Au revoir 2019, bonjour 2020 !

Et voilà, l’année 2019 vient de s’achever ! J’avoue que je ne suis pas fâchée de la voir se terminer. Si, sur le plan personnel, elle a comporté du très bon, elle a aussi été éprouvante au niveau de la santé. Et ça n’a pas été sans conséquences sur mon rapport à l’écriture, comme je l’avais dit lors de mon bilan mensuel de septembre. J’y reviendrai un peu plus loin.

Il est donc le temps de faire un bilan de cette année avant de porter nos regards vers l’année 2020 toute neuve ! 🙂

Bilan 2019

Côté lectures, objectifs remplis ! 🙂 Et ce, bien que ma PAL n’ait pas vraiment changé – la faute à quelques descentes en librairie, qui ont mis à bas mes efforts pour la baisser. Que voulez-vous, on ne se refait pas ! ^^ J’ai donc lu 21 ouvrages issus de ma PAL (je m’étais fixé un objectif de 10), bouclé mon Goodreads Reading Challenge de 100 lectures avec un score de 102 (merci aux bandes dessinées et aux mangas !) et participé au challenge Summer Star Wars, édition Solo de RSF Blog avec pas moins de 5 billets !

Je me suis rajouté un challenge lecture imprévu avec le Pavé de l’été organisé par Sur mes brizées, que j’ai également réussi.

Côté publications, l’année a démarré en fanfare avec la parution au format numérique de ma nouvelle Tyger, Tyger aux éditions Alter Real début janvier – ma première parution solo ! 🙂 Une histoire de fantasy urbaine qui mêle tigres, mythologie hindoue et écologie. En février, c’est la nouvelle érotique Les quatre saisons d’un héliophile – précédemment parue dans le fanzine Piments & Muscade – qui a été rééditée dans une version revue et corrigée dans une anthologie parodique des éditions Nutty Sheep. Je suis restée plus que discrète au sujet de cette réédition, et pour cause, son illustration de couverture est d’un goût que je ne partage pas du tout. Je la trouve même très dérangeante. C’est très dommage car, malgré ce gros point noir, cette réédition a permis à mon texte (l’une de mes rares incursions dans la littérature érotique, et qui avait été apprécié lors de sa première parution) de connaître une seconde vie et de rencontrer de nouveaux lecteurs. J’ai également publié sur mon compte Wattpad la nouvelle Crabes, précédemment parue en ligne aux éditions Walrus et qui ont malheureusement fermé, afin de la laisser accessible aux lecteurs.

Enfin, côté écriture, c’est une autre paire de manches… J’ai tenu bon mes objectifs au cours du premier trimestre, en bouclant mes corrections de Bibliomancienne. Ensuite, les choses se sont lentement dégradées. Et cela coïncide avec le début de mes ennuis de santé, puisque le premier signal que quelque chose clochait est venu d’une banale prise de sang réalisée en mars. Comme j’en ai parlé un peu sur Twitter, autant le dire ici aussi : le diagnostic est finalement tombé en septembre, après 6 mois de divers examens médicaux et autant de stress à me demander ce que je pouvais bien avoir, certaines hypothèses avancées par les médecins faisant froid dans le dos. Il s’avère au final que j’ai une maladie génétique rare, qui jusque là passait inaperçue et se développait en sourdine. Je vous rassure de suite, avec un suivi médical et un traitement adapté – ce qui est le cas, à présent que le diagnostic a été posé – je peux mener une vie normale.

Lors des premiers mois de ce parcours médical, j’ai commis l’erreur de penser que mes difficultés à travailler mes textes étaient de la procrastination. Et je me suis forcée. À mesure que le temps passait, écrire devenait un véritable fardeau, une corvée. J’ai fini, à la fin de l’été, par envisager sérieusement l’idée d’arrêter l’écriture car tout le plaisir de cette activité avait disparu. Et puis, en discutant de tout cela avec mon homme et des proches, j’ai réalisé que mes problèmes de santé me prenaient trop d’énergie pour que je puisse écrire. Tout simplement. Entre le stress et les nombreux rendez-vous et autres examens médicaux, difficile en effet d’écrire sereinement… J’ai parlé de tout cela lors de mon bilan mensuel de septembre, aussi ne vais-je pas m’étendre davantage sur le sujet hormis pour rappeler que, dans le domaine de l’écriture comme dans tout autre domaine, si la santé n’est pas là, il ne sert à rien de s’obstiner, il faut prendre soin de soi et s’écouter !

Photo by hannah grace on Unsplash

Suite à cette « révélation », j’ai terminé l’année en participant avec bonheur à plusieurs appels à textes, avec trois nouvelles rédigées spécialement pour l’occasion, l’une d’elles pouvant s’insérer dans mon projet de recueil. Le 1er jet de TCDF a progressé par tous petits à-coups tout au long de l’année, malmené par mon parcours médical. Je l’ai mis en pause en décembre pour me centrer sur une nouvelle vague de corrections de Bibliomancienne, suite au refus très détaillé d’un éditeur qui proposait plusieurs pistes d’améliorations. Le grand perdant de l’année 2019 fut donc LSDC, sur lequel je ne me suis pas penchée du tout. Enfin presque : j’y ai pensé et, au moins, j’ai pu résoudre de tête un plot hole qui me travaillait depuis tout ce temps. C’est déjà ça !

Ma reprise de l’écriture ne s’est pas faite toute seule – j’ai aussi fait appel aux services de coaching littéraire de Cécile Duquenne, lors de ce dernier trimestre. Cécile m’a été d’une grande aide pour résoudre des blocages que je ne parvenais pas à identifier (au-delà de celui lié à mes soucis de santé) et pour déterminer une méthode de travail personnalisée. Comme quoi, ce n’est pas parce qu’on écrit depuis longtemps et qu’on a déjà publié, qu’on n’a plus rien à apprendre ou que l’on n’a plus besoin d’aide. Bien au contraire !

Prévisions pour 2020

Photographie personnelle

Je n’ai pas envie de trop me charger pour cette nouvelle année, encore échaudée par les mauvaises surprises médicales qui ont chamboulé tout mon planning d’écriture 2019.

Côté écriture, donc, je vais me contenter de rester sur ce que je m’étais déjà fixé l’an dernier : finir de peaufiner Bibliomancienne, terminer le 1er jet de TCDF, corriger LSDC et boucler mon projet de recueil. Alors certes, je fourmille d’idées et je trépigne d’impatience à l’idée de me lancer dans de nouveaux projets – ce qui est plutôt bon signe concernant mon rapport à l’écriture ! – mais je préfère y aller tranquillement pour continuer à me réapproprier ce plaisir d’écrire, justement.

Je songe également de plus en plus à sortir mon compte Wattpad de son hibernation prolongée, en y publiant d’autres nouvelles et – pourquoi pas ? – un roman ou une novella, ce dernier format étant très difficile à placer chez les éditeurs, car peu d’entre eux en publient. Mais je ne suis pas encore tout à fait décidée car je songe aussi à l’auto-édition, toujours pour la novella. Affaire à suivre, donc !

Côté lectures, je suis d’ores et déjà inscrite pour les challenges XIXe d’Alphonsine et Madeleine de Proust de Lune, pour lesquels j’ai déjà commencé à publier des billets. S’y rajouteront le traditionnel challenge estival Summer Star Wars de Lhisbei et le Goodreads Reading Challenge, pour lequel je me fixe cette fois un objectif de 53 lectures – j’aimerais lire un roman, novella ou recueil de nouvelles par semaine.

Et ça fait déjà pas mal !

Je termine ce billet en vous souhaitant une très belle année 2020, pleine de beaux projets d’écriture, de bonnes lectures et bien entendu une bonne santé ! Prenez soin de vous ! 🙂

Point Plume – Novembre

Photo CC0 by Clark Young via Unsplash

Je suis à nouveau en retard pour mon bilan mensuel ^^ ». Alors que nous sommes dans les dernières semaines avant les fêtes, il est temps de faire un point rapide sur les avancées scribouillesques de novembre !

Écriture

J’ai poursuivi un rythme d’écriture tranquille. Les corrections supplémentaires de Bibliomancienne ont progressé, avec 4 chapitres retravaillés. J’ai également progressé sur le travail de TCDF, ayant presque achevé la relecture et les corrections de ce que j’avais déjà écrit. J’arrive à l’étape de réflexion pour poser les grandes lignes de la suite.

Cela peut paraître peu. Mais pour moi, c’est énorme. Énorme, parce que la plupart de mes sessions de travail se sont avérées satisfaisantes, parce que j’arrivais parfois à loger des sessions malgré des éléments contraires (planning chargé, migraine). Et surtout parce que le plaisir d’écrire était là, renouvelé. Vu que ce dernier m’avait paru disparu à tout jamais, voici à peine quelques mois, le voir de retour de façon solide, régulière, représente un gros pas en avant. Et ça m’importe.

Prévisions pour décembre

Étant donné que décembre verra mon temps bien mangé par les fêtes de fin d’année, je ne vais pas me fixer d’objectifs autres que celui de poursuivre sur ma lancée. Ce sera déjà pas mal ! 🙂

Point Plume – Octobre

Photo CC0 by Clark Young via Unsplash

Octobre s’est terminé avec la célébration d’Halloween et nous voici en novembre (oui, mon bilan arrive avec une semaine de retard ^^ »). Novembre, pour les scribouilleurs, c’est le mois du NaNoWriMo. Cette année, je n’y participe pas, ne voulant pas m’infliger la pression des 50 000 mots à écrire en un mois alors que je retrouve tout juste le plaisir d’écrire. Sans compter que, devant composer avec des soucis de santé, j’ai davantage besoin de suivre mon rythme pour pouvoir me chouchouter que de faire le marathon d’écriture que représente le NaNo.

Malgré tout, je vais suivre le hashtag #Nanoandchill instauré par Betty Piccioli pour partager mes petites avancées au cours du mois de novembre. Pour éviter toute forme de pression, je ne remplis pas ma page du NaNoWriMo. Je reste fidèle à ma ligne de conduite, instaurée le mois dernier, qui est : m’écouter (voir mon Point Plume de septembre)

Mais cette ligne de conduite, qu’a-t-elle donné en octobre ? Il est temps de faire le bilan mensuel !

Écriture

Ce mois-ci, et sous les bons conseils de Cécile Duquenne qui me coache, j’ai tenu un journal d’écriture.  En parlant de ça, je vous ferai probablement un billet à l’issue de ce coaching littéraire qui m’aide bien, en cette période où j’ai rencontré de gros blocages au niveau de l’écriture. Cécile vient aussi d’ouvrir une école d’écriture en ligne, en plus de ses activités de coach littéraire et d’autrice, si cela vous intéresse, c’est par ici : https://cecileduquenne.podia.com.

Outre que ce journal me facilite le travail pour réaliser mon bilan mensuel, il s’avère diablement efficace contre ma petite voix négative qui me susurre régulièrement que je « ne fais rien du tout » côté écriture. Eh bien, un regard sur les pages noircies de mon carnet lui rabat net son caquet !

Moi face à la voix négative : allégorie.

En octobre, donc, mes projets d’écriture ont certes avancé à petits pas, mais ils ont avancé. Surtout – et c’était le plus important pour moi suite aux grosses difficultés rencontrées les mois précédents – j’ai a-do-ré écrire. À mon rythme – si mon corps réclamait plusieurs jours de pause hors écriture, je les lui octroyait sans culpabiliser (là aussi, c’est nouveau et ma foi, qu’est-ce que c’est plus efficace de faire une réelle pause que de ronger son frein en arrière-plan).

Le résultat ? Du côté de TCDF, dont je n’avais pas touché au premier jet depuis longtemps, j’ai repris les 4 premiers chapitres déjà écrits pour me remettre dans le bain et en profiter pour leur apporter des corrections – parfois même de sévères coupes. L’occasion de repartir du bon pied pour la suite 😉

Aidée du refus très détaillé d’une maison d’édition, j’ai aussi décidé de refaire une ultime passe de corrections sur Bibliomancienne avant de poursuivre les soumissions pour ce manuscrit. Les 3 premiers chapitres sont passés à cette nouvelle moulinette.

Enfin, j’ai écrit (ou plutôt terminé) une nouvelle ! Il s’agissait du texte que je destinais au départ pour l’AT Halloween de la revue Gandahar. Je n’en avais écris que moins de la moitié, alors, et j’ai voulu le reprendre en ce mois d’octobre, inspirée sans doute par la fête d’Halloween qui approchait. J’ai bouclé le texte en 2 jours (corrections comprises) et j’étais tellement contente du résultat que je l’ai soumis aux éditions Malpertuis dans le cadre de leur AT annuel.

Prévisions pour novembre

Comme pour octobre, je ne me fixe aucun gros objectif si ce n’est celui de continuer à avancer sur mes projets d’écriture en suivant mon rythme. Mes avancées, quelles qu’elles soient (corrections, 1er jet, nouvelles…), seront mentionnées sur Twitter avec le hashtag #Nanoandchill mais je ne m’impose rien en terme de nombre de mots.

Si vous participez au NaNo, je vous souhaite par avance bon courage et bonne écriture ! 🙂

Let’s go writing !

Point Plume – Septembre

Photo CC0 by Clark Young via Unsplash

Cette fois, je prends un peu (un tout petit peu) d’avance pour tirer le bilan d’écriture de septembre. Septembre, c’est la rentrée des classes, le début de l’automne, bref, on quitte doucement l’ambiance vacancière pour entrer dans une période plus « active », avant l’hiver et l’hibernation. Septembre fut aussi, me concernant, un mois charnière. Ce bilan sera donc long et assez personnel mais je pense que tout auteur et toute autrice peut, un jour, être confronté(e) à cela et cela me semblait donc important de le partager, malgré ce caractère personnel.

Attention, pavé !

Écriture

Ce mois de septembre aura donc marqué, pour moi, la fin d’une longue période et (je l’espère) le début d’une nouvelle. Vous l’avez peut-être remarqué au fil de mes bilans, ces derniers mois j’ai lutté avec l’écriture. Avancer les mots sur le papier (enfin, plutôt l’écran) devenait chaque jour plus compliqué. J’avais le sentiment tenace que ce que j’écrivais était bien loin de la qualité de certains textes écrits auparavant et dont j’étais bien plus fière. Le sentiment de ramer plus que de raison pour chaque phrase. De devoir me battre pour extirper chaque phrase et, en la relisant, de me dire « tout ça pour ça ? ». S’est ajouté un énième refus pour un de mes deux romans en cours de soumission – et c’est là que je me suis rendue compte à quel point, lorsque notre confiance en soi est fragile et le syndrome de l’imposteur trop costaud, on se focalise bien vite sur le négatif et pas assez sur le positif. Ce refus de plus, je n’en ai retenu que ça. Le refus. Alors qu’il était très, très détaillé, soulignait beaucoup de bons points, proposait des pistes de re-travail et, en somme, se montrait aussi bienveillant qu’encourageant. Mais comme, depuis des mois, je regardais ma pratique avec une vision de plus en plus sombre, ça n’a pas loupé : mon esprit a évacué tout ce positif pour ne garder que le « non ».

Bref, ça n’allait pas du tout.

Même Felicia Day a fait un burn-out, quand elle créait Geek and Sundry, et elle en parle dans son livre.

J’ai finalement touché le fond ce mois-ci car un beau soir je me suis retrouvée à envisager d’abandonner purement et simplement l’écriture. Il faut savoir qu’imaginer des histoires, ça a toujours fait partie de moi. Petite, je m’inventais des histoires pour m’endormir ou simplement parce que j’en avais envie. Je créais des scénarios pour mes jouets. Quand j’ai eu mes premiers coups de coeur littéraires, je piquais sans vergogne mes personnages préférés pour écrire de petites histoires inédites où ils figuraient. J’en imaginais d’autres de mon cru, avec mes mots d’enfants. L’écriture, j’avais ça dans le sang.

Mais ce mois-ci, après tous ces mois à me *forcer* à écrire sans plus tirer aucun plaisir de cette activité, sans plus ressentir cette poussée d’enthousiasme qui me fait oublier jusqu’à l’heure, je me suis sérieusement posé cette question : est-ce que ça valait le coup de continuer ? Est-ce que je n’avais pas perdu ce mojo, cette flamme qui me pousse chaque fois à mettre sur le papier les histoires qui se créent dans ma tête ? Et surtout, qu’est-ce que ça pouvait bien vouloir dire de mon état psychique si j’envisageais d’arrêter une activité qui faisait tellement partie de moi jusque là ?

Heureusement, je suis bien entourée. J’en ai parlé à mon homme, je suis allée voir des amis, je me suis confiée à des proches. Et ça m’a fait un bien fou. Je m’étais également inscrite à la newsletter de Cécile Duquenne, qui partage chaque jour une pensée bienveillante autour de l’écriture. Le lendemain de cette soirée où j’ai eu vraiment la sensation de toucher le fond, après une longue discussion avec mon homme qui a su poser les mots que j’avais besoin d’entendre, après avoir relu quelques uns des messages de Cécile (notamment celui qui dit qu’il faut savoir s’écouter et ne pas culpabiliser lorsqu’on n’écrit pas), j’ai compris.

Mes proches ❤ ❤ ❤

Je ne voulais pas abandonner l’écriture. Je n’avais pas perdu mon mojo. Par contre, j’avais besoin de prendre soin de moi. De souffler. Mon année 2019 est en effet, sur le plan de la santé, pas mal éprouvante et c’est loin d’être terminé. Cela n’est pas sans effet sur le psychique aussi. Depuis tous ces mois, mon corps et mon esprit me soufflaient tout simplement qu’ils avaient besoin d’une pause, une vraie, pas celles du genre où je culpabilise en arrière-plan parce que je n’avance pas dans mes projets d’écriture comme je le souhaiterais.

Une fois ce simple constat fait, je me suis remise au clavier. Pas parce que je me suis forcée. Non. J’étais mue, à nouveau, par cette flamme, ce mojo. J’ai écris ma nouvelle pour l’AT Noir des éditions Noir d’Absinthe, à mon rythme. Sans culpabiliser les jours où je n’y touchais pas et où je faisais, enfin, de véritables pauses.

Résultat ? J’ai pris énormément de plaisir à rédiger ce texte (alors qu’il est très sombre, paradoxalement). J’ai retrouvé avec beaucoup de soulagement cet élan créateur que je croyais avoir perdu tout au long de ces derniers mois.

J’ai conscience que cet enthousiasme retrouvé est encore fragile. Aussi, je vais donc y aller tranquillement sur les projets longs, sans forcer. Quitte à ne pas suivre de réels objectifs. Pour le moment, l’objectif premier est de consolider ce plaisir d’écrire tout récemment retrouvé en écoutant mes besoins. En faisant de *vraies* pauses. Les problèmes de santé sont toujours là, le besoin de me préserver et de prendre soin de moi prime. Je l’avais oublié en voulant trop produire, en confondant mes difficultés avec de la simple procrastination. Je suis en mesure de faire la différence entre les deux, à présent, et c’est une nuance bien plus essentielle qu’on ne le pense.

Au menu de « Se chouchouter », bouquiner, bouquiner, bouquiner ! ❤

Pour octobre, donc, pas d’objectifs précis, j’avancerai au rythme qu’il faudra pour ne pas malmener davantage ma santé !

Prenez soin de vous ! 🙂

Point Plume – Août

Photo CC0 by Clark Young via Unsplash

Août est fini, août, mois de l’indolence et du repos… nous voici déjà en septembre, c’est la rentrée, l’automne se rapproche. Il est donc temps de faire le bilan du mois écoulé ! 🙂

Écriture

J’ai consacré mon mois à deux phases de l’écriture qui ne peuvent malheureusement pas être quantifiées : les recherches et ce que j’appelle la « rêverie », c’est-à-dire réfléchir à mon histoire pour éclaircir des points restés flous.

Ces recherches comme la rêverie ont concerné tant TCDF que ma nouvelle pour Noir d’Absinthe. Pour le premier, parce que j’arrivais à un point du récit où je n’allais pas tarder à être bloquée par mon absence de synopsis (vraiment, je crois que bascule de plus en plus du côté architecture de la Force, le jardinage commence à me peser plus qu’à me ravir. En tout cas sur ce projet). Pour le second, parce que l’histoire se déroule dans un milieu spécifique et il me fallait me documenter un minimum avant de me lancer dans l’écriture de la nouvelle.

À part la nouvelle pour l’AT Dimension Sports et Loisirs de Rivière Blanche, je n’aurai donc pas avancé en terme d’écriture proprement dite, bien que je considère que ces deux étapes en sont partie intégrante.

Prévisions pour septembre

Outre la nouvelle pour l’AT Noir de Noir d’Absinthe, avancer sur le 1er jet de TCDF à présent que j’ai débroussaillé les points qui me gênaient. Du coup, les corrections de LSDC sont (encore) repoussées. Mais l’avantage, c’est que j’ai une idée claire de ce que je veux apporter à ce 1er jet, puisque j’ai eu largement le temps d’y réfléchir ! ^^ » (oui je suis en mode « voir le verre à moitié plein »)

Lecture

Lecture, comment ça lecture, me direz-vous ? Eh bien je tiens à le souligner : j’ai presque terminé de rattraper mon retard de chroniques de lectures ! 🙂 (bon, pour ce qui est des lectures en elles-même, c’est un autre sujet… ^^ »)