégorie Nina Simone.

Retrouvez d’autres avis sur Le Musicien : un coup de coeur pour Imagin’encre, Les voyages de Ly et Moonlight Symphony, une très bonne lecture aussi pour Zoé prend la plume

4 commentaires sur « Le musicien, Annabelle Blangier »

  1. Merci pour la citation de mon article ! C’était mon premier Magic Mirror 🙂 j’ai beaucoup aimé ce texte, comme toi. Tu sembles avoir été plus sensible que moi à la musique qui se dégage des pages et du récit, cependant. Une relecture en musique s’impose effectivement !

    1. Oh, je ne savais pas que c’était ton premier Magic Mirror ! (le mien c’était Ce que murmure la mer). Oui, ça m’a manqué de ne pas le lire en musique. Celle-ci tient une telle place dans le roman. Et c’est très bien exploité !
      (avec plaisir pour le partage ! 🙂 )

  2. Merci pour le lien 😀 Ravie de voir que ce roman t’a plu, c’est peut-être mon Magic Mirror préféré ! Le ton sombre et cruel m’avait séduite, tout comme le personnage de Rafaël. J’étais aussi agréablement surprise par la tournure de sa relation avec Lore 🙂

    1. De rien pour le partage ! ^^
      C’est un excellent roman, je suis contente d’avoir craqué ! Je ne saurais dire si c’est mon préféré, mais je comprend sans peine que ce soit le tien, c’est une belle revisite du conte qui en conserve toute la noirceur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :