Moi, ce que j’aime, c’est les monstres t. 1, Emil Ferris

Quatrième de couverture

Chicago, fin des année 1960. Karen Reves, dix ans, admire les fantômes, les vampires et les morts-vivants. Elle s’imagine même être un loup-garou : plus facile, ici, d’être un monstre que d’être une femme. Le jour de la Saint Valentin, sa séduisante voisine, Anka Silverberg, se suicide d’une balle dans le cœur. Mais Karen n’y croit pas et décide d’élucider cette mort suspecte. Elle va vite découvrir qu’entre le passé d’Anka dans l’Allemagne nazie, son propre quartier prêt à s’embraser et les drames tapis dans l’ombre de son quotidien, les monstres, bons ou mauvais, sont des êtres comme les autres, ambigus, torturés et fascinants.

Mon avis

J’aurais mis des mois à rédiger cette chronique. Non pas parce que je n’ai pas aimé (je ne chronique pas les livres que je n’ai pas aimé), bien au contraire, encore moins parce que je ne savais pas quoi raconter. Non, si j’ai mis autant de temps, c’est parce que Moi, ce que j’aime, c’est les monstres a été un tel coup de coeur, contient une telle richesse – tant sur le fond que sur la forme – que je ne savais pas par quel bout commencer ma chronique. Sans compter la désagréable sensation de me dire que quoi que j’écrive, ma chronique ne suffirait pas à souligner toutes ces richesses contenues dans ce roman graphique. Mais je ne veux pas laisser cette chronique traîner plus longtemps, il faut donc se lancer !

Moi, ce que j’aime, c’est les monstres a fait partie de mes coups de coeur de la fin de l’année 2018. C’est un roman graphique dense (le premier volume fait plus de 400 pages !). Très dense. Mais il m’a tellement envoûtée que je l’ai lu en une après-midi, ne le lâchant qu’à grand-peine pour me sustenter. C’est dire si je me suis laissée prendre au récit ! Parlons du fond de l’histoire, justement. Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, c’est en fait le journal dessiné de Karen, une fillette de dix ans passionnée par les films d’horreur et leur macabre mythologie. Le jour où sa voisine meurt, soi-disant d’un suicide, Karen décide de mener l’enquête. Dès lors, nous suivons deux histoires parallèles : celle de Karen, la petite fille qui se sent différente au point de se représenter en loup-garou et celle d’Anka, survivante de la Shoah et de monstres bien humains, ceux-là. Car au fil du récit, on découvre que les camps de la mort ne sont pas les seuls enfers qu’a connu Anka. Le personnage de Karen, à travers lequel nous découvrons toute l’histoire, est attachant par sa conscience d’être à part sans vraiment encore avoir une idée précise du pourquoi. De la même manière que, lorsqu’elle fouille dans le passé d’Anka, elle retrace dans son journal la vision qu’elle a des épreuves traversées par sa voisine. Mais nous, adultes, percevons avec netteté l’horrible réalité qui se cache derrière ce regard d’enfant. Un regard d’enfant pas si innocent que cela, à vrai dire. Karen, malgré son attrait pour l’horreur, ne sait déjà que trop bien que derrière ses pairs peuvent se cacher ses plus pires peurs.

Karen évolue également dans une situation familiale particulière. Un père absent, une mère aimante mais superstitieuse et un frère artiste, séducteur, aux activités louches. Un frère adulé par Karen et pour cause, il aide sa soeur à développer son regard artistique. Vous l’aurez compris, Moi, ce que j’aime, c’est les monstres fourmille de thèmes. Que ce soit la famille, le Chicago des années 60, l’émergence d’une véritable artiste, la différence, la Shoah, la prostitution enfantine, la délinquance, de nombreux thèmes sont abordés. L’autrice ne cherche jamais à atténuer son propos lorsqu’elle aborde les sujets les plus graves, les plus noirs. Mais elle reste fidèle à ce regard d’enfant. Ainsi, lors des passages où Anka raconte son passage dans un établissement qui prostitue des enfants, l’horreur transparaît à travers les récits mythologiques que lui conte une autre enfant – avec au passage une vision originale de Méduse. Malgré ces enjolivements, le propos reste glaçant car la vérité saute aux yeux, à peine cachée.

On pourrait croire que Moi, ce que j’aime, c’est les monstres est une oeuvre sombre, difficile à lire. Mais si les thèmes abordés ne sont pas faciles, le fait que tout soit vu par le regard de Karen apporte une bouffée d’air bienvenue. Karen a beau être une fillette consciente de ce qu’elle est, du « monstre » que peuvent voir en elle d’autres personnes fermées d’esprit, elle dessine dans son journal sa façon de voir les choses. Une façon qui montre l’artiste déjà présente en elle. Une façon imprégnée par son amour pour les films et revues d’horreur, par son imagination débordante, par ses visites de musées. Les pages où elle reproduit des tableaux vus avant d’en recréer une version bien à elle sont particulièrement saisissantes !

Bien sûr, ce journal dessiné ne serait pas aussi plaisant si l’autrice n’était pas dotée d’un tel talent. Moi, ce que j’aime, c’est les monstres a été entièrement réalisé à l’aide de stylos bille de couleur. Le rendu est superbe, mêlant un réalisme et un détail bluffants !

Par ailleurs, je ne peux séparer l’oeuvre de sa genèse. Car ce roman graphique fait partie de ces oeuvres dont l’histoire mouvementée participe à ses qualités. Emil Ferris, l’autrice, travaillait comme illustratice et avait en tête le personnage de Karen depuis des années. Un jour, elle contracta le virus du Nil occidental suite à une piqûre de moustique. Elle se retrouve hospitalisée, frôle le pire, se réveille en partie paralysée. Les médecins sont dubitatifs quant à ses chances de retrouver ses mouvements. En guise de thérapie, Emil Ferris s’inscrit dans une école de dessin. C’est là, toujours dans le cadre de sa reconquête de sa mobilité, qu’elle dessinera Moi, ce que j’aime, c’est les monstres.

Pour terminer, Moi, ce que j’aime, c’est les monstres est un pur chef-d’oeuvre. Le genre de récit dense mais accessible, pétri d’horreur comme de mythologie et d’art, un récit plein de tendresse pour son personnage principal, un récit qui rappelle que les véritables monstres, loin d’être ces créatures fantastiques si présentes dans les histoires d’horreur, se cachent le plus souvent sous un masque bien humain.

J’attends avec une vive impatience la suite de ce bijou et ne peux que vous en recommander la lecture ! Vous pouvez lire les premières pages ici si vous souhaitez avoir un premier aperçu de l’histoire avant de vous lancer plus avant.

Éditions Monsieur Toussaint Louverture, 416 pages, 2018

Publicités

6 réflexions sur « Moi, ce que j’aime, c’est les monstres t. 1, Emil Ferris »

  1. Ce roman graphique est tout simplement incroyable, il m’a complètement chamboulée ! Merci pour ta chronique 🙂

    1. C’est un chef d’oeuvre (non, je n’ai pas peur des mots ^^) ! J’ai hâte que le second tome paraisse (même si je suis prête à attendre, vu la qualité du tome 1, je pense que le travail fourni doit être titanesque)

      1. C’était bien mon intention (ou alors, demander à ma petite bibliothèque de village de le mettre au budget).
        C’est clair que le travail réalisé derrière est impressionnant.
        Ce qui est drôle, c’est qu’un autre blog que je suis a aussi fait une chronique de ce titre récemment.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.