10 bibliothécaires qui sauvent le monde

Les livres sont des objets de pouvoir par leur contenu. Ils offrent une porte sur d’autres mondes, ils permettent d’enrichir nos connaissances. Les livres, ce sont aussi des armes. Contre l’ignorance ou l’ennui, selon que l’on veuille s’instruire ou se détendre en les lisant. Des objets qui sont donc tout sauf anodins. Que dire alors de ceux dont le métier est d’être leurs gardiens ?

Si les super-héros sont à la mode avec les adaptations des comics qui déferlent sur nos écrans, petits comme grands, et qu’ils s’affichent désormais partout, les bibliothécaires qui sauvent le monde restent, quant à eux, bien discrets. Serait-ce un trait de leur attitude professionnelle, qui est de mettre en avant le livre, et non leur gardien ? On pourrait se le demander…

En tout cas, lorsque j’ai découvert ces listes de bibliothécaires qui, en plus de leur métier de jour, sauve régulièrement le monde la nuit (ou le jour aussi, d’ailleurs), je me suis dit que j’allais me fendre de mon petit panthéon personnel de « super-héros » dont le métier est le même que le mien. Certains utilisent d’ailleurs les livres qu’ils conservent pour les aider dans leur périlleuse mission 😉

  • 1. Rupert Giles

giles_buffy

L’Observateur de Buffy, dans la série télévisée Buffy contre les vampires, est chargé de guider et former la Tueuse. Giles officie également comme bibliothécaire au lycée où étudie cette dernière. Doté d’un flegme britannique à toute épreuve (encore que certains épisodes dévoilent qu’il conserve quelques restes de son passé mouvementé…), Giles possède nombre de vieux ouvrages traitant des démons et autres créatures maléfiques que Buffy doit combattre, ainsi que des livres de magie. Grâce à des recherches dans ces livres datés, qu’il effectue seul ou avec l’aide de la bande, Giles offre maintes fois la clé pour vaincre un monstre ou déjouer l’Apocalypse. Aussi, si ce n’est pas toujours lui qui officie sur le terrain, n’en possède-t-il pas moins un rôle des plus importants !

  • 2. Evelyn Carnahan
Oups ! © Universal Pictures
Oups ! © Universal Pictures

Alors oui, vous allez me dire qu’Evelyn est responsable du réveil de la momie dans le film du même nom (comme quoi la lecture à voix haute de livre ésotérique et millénaire doit être évitée. Et ce n’est pas Ash qui me contredira ! ). N’empêche que cette jeune femme maladroite va se révéler pleine de ressources et que ses connaissances en matière d’Égypte antique seront de précieux atouts pour vaincre la dite-momie.

  • 3. le bibliothécaire du Disque Monde
Quiet please © Paul Kidby
Quiet please © Paul Kidby

Transformé en orang-outan, le bibliothécaire de l’Université de l’Invisible a préféré garder cette forme, plus pratique pour aller chercher des livres sur les plus hautes étagères. Comme la ville d’Ankh-Morpork – en particulier l’Université – est régulièrement confrontée à d’inquiétants phénomènes menaçant l’intégrité du Disque-Monde, le bibliothécaire a plus d’une fois participé à rétablir l’ordre des choses.

(je reste volontairement floue car si je connais un fan au savoir encyclopédique qui m’a confirmé le rôle  essentiel du bibliothécaire, je ne veux pas me spoiler : il me reste encore des tomes des Annales du Disque-Monde à lire ! ^^ »)

  • 4. Flynn Carsen (Carson en VF)
Flynn Carsen © Electric Entertainment, TNT
Flynn Carsen © TNT

Héros des trois téléfilms The Librarian, Flynn Carsen possède 22 diplômes (!) et travaille au sein d’une bibliothèque qui conserve, entre deux rangées de livres, des artefacts mythiques tels que la lance du Destin, la boîte de Pandore, etc. En partant à la recherche d’objets légendaires et magiques pour les rapporter à la Bibliothèque où ils seront précieusement conservés, Flynn évite qu’ils tombent entre de mauvaises mains ce qui provoquerait, à coup sûr, la fin du monde.

  • 5. The Librarians
Cassandra (Lindy Booth), Eve (Rebecca Romijn), Jacob (Christian Kane), Jenkins (John Larroquette) et Ezekiel (John Harlan Kim) dans l’Annexe en désordre (S2E5 And the Hollow Men)

C’est le nom donné tant à la série qu’à l’équipe qui prend la suite de Flynn Carsen. Composée de trois bibliothécaires talentueux et de leur gardienne, cette fine équipe est plus d’une fois amenée à sauver le monde. Que ce soit d’un personnage malfaisant échappé d’un livre ou des conséquences malencontreuses d’un artefact légendaire, Cassandra, Ezekiel, Jacob et Eve ont du pain sur la planche ! Tout ceci en devant gérer leur Annexe, souvent mise à mal elle aussi.

  • 6. les bibliothécaires de Library Wars
Affiche du film live Library Wars

Library Wars, à la base, c’est une série de light novels de Hiro Arikawa. L’histoire a ensuite été adaptée en une série de mangas, puis en série d’animation, en film d’animation et enfin en film live. Rien que ça ! L’intrigue principale, c’est l’instauration d’une loi de censure qui condamne littéralement la plupart des livres. Révoltés, les bibliothécaires s’organisent alors en factions paramilitaires pour défendre les précieux ouvrages. Iku Kasahara, une fervente lectrice, rêve d’ailleurs d’intégrer leurs rangs. Le contexte science-fictif de l’histoire renforce l’idée du bibliothécaire défenseur du savoir face à l’obscurantisme qui menace le monde.

  • 7. Barbara Gordon

Qui, en l’occurrence, appartient bien à l’écurie des super-héros ! En effet, cette employée de la Bibliothèque municipale de Gotham City revêt le costume de Batgirl pour lutter contre divers criminels et autres vilains. Plus tard, elle deviendra Oracle, l’agent de renseignement de bien des super-héros.

  • 8. Bufkin
Couverture de Fables réalisée par Joao Ruas

Attention spoilers ! Si vous n’avez pas lu la série Fables de Bill Willingham, ne lisez pas ce paragraphe !

Bibliothécaire de Fableville, on ne catalogue pas Bufkin dans la catégorie « sauveurs du monde » dans les premiers volumes de la série. Mais alors, vraiment pas ! Pourtant, c’est bien lui qui, tandis qu’il est bloqué dans les ruines de la ville des Fables, s’occupera de « faire le ménage » avant de se rendre à Oz, sa patrie d’origine, pour libérer le pays de la tyrannie. Il se fera ensuite fervent défenseur des opprimés, où qu’ils soient, tout au long de sa vie. Pas mal, non, pour un singe ailé amateur de bouteille ?

  • 9. La Mémoire dans Mémoire de sable de Isabelle Dethan
Première page du premier tome de la BD Mémoire de sable de Isabelle Dethan

Cette drôle de créature possède un savoir qui remonte aux temps anciens. Animal familier du bibliothécaire, elle assiste à la destruction des ouvrages contenus dans la tour, destruction ordonnée par le tyran Shemenit VII dont la plus grande crainte est que son peuple ne découvre qu’il est en fait un usurpateur. La Mémoire, du fait de son savoir, risque alors sa vie. Elle va croiser sur sa route Naomi et le Conteur et, tous trois vont vivre d’incroyables aventures… Si la Mémoire ne sauve pas le monde à proprement parler, elle va cependant participer à la transformation de ce pays désertique.

  • 10. Isaac Vainio de la série Magie Ex Libris de Jim C. Hines

Isaac Vainio, en plus d’être bibliothécaire, est un bibliomancien : il peut sortir un objet d’un livre ! Et comme c’est un fan de SFFF, il ne s’en prive pas ! 🙂 Il est aussi membre de l’organisation secrète les Douze Gardiens de la Porte, fondée par Gutenberg lui-même afin de préserver la Terre des menaces magiques. Et dès le premier volume de la série, dès les premières pages, même, Isaac va faire face à une attaque de vampires, avant-goût d’une série de problèmes de taille !

Mais, il importe de le souligner, en tout bibliothécaire sommeille un super-héros ! 🙂

Photographie personnelle

Pour aller plus loin

Et comme les super-héros ne sont rien sans leurs super-vilains :

Publicités

Flynn Carson et les nouveaux aventuriers (saison 2)

Après la saison 1, passons en revue la saison 2 de la série Flynn Carson et les nouveaux aventuriers ! 🙂 Petit rappel pour ceux/celles d’entre vous qui n’auraient pas lus les précédents billets : trois bibliothécaires et leur Gardienne officient au sein d’une bibliothèque spéciale, dans le sens qu’elle conserve, entre deux rangées de livres, des artefacts légendaires. Notre petite troupe parcourt donc le monde à la recherche d’autres objets ou livres magiques pour les ramener à la Bibliothèque, afin qu’ils soient à l’abri de mauvaises mains. Flynn Carson, plus ancien bibliothécaire présent, les aide parfois dans leurs aventures. Quant à la Bibliothèque, elle est désormais située dans l’Annexe, gérée par Jenkins.

La série me plaît énormément, d’une part parce que nos héros sont des bibliothécaires, d’autre part parce que le livre est présent. Je regrettais d’ailleurs qu’il ne le soit pas plus qu’en figuration, ou presque. Eh bien la saison 2, de ce côté, a plus que comblé mes attentes ! 🙂 Dès les deux premiers épisodes (And the Drowned Book et And the Broken Staff), nos héros sont confrontés à l’ennemi principal de cette saison qui est (sans spoiler)… un personnage de fiction ! Issu de la littérature ! 🙂 Ce ne sera d’ailleurs pas le seul personnage fictionnel qui fera son apparition au cours de cette saison 😉 (And the Image of Image), ni la seule référence littéraire (And the Infernal Contract). Il y aura même une touche lovecraftienne dans And the Cost of Education ! Dans cette saison 2, attendez-vous donc à une place prépondérante des ouvrages ou, tout du moins, à ce qui peut leur être lié. En effet, on aura droit aussi à une bibliothèque ambulante – travaillant dans un Bibliobus, je peux vous dire qu’en voir un à l’écran m’a fait particulièrement plaisir ! – dans And the Hollow Men. Et un auteur majeur de la littérature fait également un passage remarqué dans l’épisode final, And the Final Curtain, ce qui termine en beauté cette saison particulièrement émaillée de références littéraires, livresques et bibliothécairesques ! 🙂

Cassandra (Lindy Booth), Eve (Rebecca Romijn), Jacob (Christian Kane), Jenkins (John Larroquette) et Ezekiel (John Harlan Kim) dans l’Annexe en désordre (S2E5 And the Hollow Men)

Mon côté fan-girl a également applaudi la petite référence à Firefly glissée dans l’épisode And What Lies Beneath the Stone (même si l’épisode en lui-même est plutôt une référence au folklore amérindien). À l’instar de la saison 1, on retrouvera au fil de la saison quelques guest-stars bien connues du petit écran, comme Michael Trucco (Battlestar Galactica, How I Met Your Mother), mais moins fréquemment. En revanche, la saison 2 permet vraiment à la série de gagner en unité, avec cet ennemi commun dont la menace plane même quand il n’apparaît pas dans tous les épisodes. Les différents personnages se voit chacun offrir un éclairage particulier, notamment Ezekiel Jones dont le traitement était plutôt superficiel jusqu’à And the Point of Salvation. Que ce soit chacun en particulier ou les relations qu’ils ont entre eux, tout est approfondi. Cerise sur le gâteau – ou plutôt chapitre bonus dans le livre – le ton léger de la série demeure, de fait je pense qu’elle est parfaitement visible par un public familial.

En bref, j’avais déjà beaucoup apprécié la saison 1, j’ai carrément adoré cette saison 2 ! 🙂 Je vais donc me plonger rapidement dans la saison 3, en espérant que la série poursuivra dans cette voie 🙂

The Librarians
Réalisée par Dean Devlin, Marc Roskin, Jonathan Frakes, John Harrison et Tawnia McKiernan, créée par John Rogers d’après la trilogie de téléfilms Les aventures de Flynn Carson, 2015, 10 épisodes.

Bande-annonce de la saison 2

Flynn Carson et les nouveaux aventuriers (saison 1)

Après les trois téléfilms qui nous ouvraient les portes de la Metropolitan Public Library et nous présentait son nouveau Bibliothécaire, à savoir Flynn Carson, l’univers de cette bibliothèque tout sauf ordinaire a trouvé un développement dans une série télévisée. Intitulée Flynn Carson et les nouveaux aventuriers en VF, The Librarians en VO, la série en est actuellement à sa 4e saison. Mais commençons par le commencement…

La fin du Secret de la Coupe maudite nous avait laissé entrevoir une origine extraordinaire pour la Bibliothèque où officie Flynn. Pour rappel, ce gigantesque bâtiment recèle, outre des livres de toutes sortes (dont des documents magiques), de nombreux objets légendaires tels que l’épée Excalibur, la boîte de Pandore, etc. De fait, pour une Bibliothèque, on pourrait parler aussi de musée ! ^^ » La première saison de The Librarians démarre pourtant sans faire de référence à ce dernier téléfilm, si ce n’est pour indiquer qu’entre-temps, le professeur Proton Judson a quitté sa forme mortelle (il apparaît encore sous forme d’ectoplasme lors du double épisode de démarrage de la saison). Il ne sera pas fait mention non plus du second téléfilm, en revanche, on retrouve dès le début des références au tout premier téléfilm, Le mystère de la lance sacrée. S’il n’est pas nécessaire d’avoir visionné les films avant de se lancer dans la série (quelques flash-backs rappellent comment Flynn est arrivé sur ce poste), vous saurez donc que c’est surtout Le mystère de la lance sacrée qui vaut le coup d’oeil. Et si vous êtes tatillon sur la chronologie, n’hésitez pas à vous lancer dans les trois téléfilms pour suivre les aventures de Flynn ! 🙂

Flynn, d’ailleurs, ne figure pas parmi les personnages récurrents. Mis à part le double épisode de départ et le final, il apparaîtra ponctuellement – une apparition toujours plaisante, l’excentrique Flynn n’ayant pas changé au fil des ans – mais c’est tout. Par contre, The Librarians nous présente de nouveaux personnages. Tout d’abord, Eve Baird, une agent anti-terroriste que la Bibliothèque recrute comme Gardienne – c’est-à-dire protectrice du Bibliothécaire en place, un rôle que l’on avait déjà vu pris par Nicole dans le premier téléfilm. La très terre-à-terre Eve aura d’ailleurs du mal, au début, à se faire à l’idée de cette Bibliothèque magique ! La rejoindront trois aspirants-Bibliothécaires : Cassandra, une surdouée des mathématiques qui visualise ses calculs en synesthésie ; Ezekiel, voleur aussi talentueux que gouailleur et Jacob, génie issu d’une famille d’ouvriers et spécialiste en histoire et en architecture.

Lors du double premier épisode, on apprend que ces trois aspirants-Bibliothécaires sont les seuls survivants de tous les candidats qu’avaient sélectionné la Bibliothèque, avant que Flynn n’obtienne le poste. Ce sont aussi les trois seuls qui ne s’étaient pas rendus à l’entretien. Tous trois, suivant Flynn et sa nouvelle Gardienne, vont devoir affronter un nouvel ennemi d’envergure dès cette première aventure. Ils découvrent au passage – et nous aussi – l’existence d’une Annexe à la Bibliothèque, dirigée par Jenkins, un homme qui verra sa précieuse solitude perturbée par cette équipe haute en couleurs.

Eve (Rebecca Romijn) et Jacob (Christian Kane) de la Bibliothèque dans une bibliothèque municipale ordinaire (S1E6 And the Fables of Doom)

À partir du troisième épisode, notre trio d’apprentis Bibliothécaires et leur Gardienne (Flynn a estimé être trop expérimenté pour en avoir besoin, contrairement aux trois nouveaux) va devoir assumer seul sa mission : récupérer des objets aussi magiques que légendaires pour les stocker à l’Annexe et ainsi, éviter qu’ils ne tombent dans de mauvaises mains.

À l’instar des trois téléfilms, les intrigues des épisodes de cette première saison se centrent donc surtout sur des objets de légende, tels la pomme de la Discorde ou un stéréotype de maison hantée. Mais la série va plus loin puisqu’elle présente même des êtres légendaires ! Cependant, je ne regrette pas le peu de livres magiques présents (hormis dans l’épisode 6, And the Fables of Doom, où un ouvrage est le sujet central). Entre l’Annexe, la façon de résoudre les énigmes de nos nouveaux venus, la découverte progressive de ces derniers (personnalités, passé et alchimie qui se créé entre eux), la reprise de nombreuses légendes (mythe arthurien, le père Noël, le Minotaure…), je me suis régalée avec cette première saison ! 🙂 De la vraie fantasy urbaine, spécialité Bibliothèque, donc du bonheur en barre ! On a même une touche de steampunk avec l’épisode 9, And the City of Light qui évoque le célèbre Nikola Tesla.

Pour ne rien gâcher, cette première saison s’offre quelques guest-stars au casting. On retrouve ainsi Tricia Helfer (Battlestar Galactica), Jerry O’Connell (Sliders), Bruce Campbell (trilogie Evil Dead, dans un rôle à contre-emploi ! XD)… en plus du casting principal, qui campe des personnages aussi originaux qu’attachants ! De là à dire que tout bibliothécaire est une personne un poil excentrique et un peu folle, il n’y a qu’un pas… que je franchirai allègrement ! ^^

En bref, cette première saison remplit toutes ses promesses avec son univers qui rend hommage au monde des bibliothèques, ses personnages sympathiques et son ton léger malgré l’action. Cette absence de « prise au sérieux » permet d’ailleurs de passer outre les effets spéciaux plutôt cheap, d’autant que les personnages sont les premiers à tourner en dérision ce qui leur arrive. Si vous aimez les livres, les mythes, les légendes et si vous voulez passer un bon moment, The Librarians est fait pour vous ! 🙂

The Librarians
Réalisée par Dean Devlin, Marc Roskin, Jonathan Frakes, John Harrison et Tawnia McKiernan, créée par John Rogers d’après la trilogie de téléfilms Les aventures de Flynn Carson, 2014, 10 épisodes.

Bande-annonce de la saison 1

Les Aventures de Flynn Carson : Le Secret de la coupe maudite, Jonathan Frakes

flynn_carson3 Dernier volet de la trilogie de téléfilms à l’origine de la série TV The Librarians, Le Secret de la coupe maudite est aussi, à mes yeux, le moins bon du lot. Récapitulons l’histoire : Flynn Carson est désormais un bibliothécaire plus aguerri. Le film s’ouvre alors qu’il assiste à une vente aux enchères, durant laquelle il tâche de mettre la main sur un vase précieux pour le compte de la Bibliothèque. Dans le même temps, sa petite amie a de nombreux reproches à lui faire au téléphone. Suite à cela, Flynn revient avec la pierre philosophale (dissimulée dans le vase) mais célibataire. Il faut dire que travailler pour la Bibliothèque empiète considérablement sur son temps libre. Furieux de ce fait, Flynn obtient un congé qu’il va mettre à profit pour suivre un rêve étrange. Rêve qui le conduit sur les traces du calice de Judas, à la Nouvelle Orléans, et qui va lui permettre de rencontrer la mystérieuse Simone.

Je n’ai pas été emballée par ce 3e téléfilm. Si les précédents, malgré leurs grosses ficelles et moyens limités, sauvaient la mise en se moquant d’eux-mêmes ou en tirant volontairement sur les clichés du genre, j’ai eu beaucoup de mal à apprécier cet opus. En cause, le fait qu’on y parle de vampires – or, c’est loin d’être mon sujet de prédilection – que j’ai assez vite identifié le méchant de l’histoire et l’identité de Simone et surtout, surtout, que la Bibliothèque est à peine survolée. Même ce pauvre manuscrit que Judson propose à Flynn d’étudier ne se verra accorder aucune attention. Pourtant, on a au fil du film quelques indices, quelques dialogues et événements qui laissent entendre que nous allons en savoir plus sur les origines de cette gigantesque Bibliothèque qui, en plus de contenir des livres par milliers, regorge d’artefacts mythiques.

Las ! Il n’en sera rien et le plan final ne fera que frustrer davantage le spectateur à ce sujet. Effectivement, cela laissait le champ libre pour la série, afin de creuser les origines de la Bibliothèque, mais cela fait trop de frustration et pas assez de bons moments pour que ce film me reste en mémoire. Je n’ai donc plus qu’à visionner la série pour voir de quel bois elle est faite, en espérant qu’elle apportera plus d’informations sur cette fameuse Bibliothèque !

The Librarian : The Curse of the Judas Chalice
Réalisé par Jonathan Frakes, scénario de Marco Schnabel, 2008, 1h26

Bande-annonce

Les Aventures de Flynn Carson : Le trésor du roi Salomon, Jonathan Frakes

flynn_carson2Dans le premier téléfilm, nous faisions connaissance de Flynn Carson ainsi que de la Bibliothèque où il venait d’être embauché – bibliothèque qui, je le rappelle, en plus d’employer le professeur Proton, pardon, Judson, conserve entre deux rangées de livres des objets légendaires et magiques (boîte de Pandore, arche d’Alliance, Excalibur, etc.). Ce second volet ne s’attardera donc pas (hélas !) sur la Bibliothèque en question. En revanche, il dévoile un peu plus du personnage principal.

Flynn, bien qu’ayant désormais acquis un peu plus d’expérience en matière de recherche d’objets mythiques pour les ramener en lieu sûr (c’est-à-dire à la Bibliothèque), a encore à apprendre. Alors qu’il fête son 32e anniversaire (âge auquel son père est décédé, de fait, la célébration a pour lui un goût triste), il reçoit un mystérieux paquet et son appartement est cambriolé. Or, il s’avère que le paquet en question comporte une carte indiquant où se cache le trésor du roi Salomon. La Bibliothèque approuve le souhait de Flynn de garder le lieu de ce trésor secret – et pour cause, le trésor en question abrite également un livre dont la possession permet de maîtriser l’espace et le temps.

Voilà pour le pitch. À l’instar du premier volet, nous avons là un film d’aventures à petit budget qui joue, justement, sur son manque de moyens. Et heureusement, car sinon ça ne passerait pas ! L’humour est omniprésent, les clichés de ce genre de films sont repris et très appuyés afin de mieux en jouer, bref, on passe un bon moment bien qu’il s’agisse d’un téléfilm et non d’un chef d’oeuvre. Et si le scénario est cousu de fil blanc, c’est ce traitement comique des passages obligés du film d’aventures qui donne tout son sel à l’histoire (le coup des hippopotames ! ^^).

La Bibliothèque étant peu évoquée, de même que les livres (mis à part le fameux livre de Salomon), je suis un peu restée sur ma faim sur ce sujet. Mais malgré tout, il reste agréable de voir que les archéologues n’ont pas l’apanage des aventures en pays lointains – de nombreuses références à Indiana Jones émaillent d’ailleurs le film.

Au final, ce second volet des aventures de Flyn Carson se place dans la lignée du précédent, il ne prétend pas à être un film grandiose et propose un divertissement honnête, avec une Bibliothèque que j’aimerais beaucoup visiter si elle n’était pas fictive !  (mais on peut toujours rêver, non ? ;))

The Librarian : Return to King Solomon’s Mines
Réalisé par Jonathan Frakes, scénario de Marco Schnabel et David N. Titcher, 2006, 1h28

Bande annonce