Lire pour résister

La lecture, c’est se divertir, rêver, voyager. C’est aussi s’émouvoir, apprendre, s’enrichir l’esprit. Mais c’est aussi, parfois, un acte politique. Une forme de résistance. En Turquie, où, ces dernières semaines, de violentes manifestations ont opposé la population au gouvernement (plus particulièrement au Premier Ministre, Recep Tayyip Erdogan, dont les manifestants réclament la démission), une nouvelle forme de protestation s’est créée.  Le 17 juin, un homme s’est tenu debout, seul d’abord puis progressivement rejoint par d’autres manifestants, sur la place Taksim. Il y est resté 8 heures. Huit heures à se tenir là, calme, avant que la police ne disperse les manifestants. Depuis, cette nouvelle forme de contestation a fait des émules. Et a même provoqué la création un « club de lecture », où l’on voit des manifestants lire debout au milieu de la place Taksim. Pour découvrir des images de ces lecteurs protestataires, je vous invite à suivre ce lien, qui présente plusieurs photographies réalisées par George Henton sur le sujet.

Publicités