La sirène et la licorne, Erin Mosta

Quatrième de couverture

La Licorne, c’est Lili, passionnée de cinéma et d’effets spéciaux. La Sirène, c’est Cris, prête à tout risquer pour naviguer. Toutes les deux cachent une blessure… Elles ont un été pour se reconstruire, se découvrir et s’aimer.

Mon avis

La Sirène et la licorne se déroule le temps d’un été et c’est justement une lecture idéale pour cette période même si, à mon sens, il peut se lire n’importe quand ! Ce petit roman pour adolescents et jeunes adultes fut pour moi une véritable petite douceur, une histoire aussi plaisante à lire que réchauffant le coeur.

Mais je commence ma chronique à l’envers. Lili a 17 ans, des cheveux multicolores et la passion des effets spéciaux. C’est elle qui nous raconte l’histoire. On comprend très vite que si elle passe l’été chez sa tante, au bord de la mer, c’est avant tout pour fuir le harcèlement de ses pairs. Harcèlement dont elle a été particulièrement victime sur les réseaux sociaux. Pourquoi ce déchaînement, on le saura plus tard, mais déjà cela m’a plu que le roman aborde ce sujet.

Au cours de cet été, Lili rencontre Cris, passionnée de voile mais qui a du renoncer à son sport favori à la suite d’une blessure. Entre ces deux jeunes filles en reconstruction va se nouer une relation qui les aidera, l’une comme l’autre, à aller de l’avant.

Sous sa couverture rose bonbon et sa jolie illustration, La Sirène et la licorne aborde avec beaucoup de tendresse, de douceur mais aussi de justesse, certains affres de l’adolescence tels que le harcèlement ou la pression familiale, mais avant tout la naissance d’un amour. La plume est délicate, le personnage de Lili très attachant par ses goûts hors normes (j’ai adoré les passages où elle fabrique son faux sang ou maquille Cris) comme son enthousiasme maladroit.

La Sirène et la licorne, c’est livre bienveillant, une lecture doudou que j’ai parcourue avec délice et que je vous recommande plus que chaudement !

Éditions Rageot, 268 pages, 2018

Publicités