Éclosion t. 3 : Destruction, Ezekiel Boone

Quatrième de couverture

Toujours plus nombreuses, toujours plus grosses, toujours plus affamées, les araignées sont de retour.
Mais contre elles, que faire ? Les détruire toutes, au risque d’anéantir l’humanité elle-même dans une gigantesque explosion nucléaire ? Ou se laisser dévorer en attendant de trouver une solution scientifique et vraiment efficace ? Mourir ou mourir : il est des dilemmes plus rassurants.
Mais le monde est au bord de l’apocalypse et l’hésitation n’est plus de mise. L’heure de l’affrontement final a sonné. Face à ce monstrueux Jugement dernier en chair et en pattes, la civilisation trouvera-t-elle les ressources qui lui permettront de survivre ? S’enferrera-t-elle encore dans les conflits qui sans cesse la minent ? Saura-t-elle se transcender pour échapper à la double menace de destruction qui pèse sur elle ?

Mon avis

SPOILER ALERT : cette chronique concerne le dernier tome d’une trilogie et peut donc contenir des spoilers. Si vous n’êtes pas à jour, je vous conseille de ne pas poursuivre la lecture de cet article ! (mais sachez que le final est à la hauteur des autres tomes :))

Voici le tome final de cette trilogie horrifique qui voit le monde envahi par une espèce atavique d’araignées au goût prononcé pour la chair et le sang. Après deux tomes rondement menés, capables de tenir en haleine comme de faire frissonner, qu’en est-il du grand final ?

La deuxième vague invasive amorcée dans le tome 2 débarque. Au menu, cette fois, en plus des habituelles et redoutables araignées mangeuses d’homme, se trouvent quelques spécimens d’une taille plus que respectable. Parce que des araignées innombrables et assoiffées de sang ne suffisaient pas, l’auteur nous gratifie d’araignées géantes (ou presque) dotées du même régime alimentaire.

Une lueur d’espoir demeure cependant, plusieurs personnages oeuvrant pour percer les secrets de cette espèce d’araignée endormie depuis des millénaires. Or, connaître son ennemi, c’est connaître ses points faibles… et donc avoir une opportunité de l’éliminer.

Sauf que… vous connaissez l’espèce humaine ? Celle-là même qui, malgré toutes les alertes quant au dérèglement climatique et la disparition de la biodiversité, garde la tête dans le sable ? Eh bien dans Destruction, nous allons assister à de nouvelles grandes démonstrations de l’art très humain de (ne pas) résoudre de grandes crises mondiales. Vous l’aurez compris, les araignées ne seront pas le seul souci de nos personnages principaux… et en particulier de la présidente des Etats-Unis. Déjà que ses subordonnées n’étaient pas très fans d’une femme à la tête du pays, autant dire qu’en situation de crise, aucun cadeau ne lui est fait.

Si j’ai aimé ce tome 3 ? Autant que les précédents ! 🙂 Je l’ai lu d’une traite, le suspense est toujours de mise même si l’intrigue se resserre davantage autour des personnages survivants. Quelques uns font leur apparition (comme d’habitude, tout le monde ne verra pas le dénouement).

Mon seul bémol serait la fin qui arrive un peu trop vite à mon goût et la façon dont les événements se précipitent. Mais est-ce vraiment un mal ? L’auteur nous a tenu en haleine sur trois tomes, il a raison de conclure son histoire et il le fait bien (même si le côté américano-centré de cette conclusion me fait tiquer).

Si vous attendiez de savoir si le récit se tenait jusqu’au bout avant de vous lancer dans la trilogie, allez-y sans peur : elle se tient ! Et si vous aviez lu les tomes précédents, je vous rassure aussi : ce dernier volume reste d’un aussi bon niveau. Un niveau horrifique, cela va de soi 🙂

Éditions Actes Sud, 368 pages, 2019

Éclosion t. 2 : Infestation, Ezekiel Boone

Quatrième de couverture

Il y a d’abord eu la nuée noire qui a englouti un homme, les irrégularités sismiques qui ont intrigué les scienti­fiques en Inde, la bombe atomique que la Chine a, de façon incompréhensible, lancée sur son propre territoire. Puis le laboratoire de la zoologue Melanie Guyer a reçu un colis contenant un mystérieux sac d’oeufs. Personne ne se doutait encore que, du jour au lendemain, la Terre serait consumée par des araignées tueuses en sommeil depuis des millénaires.
Très vite, Los Angeles n’est plus qu’un champ de ruines. New Delhi, une rumeur. Quant à Paris… Ravalée au rang de simple maillon dans une chaîne alimentaire dominée par le plus puissant prédateur que la nature ait connu, l’humanité semble avoir rejoint le contingent des espèces en voie de disparition.
Malgré l’ampleur des dégâts, politiques, scientifiques, survivalistes, bons pères de famille, tous tentent de s’or­ganiser pour lutter contre la menace. Quand, soudain, contre toute attente, les araignées semblent se retirer et mourir. L’humanité serait-elle sauvée ? N’y aurait-il plus qu’à panser les plaies du plus grand fléau de l’histoire ?

Mon avis

SPOILER ALERT : cette chronique concerne le second tome de la trilogie Éclosion. Elle contient donc des spoilers du premier volume. Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous conseille de revenir lire la critique après votre lecture (mais sachez que le tome 2 est aussi bon que le 1 ! :))

Après un premier tome terrifiant à souhaits, Ezekiel Boone poursuit sa trilogie arachnéenne avec Infestation. L’humanité se remet difficilement de la première vague d’attaque des araignées – pour rappel, une espèce atavique est sortie d’un sommeil millénaire, espèce qui a la particularité de se déplacer par groupes de milliers d’individus et dont les habitudes alimentaires se réduisent strictement au sang et à la chair d’êtres vivants.

Le tome 1 s’était achevé sur la constatation horrifiée par Melanie que ce n’est que la première vague d’une invasion. Le tome 2 va prendre le temps avant de nous donner un aperçu d’à quoi ressemblera cette fameuse seconde vague. Les personnages survivants se trouvent là dans l’oeil du cyclone, ils le savent confusément, le lecteur le sait, et la tension reste donc de mise.

Tous se préparent, comme ils le peuvent, au monstrueux visage que prendra la suite de l’invasion de ces araignées mangeuses d’hommes. Comme dans le premier tome, l’auteur se plaît à alterner entre différents personnages, laissant planer l’incertitude quant à leur devenir – plusieurs ne verront d’ailleurs pas la fin du tome 2, ou bien seront dans une posture telle que leur sort est scellé.

Cependant, quelques progrès sont réalisés dans la connaissance de cette nouvelle espèce d’araignée et dans les moyens de lutte. L’espoir reste donc à l’horizon malgré les mesures parfois radicales prises par des gouvernements pour endiguer l’invasion. Au passage, ce second tome peut rentrer dans la catégorie post-apo en raison du bouleversement complet de la civilisation humaine face à ce prédateur aussi redoutable qu’inattendu.

C’est donc un second volume sans temps mort, que j’ai dévoré avec autant d’avidité que le premier. Les frissons, s’ils sont un peu moins intenses du fait que la majorité de l’intrigue se déploie dans l’oeil du cyclone, restent présents. L’auteur dose bien la dissémination d’indices pour la menace suivante (qui devrait se dévoiler complètement dans le tome 3), laissant ainsi le lecteur comme ses personnages aux aguets.

Avant une partie finale qui vous laisse complètement transi d’horreur, avec un chapitre en particulier… j’en tremble encore ! Le tome 3 s’annonce encore plus terrifiant que le premier et je ne saurai que trop vous recommander cette trilogie si vous êtes en mal de littérature horrifique. Arachnophobes, cela va sans dire, passez votre chemin ! ^^ »

Éditions Actes Sud, 383 pages, 2018

Éclosion t. 1, Ezekiel Boone

Quatrième de couverture

Au cœur de la jungle péruvienne, une étrange et menaçante masse noire s’abat sur un groupe de touristes américains en excursion. Et les dévore vivants. Dans le Nord des États-Unis, un agent du FBI enquête sur le mystérieux crash de l’avion d’un milliardaire. Un peu partout dans le monde, des phénomènes anormaux et inexpliqués se produisent. Jusqu’à ce qu’une bombe nucléaire explose en Chine, transformant tout l’Ouest du pays en un vaste champ de ruines atomiques.
Que contient ce colis en provenance d’Amérique du Sud, qu’une scientifique renommée, spécialiste des araignées, vient de recevoir ? Est-ce là, à l’intérieur de ce fossile qui semble lutter pour revenir à la vie après un sommeil de plusieurs milliers d’années, que se trouve la clef de l’énigme ?

Mon avis

Halloween, c’est dans une semaine. C’est donc le moment pour se plonger dans des lectures à frissons ! Mais quel auteur choisir sur les rayonnages ? Stephen King, le maître de l’horreur ? Lovecraft, classique du genre ? Ou encore Dean Koontz, ou Graham Masterton ? Eh bien je vous propose un petit nouveau : Ezekiel Boone. Sous ce pseudonyme, l’auteur nous propose en effet le premier volume d’une trilogie qui promet d’être terrifiante à souhaits !

Quand on parle de littérature horrifique, l’une des créatures classiques qui vient à l’esprit est l’araignée. C’est autour de cette bestiole que le roman bâtit son intrigue. D’ailleurs, elle est présente sur la couverture, sur le logo du titre, discrète mais déjà terrifiante. Car l’araignée imaginée par Ezekiel Boone n’a rien du sympathique faucheux ou même de l’inoffensive, quoique énorme, tarentule. Dès les premières pages du récit, on est confronté à une espèce invasive, qui se déplace par dizaines de milliers d’individus et surtout, qui ne se nourrit que de chair et de sang.

Aux quatre coins du monde surgissent ces terrifiantes araignées. Face à la menace, les gouvernements tentent différentes tactiques. Au milieu du chaos, plusieurs personnages nous apportent leur point de vue sur le désastre annoncé – une spécialiste des araignées, un guide péruvien, une chercheuse indienne qui surveille l’activité sismique, un agent du FBI, l’assistant de la présidente des États-Unis, un millionnaire américain, des survivalistes américains, un jeune ouvrier chinois, un auteur écossais se succèdent ainsi pour nous placer au coeur de l’action.

Dire que j’ai dévoré ce livre serait un mauvais jeu de mots et pourtant, une fois commencé, j’avais du mal à le lâcher. Le récit suit plusieurs personnages que l’on retrouve de manière régulière. Le procédé nous permet d’être au cœur de l’action, partout dans le monde. Mais surtout, il induit un suspense certain quant au devenir des personnages. Car l’auteur les approfondit tous, sauf que tous ne seront pas vivants une fois la dernière page tournée…

L’autre intérêt du roman, c’est cette étrange fascination, mêlée de frissons d’horreur, qui nous prend lorsque l’espèce d’araignée atavique imaginée par l’auteur commence à se manifester de manière agressive. On ne peut s’empêcher de tourner les pages, curieux de savoir jusqu’où l’horreur à huit pattes va aller, curieux aussi de savoir d’où peut bien provenir cette espèce.

Éclosion est donc une réussite et le final, glaçant, augure d’une suite aussi prenante que le premier opus. Ezekiel Boone revisite avec maestria un thème classique et nous offre un excellent roman d’horreur à suspense. Autant dire que si vous êtes arachnophobes, ce livre vous est absolument déconseillé ! Mais si vous voulez frissonner, lecture recommandée ! 😉

Éditions Actes Sud, 363 pages, 2018

Le livre des livres perdus, Giorgio van Straten

Quatrième de couverture

Un tour du monde en huit volumes, et non en quatre-vingt jours. (…) Et à la fin du voyage, j’ai compris que les livres perdus ont quelque chose que tous les autres livres n’ont pas : ils nous laissent, à nous qui ne les avons pas lus, la possibilité de les imaginer, de les raconter, de les réinventer.
Et si, d’un côté, ils continuent de nous échapper, de s’éloigner malgré nos tentatives pour nous en emparer, d’un autre côté, ils reprennent vie à l’intérieur de nous et, à la fin, comme le temps proustien, nous pouvons dire que nous les avons retrouvés.

Mon avis

Retracer le destin de huit manuscrits qui n’ont jamais pu être offerts au regard des lecteurs, c’est l’objet de ce petit livre. Pour tout amoureux des livres, l’idée qu’un ouvrage ait pu exister avant d’être englouti par l’Histoire, arraché à tout jamais à toute lecture ultérieure, tient de la chasse au trésor légendaire.

Giorgio van Straten est un passionné des livres perdus. Tel un Indiana Jones littéraire, il aime partir sur les traces de ces manuscrits dont on pense qu’ils ont existé mais qui ont été perdus et ne peuvent pas être lus. Dans Le livre des livres perdus, il nous conte le destin de huit d’entre eux, après de longues années d’enquête à leur sujet. Des Mémoires de Lord Byron, livrés au feu par des héritiers par peur du scandale, au livre d’Hemingway perdu par sa femme lors d’un voyage en train, nous partons sur les traces de huit ouvrages qui n’auront pas pu quitter l’imaginaire de leur auteur pour rejoindre celui de nombreux lecteurs. Quelques exceptions, cependant, viennent susciter de l’espoir, comme ce manuscrit perdu de Sylvia Plath qui, peut-être, se trouve dans les archives de Ted Hughes, qui seront consultables à partir de 2022. Mais d’autres restent à jamais disparus, dévorés par les vicissitudes de l’Histoire ou par les ambitions de leur auteur, tel Gogol, toujours insatisfait de son ouvrage.

Dans ce passionnant et court essai, j’ai appris ainsi le destin tragique de nombreux livres et celui, tout aussi dramatique, de leurs auteurs. Plusieurs auteurs m’étaient connus, tel Hemingway, Plath ou Gogol mais d’autres m’étaient inconnus. La passion de Giorgio van Straten est à ce point visible dans ces lignes que j’ai dévoré l’ouvrage en peu de temps, ma curiosité piquée par ces manuscrits perdus, aux destins aussi variés que tragiques, et par ces auteurs. Entre références littéraires et analyse des affres de la création, Le livre des livres perdus n’est pas seulement un chouette petit livre qui ravira les lecteurs mordus de lecture. C’est aussi une belle façon de présenter toute la variété du lien si fort qui unit l’écrivain à son œuvre, et le lecteur à cette œuvre.

En résumé, Le livre des livres perdus est une excellente petite lecture, bel hommage à la passion des lettres. Et, qui sait, peut-être suscitera-t-il d’autres vocations, permettant d’exhumer des textes inédits ou, au contraire, de retracer l’histoire d’autres récits disparus, afin qu’à défaut d’une lecture intégrale, leur trace ne soit pas oubliée.

Éditions Actes Sud, 174 pages, 2017

Bidoche : l’industrie de la viande menace le monde, Fabrice Nicolino

Bidoche de Fabrice NicolinoQuatrième de couverture

Comment des animaux sont-ils devenus des morceaux, des choses, des marchandises ? Pourquoi des techniciens inventent-ils dans le plus grand secret des méthodes pour « fabriquer » de la « matière » à partir d’êtres vivants et sensibles ? Comment peut-on accepter la barbarie de l’élevage industriel ? Pourquoi laisse-t-on la consommation effrénée de ce produit plein d’antibiotiques et d’hormones menacer la santé humaine, détruire les forêts tropicales, aggraver la famine et la crise climatique ? L’industrie de la viande menace le monde, et personne ne semble s’en préoccuper.

Mon avis

Premier essai chroniqué sur ce blog. Premier essai, mais qui ne sera pas le dernier ! Il s’agit d’un livre que j’ai emprunté à la bibliothèque, mais son contenu me semble si essentiel à partager que je le chronique ici, plutôt qu’ailleurs.

Cela fait déjà pas mal de temps, une paire d’années si ce n’est plus, que je suis sensibilisée aux dégâts de l’industrie agro-alimentaire. Et c’est cette sensibilisation qui m’a fait me tourner vers quelques ouvrages sur le sujet. Je les ai, pour la plupart, dénichés via les bons conseils de Fa, dont le blog est une mine autant sur ce sujet que sur bien d’autres, tous Earth- & Human-friendly. Parmi ces titres, j’avais lu Faut-il manger les animaux ? [Eating Animals en V.O.] de Jonathan Safran Foer (éditions de L’Olivier, 2010, disponible en poche chez Points depuis 2012). J’avais beaucoup apprécié le fait que cet ouvrage ne se voulait pas donneur de leçon, mais bien un livre pour informer, ouvrir les yeux. Qui plus est, écrit par un citoyen comme vous et moi. Mon seul reproche avait été que, étant écrit par un américain ayant enquêté par ses propres moyens, tous ou presque les exemples cités étaient américains. De fait, les lecteurs français auraient pu penser que le problème ne les concernait pas. Moi-même, naïvement, j’avais cru que certaines pratiques (l’injection en masse d’antibiotiques) étaient interdites en France.

Et puis j’ai lu Bidoche, que Fa avait très justement qualifié de « pavé de rumsteack dans la mare« . Dans cet essai, Fabrice Nicolino livre des exemples français. Beaucoup. Quelques firmes internationales aussi, mais dans un monde occidental capitalisé et mondialisé, il n’y a rien d’étonnant à cela. Envolée ma naïveté. Durant ma lecture, j’ai été révoltée. Révulsée. Scandalisée. Car en France comme ailleurs, le consommateur de produits carnés est vu ni plus ni moins comme une vache à lait. Et oui, chez nous aussi les animaux destinés à la consommations sont gavés de médicaments. Pas seulement pour leur santé : mais aussi parce que ces antibiotiques leur font développer plus de chair… plus de poids.. donc plus d’argent pour l’industriel. Mais ce n’est là qu’infime partie de ce qui se cache derrière les emballages plastiques fièrement estampillés « viande française » ou autres Labels rouges…

Fabrice Nicolino nous présente tout l’envers du décor. Ce que cachent les images d’Épinal. Et si vous pensez que seul le traitement abject réservé aux animaux est abordé, vous vous trompez. Les conséquences négatives de l’industrie agro-alimentaire, au niveau de la production de viande & poisson, sont bien plus larges, bien plus étendues que cela. Bien plus noires. Et concernent autant les hommes que les animaux. Ainsi de ces Indiens massacrés car ils refusent de céder leurs terres pour que les industriels s’en servent comme source de nourriture pour le bétail occidental.

Je ne vais pas lister ici jusqu’où les firmes produisant viandes et poissons vont, jusqu’à quelles extrémités elles vont, souvent avec l’accord des autorités. Il vaut mieux que vous vous plongiez dans l’ouvrage. Ne soyez pas surpris d’un tableau aussi sombre. Je rappelle ce que j’ai dit un peu plus tôt : pour ces industriels, le consommateur est une vache à lait. À sous. Peu leur importe votre santé ou la vie des victimes collatérales de leur industrie, l’important, c’est le profit. Et rien d’autre.

L’auteur, non content de nous brosser le véritable portrait de toutes ces firmes qui n’ont rien à envier aux entreprises les plus rapaces, nous montre aussi comment une telle façon de concevoir la production de nourriture a pu s’installer dans notre pays, pourtant porteur de traditions gastronomiques fortes. Des chapitres qui pourront être rébarbatifs pour certains lecteurs mais qui mettent en lumière certains rouages politiques et l’incroyable mauvaise foi dont font preuve les industriels.

Je précise d’ailleurs que Fabrice Nicolino, qui pense à son lecteur, ouvre chaque chapitre par une sorte de résumé. Ainsi, si vous préférez sauter les passages politiques ou historiques pour plutôt vous plonger dans les dégâts divers commis par les firmes agro-alimentaires, vous pouvez le faire. De même, les âmes sensibles se voient prévenues des chapitres les plus violents (c’est le cas pour celui où l’on suit le quotidien d’un employé d’un abattoir industriel. Je l’ai tout de même lu, malgré l’avertissement de l’auteur, pour chroniquer l’ouvrage en bonne conscience, et j’avoue avoir eu la nausée et des cauchemars). Donc, pas  de culpabilité si vous sautez quelques chapitres.

Bidoche est véritablement à mettre en toutes les mains (il est d’ailleurs disponible en poche). Il ouvre les yeux, il montre ce qu’est *vraiment* cette industrie qui nous fait avaler nombre de couleuvres. L’auteur s’appuie sur des données fiables et cite plus d’une fois ses sources, gage de sérieux dans son enquête. De plus, à l’instar de Jonathan Safran Foer, et même si son ton est souvent d’une ironie et d’un cynisme mordant, il ne se pose pas en donneur de leçons au lecteur. Il avoue lui-même, en préface, continuer à manger de la viande, mais en moindres quantités.

Non, l’intérêt de cet ouvrage, c’est de vous ouvrir les yeux sur ce que l’industrie de la viande vous cache. Et, on s’en doute, non seulement ce n’est pas joli, mais c’est tout simplement scandaleux. Inacceptable.

Après avoir lu Bidoche, vous saurez. Ensuite, libre à vous de changer ou non votre régime alimentaire. Mais vous saurez. Et, déjà, rien que ça c’est un grand pas.

Pour aller plus loin

Pour aller encore plus loin

Éditions Actes Sud (Babel), 2011, 380 pages.