NaNo en mode Rebelle : le bilan

Le NaNo, c’est terminé ! Comme vous le savez, j’y ai participé en mode Rebelle cette année, ayant trop de projets à boucler/préparer avant de me lancer dans la grande aventure d’un autre premier jet (ce n’est pas l’envie qui me manquait, pourtant ! ^^ »)

Quid de mes objectifs ? Ont-ils été atteints ? Ai-je enfin bouclé les corrections du tant attendu premier tome de Bibliomancienne ? Ai-je terminé de « floconner » le projet TCDF ?

Je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps, la réponse est non.

Sur les onze chapitres restants à corriger de Bibliomancienne, je ne suis parvenue à en corriger que deux. Il faut dire qu’ils m’ont chacun demandé pas mal de travail, d’où le fait que je ne me sois pas encore attaqué au reste. Mais je suis contente d’avoir pris le temps de retravailler tout cela, le roman prend de plus en plus meilleure forme ! 🙂

Pour TCDF, j’ai bouclé l’étape 3 de la méthode du flocon et entamé l’étape 4 mais ça devrait aller relativement vite vu que j’avais pas mal défriché de ce côté-là auparavant, quand j’étais en mode jardinière.

Alors certes, les objectifs ne sont pas atteints concrètement, mais je m’en suis rapprochée et c’est là l’essentiel. Comme l’a dit une sage grenouille de Cocyclics (je n’ai pas retenu le pseudo, désolée !) : « chaque mot écrit rapproche de la fin du 1er jet ». Ce qui vaut aussi pour les corrections ou le « floconnage » ! 🙂

On se revoit à la fin de l’année pour un bilan annuel ! D’ici là, écrivez bien 😉

Publicités

Le NaNoWriMo en mode Rebelle

Depuis le 1er novembre et comme chaque année à cette période, des milliers de personnes, dans le monde entier, écrivent. Car le but du National Novel Writing Month (NaNoWriMo de son p’tit nom) est de rédiger l’intégralité du 1er jet d’un roman, soit 50 000 mots, en un mois. Cette année, je participe au NaNoWriMo, comme cela m’est arrivé plusieurs fois par le passé. Mais cette année, pour la première fois, j’y participe en mode Rebelle.

C’est quoi, le mode Rebelle ? Eh bien c’est écrire aussi, mais pas le 1er jet d’un nouveau roman. En fait, c’est agir comme lors des Camp NaNo (qui ont lieu en avril et en juillet), où l’on choisit ses objectifs, que ce soit en terme de texte ou de chiffre (tant de mots, signes, pages, etc). Pourquoi j’ai choisi de jouer les rebelles cette année au NaNo ? Tout simplement parce que j’ai trop de romans qui traînent (que ce soit au niveau de l’étape de corrections ou du 1er jet) et que j’aimerais les boucler une bonne fois pour toutes avant de m’attaquer à un nouveau projet.

Cette année, pour le NaNo version Rebelle, je me suis donc fixée comme objectifs :

– terminer les corrections de Bibliomancienne, soit 11 chapitres ;
– architecturer TCDF, car en galérant sur les premiers chapitres j’ai fini par me résoudre au fait que pour ce projet-là, mes habitudes de jardinière ne conviendraient pas. Je vais donc appliquer pour la première fois la méthode du flocon, que j’ai apprise il y a une paire d’années grâce à Aude Réco et Espaces Comprises.

Ironie (ou pas), Bibliomancienne avait été mon NaNo 2014 (que j’avais réussi ^^), autant dire qu’il serait temps d’en boucler les corrections (même si je dois en être à ma 3e ou 4e vague de corrections, la vague actuelle est la plus approfondie). Mais je ne regrette pas ce laps de temps car cela m’a permit de mûrir les intrigues des tomes suivants (eh oui, il y aura une suite ! ;)) et donc de mieux identifier les points à améliorer dans ce premier tome ainsi que les petites graines à y planter pour préparer la suite, justement 😉

On se retrouve donc à la fin du mois pour établir le bilan du NaNo. En attendant, NaNoteurs et NaNoteuses, que vous participiez de manière classique ou rebelle, je vous souhaite bonne écriture et bon courage !

Bilan du NaNoWriMo 2017

Le NaNoWriMo s’est achevé le 30 novembre. Je l’ai terminé avec 19 651 mots au compteur, mais je dois avouer que j’avais cessé mon avancée à peu près à mi-parcours du NaNo. La raison ? J’étais arrivée au point du roman où je ne pouvais plus avancer sans une bonne documentation au préalable. Or, comme je vous l’avais dit, je me suis lancée dans le NaNo parce qu’un roman-surprise s’est invité au menu, du coup je n’avais rien préparé hormis un court synopsis ^^ » Plutôt que de passer le reste du mois en recherches, j’ai préféré mettre de côté ce 1er jet pour me concentrer sur les corrections du Château.

Si je n’ai pas comptabilisé les mots ajoutés au compteur grâce à ces corrections, je puis dire que le bilan de ce NaNo est malgré tout positif car, à l’heure où vous lisez ces lignes, il ne me reste plus que 5 pages à corriger ! Encore quelques lissages à effectuer – mais pas grand-chose – et Le Château partira rejoindra LPC dans la longue et aventureuse quête d’une maison d’édition (sauf que, concernant Le Château, le nombre d’éditeurs potentiels va être très restreint, vu qu’il s’agit d’une novella ^^ »).

Ce cru du NaNo aura aussi vu la publication numérique d’une de mes nouvelles dans le Labo des éditions Walrus. Alors, même si je n’ai pas atteint les 50 000 mots, j’ai tout de même atteint de bien beaux objectifs ! 🙂

Et vous, quel bilan tirez-vous du NaNo ?

NaNoWriMo 2017

Chaque année, en novembre, a lieu le National Novel Writing Month. Un mois pour écrire 50 000 mots, soit l’équivalent d’un court roman.

Au départ, je n’avais pas prévu de participer à cet événement cette année. Après avoir bouclé LPC et fait une petite pause dans l’écriture, je voulais me concentrer sur les corrections de Bibliomancienne, du Château et de LSDC, ce qui constituait déjà un programme bien chargé. Sauf que… Un projet de roman complètement imprévu a fait son apparition, a doublé tous les projets qui patientaient bon gré mal gré et a même bousculé les 3 projets en cours de correction !

Bref, ce roman réclame à être écrit. Là. Maintenant. Tout de suite. J’ai déjà mes personnages principaux, l’univers, les grandes lignes de l’intrigue et même un premier synopsis, c’est dire que tout se met en place très vite et avec une facilité qui me déconcerte, moi qui suis habituée à un temps d’incubation plus long que ça pour développer mes idées !

Du coup, je me suis dit qu’il valait mieux profiter de ce bouillonnement d’inspiration, autrement dit : battre le fer tant qu’il était chaud 😉

Ce qui ne m’empêchera pas de poursuivre, en parallèle, mes corrections (oui, je n’ai pas peur de blinder mon mois de novembre en terme d’écriture et je me suis approvisionnée en thé en prévision ^^)

Pour la première fois, vous pourrez également suivre l’avancée de mon projet directement sur le blog, grâce à un widget installé sur le côté. N’hésitez pas à poster vos encouragements en commentaire, ainsi qu’à parler de vos propres avancées ! 🙂

Et vous, participez-vous au NaNo cette année ?

NaNoWriMo : c’est parti !

nanowrimo_2016_webbanner_participantNous sommes le 1er novembre et qui dit 1er novembre dit jour férié lancement du NaNoWriMo ! 🙂

Le National Novel Writing Month (ou NaNo de son p’tit nom) consiste à rédiger 50 000 mots, soit l’équivalent grosso modo d’un roman, durant le mois de novembre. J’y participe pour la 3e fois cette année, motivée par ma dernière participation qui s’était soldée par la rédaction du 1er jet de Bibliomancienne. Je m’étais pourtant dit, en début d’année, que cette année serait consacrée aux corrections de Bibliomancienne et de LSDC. Sauf qu’entre-temps, je me suis dit qu’avancer sur un nouveau projet m’apporterait une respiration bienvenue entre deux corrections (je compte bien, d’ailleurs, poursuivre celles-ci durant le NaNo ! 😉 )

Au programme, je prévois de travailler sur un projet dont j’ignore, pour le moment, s’il s’agira d’un véritable roman ou d’une novella. S’il s’avère que Les Peaux Sombres (c’est son titre) est une novella, je rédigerai à la suite une autre novella que j’ai en projet afin d’atteindre les fameux 50 000 mots à la fin du mois 🙂

Et vous, participez-vous au NaNo cette année ? Quel est votre projet ?

Bonne écriture ! 🙂