Morgane, Simon Kansara et Stéphane Fert

Quatrième de couverture Privée de son destin de reine, la demi-soeur du roi Arthur devient la sulfureuse fée Morgane et se dresse contre la tyrannie de la Table ronde et les manipulations de Merlin le fou. Mon avis Grande amatrice du mythe arthurien, je ne pouvais pas passer à côté de cette bande dessinée quiLire la suite « Morgane, Simon Kansara et Stéphane Fert »

Lancelot

Quatrième de couverture Lancelot est le plus grand des chevaliers de la Table ronde mais aussi celui dont le destin est le plus tragique lorsqu’il trahit Arthur, son roi, en tombant amoureux de Guenièvre. Loyal, pur et traître, il ne cesse de nous interroger depuis des siècles, se réinventant à chaque époque. Neuf auteurs confirmésLire la suite « Lancelot »

Mordred, Justine Niogret

Quatrième de couverture La légende veut que Mordred, fruit des amours incestueuses d’Arthur et de sa sœur Morgause, soit un traître, un fou, un assassin. Mais ce que l’on appelle trahison ne serait-il pas un sacrifice ? Alité après une terrible blessure reçue lors d’une joute, Mordred rêve nuit après nuit pour échapper à laLire la suite « Mordred, Justine Niogret »

Magical Books : une expo, des livres et de l’imaginaire

En ce moment et jusqu’au 27 octobre 2013 se tient à la Bodleian Library, à Oxford, une exposition intitulée Magical Books : From the Middle Ages to Middle Earth (désolée pour les non anglophones, je n’ose le traduire en français, on perd dans la poésie de l’intitulé ;)). La thématique ? Les livres et laLire la suite « Magical Books : une expo, des livres et de l’imaginaire »

Et d’Avalon à Camelot, anthologie dirigée par Lucie Chenu

Quatrième de couverture Depuis la nuit des siècles, Arthur est en dormition dans l’île sacrée d’Avalon. Le temps est-il venu de le réveiller ? Car d’Avalon à Camelot, en passant par Brocéliande et Escalot, Londres et Camlaan, à travers le temps, de Samain à Beltane, Dames du Lac et Chevaliers de la Table ronde revivent deLire la suite « Et d’Avalon à Camelot, anthologie dirigée par Lucie Chenu »