Publié dans Lecture

Le livre des livres perdus, Giorgio van Straten

Quatrième de couverture

Un tour du monde en huit volumes, et non en quatre-vingt jours. (…) Et à la fin du voyage, j’ai compris que les livres perdus ont quelque chose que tous les autres livres n’ont pas : ils nous laissent, à nous qui ne les avons pas lus, la possibilité de les imaginer, de les raconter, de les réinventer.
Et si, d’un côté, ils continuent de nous échapper, de s’éloigner malgré nos tentatives pour nous en emparer, d’un autre côté, ils reprennent vie à l’intérieur de nous et, à la fin, comme le temps proustien, nous pouvons dire que nous les avons retrouvés.

Mon avis

Retracer le destin de huit manuscrits qui n’ont jamais pu être offerts au regard des lecteurs, c’est l’objet de ce petit livre. Pour tout amoureux des livres, l’idée qu’un ouvrage ait pu exister avant d’être englouti par l’Histoire, arraché à tout jamais à toute lecture ultérieure, tient de la chasse au trésor légendaire.

Giorgio van Straten est un passionné des livres perdus. Tel un Indiana Jones littéraire, il aime partir sur les traces de ces manuscrits dont on pense qu’ils ont existé mais qui ont été perdus et ne peuvent pas être lus. Dans Le livre des livres perdus, il nous conte le destin de huit d’entre eux, après de longues années d’enquête à leur sujet. Des Mémoires de Lord Byron, livrés au feu par des héritiers par peur du scandale, au livre d’Hemingway perdu par sa femme lors d’un voyage en train, nous partons sur les traces de huit ouvrages qui n’auront pas pu quitter l’imaginaire de leur auteur pour rejoindre celui de nombreux lecteurs. Quelques exceptions, cependant, viennent susciter de l’espoir, comme ce manuscrit perdu de Sylvia Plath qui, peut-être, se trouve dans les archives de Ted Hughes, qui seront consultables à partir de 2022. Mais d’autres restent à jamais disparus, dévorés par les vicissitudes de l’Histoire ou par les ambitions de leur auteur, tel Gogol, toujours insatisfait de son ouvrage.

Dans ce passionnant et court essai, j’ai appris ainsi le destin tragique de nombreux livres et celui, tout aussi dramatique, de leurs auteurs. Plusieurs auteurs m’étaient connus, tel Hemingway, Plath ou Gogol mais d’autres m’étaient inconnus. La passion de Giorgio van Straten est à ce point visible dans ces lignes que j’ai dévoré l’ouvrage en peu de temps, ma curiosité piquée par ces manuscrits perdus, aux destins aussi variés que tragiques, et par ces auteurs. Entre références littéraires et analyse des affres de la création, Le livre des livres perdus n’est pas seulement un chouette petit livre qui ravira les lecteurs mordus de lecture. C’est aussi une belle façon de présenter toute la variété du lien si fort qui unit l’écrivain à son œuvre, et le lecteur à cette œuvre.

En résumé, Le livre des livres perdus est une excellente petite lecture, bel hommage à la passion des lettres. Et, qui sait, peut-être suscitera-t-il d’autres vocations, permettant d’exhumer des textes inédits ou, au contraire, de retracer l’histoire d’autres récits disparus, afin qu’à défaut d’une lecture intégrale, leur trace ne soit pas oubliée.

Éditions Actes Sud, 174 pages, 2017

Publicités
Publié dans Pêle-mêle

[TAG] Ma bibliothèque de rêve

J’ai été taguée par Lutin82 et, si cela ne me dérange jamais d’être taguée, je dois dire que ce tag-là m’a particulièrement ravie ! En même temps, en bon rat de bibliothèque, avoir l’opportunité de décrire la bibliothèque de mes rêves est toujours une joie 🙂

1. Avant d’avoir une bibliothèque, il faut avoir une maison (ou un appartement) où la mettre. Où serait la maison/l’appartement de tes rêves?

La maison de mes rêves se situerait en pleine nature canadienne, pour pouvoir jouir des vastes espaces forestiers et montagneux quand je ne suis pas au chaud, à regarder la neige tomber, avec un bon livre (évidemment !).

Un peu dans ce goût-là (Source)
Un peu dans ce goût-là (Source)

2. Maintenant que tu as la maison, où est la bibliothèque?

Elle occupe une vaste – très vaste – pièce qui lui est exclusivement dédiée.

3. Quel type d’étagères utiliserais-tu?

Classique, c’est-à-dire en bois. Mais du bois dans lequel s’inclurait harmonieusement des plantes.

4. Cite trois meubles que tu voudrais absolument voir dans cette bibliothèque (en dehors des étagères bien sûr).

Un canapé, pour pouvoir se caler confortablement ; une petite table basse pour poser son mug de thé ; un escabeau pour atteindre les plus hautes étagères.

5. Quel serait ton système de rangement idéal, si tu n’avais pas à te préoccuper de la pénibilité?

Hum. J’hésite… Mon côté « bibliothécaire » dirait par ordre alphabétique d’auteur, tout bêtement. Mais j’aime aussi rassembler les collections (question d’esthétique) ou les formats (idem). Cela dit, le côté alphabétique reste le plus pratique pour retrouver un bouquin, donc j’opterai pour celui-là ! 🙂

6. Quels sont tes indispensables pour égayer tes étagères?

Des petits bibelots – du style hérisson en livre recyclé, par exemple, des papertoys, des Legos, etc.

7. Si ton budget était illimité, quel livre de luxe ajouterais-tu à tes étagères?

Wonderland Book de Kirsty Mitchell. J’adore l’univers féerique qu’a créé cette photographe, mi-inquiétant mi-merveilleux, ainsi que l’émotion qui s’en dégage en filigrane (au départ, l’artiste s’est lancée dans cette vaste série pour faire le deuil de sa mère, qui lui lisait des contes). Kirsty Mitchell a rassemblé son magnifique travail dans un livre dont la reliure est de toute beauté mais le prix, même pour l’édition standard, est hors de portée de ma bourse.

Reliure de Wonderland Book de Kirsty Mitchell
Reliure de Wonderland Book de Kirsty Mitchell

8. Quel serait LE fauteuil de lecture que tu voudrais absolument avoir ?

Celui-là, pour pouvoir choisir entre lire assise ou allongée, avec toujours une vue sur la nature environnante.

Source
Source

9. Qui est autorisé à rentrer dans ton antre?

Mon homme – qui aime lire, lui aussi, et contribue à remplir les étagères – ainsi que la famille et les amis, surtout ceux qui sont lecteurs ! ^^

10. Pour finir, lâche toi, décrit en un paragraphe (ou plusieurs si tu es inspiré) la bibliothèque de tes rêves.

C’est une vaste pièce, tapissée de hautes étagères en bois dans lesquelles, ici et là, poussent des plantes. Le feuillage verdoyant ne masque cependant que peu les nombreux ouvrages, de toutes tailles et couleurs, qui garnissent ces étagères. Le plafond laisse passer la lumière, offrant une vue sans pareille sur le ciel. Des fenêtres donnent à contempler le paysage. Sous l’une d’elles se trouve un coin douillet pour lire, au côté duquel se tient sagement une table basse surmontée d’une tasse emplie d’un thé fumant. Un ou deux fauteuils parsèment la pièce, aux côtés desquels se tiennent en équilibre des piles de livres.

Je ne tague personne mais nul doute que les amoureux de belles bibliothèques répondront à ce tag ! 😉 Si tel est le cas, n’hésitez pas à me transmettre un lien vers votre article ! 🙂

Publié dans Livres d'images

Livres en bleu

Voici enfin de retour mes petites sélections thématiques d’oeuvres artistiques autour du livre et/ou de la lecture ! Je poursuis les sélections chromatiques – que j’avais entamées avec le vert – par le bleu.

Bleu du ciel, bleu de la glace, bleu de l’eau, bleu des lumières pâles de l’hiver. Bleu apaisant, bleu qui invite au rêve, à la sérénité, voilà une couleur qui sied bien à la lecture et en cette saison ! 🙂

En savoir plus sur les artistes cités

Si vous êtes l’auteur de l’une des oeuvres présentées et que vous souhaitez que je la retire (ou préciser votre paternité d’artiste pour les oeuvres dont je n’ai pas trouvé l’auteur), n’hésitez pas à me contacter.
If you are the author of one of the works I used and if you wish for it to be removed (or specify that you are the author if I have not found your name), do not hesitate to contact me.

Publié dans Livres d'images

Livres en vert

Revoilà enfin les petites sélections thématiques d’oeuvres artistiques autour du livre et/ou de la lecture ! Après des sélections saisonnières, j’entame une série de sélections chromatiques en commençant par le vert.

En ces beaux jours où la nature renaît, lire au vert est de plus en plus tentant, allongé(e) dans l’herbe ou perché(e) dans un arbre ! Vert des plantes, vert des tenues, verts des décors, voici des illustrations, des photographies et des peintures représentant livre et lecteurs, toutes sous le signe de la couleur verte qui vient remplacer la grisaille de l’hiver 🙂

En savoir plus sur les artistes cités

Les oeuvres de Jamila Clarke et Joel Robison sont reproduites avec l’aimable autorisation des artistes.

Si vous êtes l’auteur de l’une des oeuvres présentées et que vous souhaitez que je la retire (ou préciser votre paternité d’artiste pour les oeuvres dont je n’ai pas trouvé l’auteur), n’hésitez pas à me contacter.
If you are the author of one of the works I used and if you wish for it to be removed (or specify that you are the author if I have not found your name), do not hesitate to contact me.

Publié dans Monde du livre

[Livre sonore] Young Adult Friction de The Pains of Being Pure At Heart

Après les livres dans l’art, les livres dans les longs et courts métrages, pourquoi ne pas explorer les livres dans la musique ? À l’exception des poèmes – souvent repris en musique – les livres se font rares dans les chansons. Souvent, ils ne font qu’office de figurants. Quant aux bibliothèques, elles sont les lieux d’idylles qui se font et se défont, comme dans le titre que je vais vous évoquer de suite.

Le premier des morceaux qui ont retenu mon attention est Young Adult Friction de The Pains of Being Pure At Heart. Ce titre est un jeu de mots qui parlera immédiatement aux lecteurs, en particulier les adeptes de YA (= Young Adult Fiction, pour qualifier vite fait les ouvrages qui ciblent un public adolescents et jeunes adultes, et si je ne suis pas une adepte à proprement parler pour ma part, je vais parfois manger à ce râtelier aussi car il y a de très bonnes choses ! :)).

Fin de la parenthèse, revenons à notre chanson qui, je disais donc, apparaît sur le premier album éponyme du groupe. Si vous ne connaissez pas, Pheno avait en parlé brièvement sur La Lune Mauve.  Non content d’évoquer une bibliothèque et une idylle qui se termine au milieu des rayonnages, le groupe s’est également mis en scène en train de lire dans le clip.