Publié dans Monde du livre

#payetonauteur ou Pourquoi les auteurs sont en colère

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous n’avez pas manqué de me voir partager plusieurs posts estampillés des hashtags #payetonauteur et #auteursencolère. Il est à présent temps de me fendre aussi d’un petit billet explicatif sur le sujet.

Le point de départ de #payetonauteur date du Salon du Livre de Paris (je n’arriverai jamais à dire « Livre Paris » qui me semble le comble de l’économie de mots alors qu’il s’agit d’un salon dédié au *livre* !). Les auteurs ont découvert, deux semaines avant l’ouverture du Salon, qu’ils ne seraient pas rémunérés pour leurs différentes prestations (conférences, ateliers, etc). Petit rappel de chiffres : la majorité des auteurs français exerce un autre métier en plus de celui d’auteur, les revenus de ce dernier ne leur permettant pas de vivre (source). Autrement dit, de nombreux auteurs présents au Salon du Livre ont pris des congés pour ce faire et sacrifient leurs jours de repos pour leur autre métier, celui d’auteur, le tout sans être rémunéré pour cette activité. Sans parler des frais de déplacement et d’hôtel qui ne sont pas toujours pris en charge par le Salon ou les éditeurs (les petits éditeurs, par exemple, n’en ont pas les moyens). Or, préparer une conférence ou un atelier reste aussi un travail à part entière. Qu’il s’agisse d’un métier exercé par passion ne doit pas occulter le fait qu’il s’agit d’un *métier*.

En France, le statut des auteurs est assez particulier. C’est un métier qui fait rêver mais, hélas, un métier qui ne paie pas. Samantha Bailly et Miya ont réalisé deux petites BDs pour mieux expliquer ce que c’est qu’être auteur en France et la précarité de leur situation, ainsi que la menace qui plane sur ce statut suite aux réformes à venir (cliquez sur les vignettes pour lire les BDs en entier).

 

Plusieurs réformes pendent en effet au nez des auteurs et non seulement elles sont inquiétantes pour l’avenir du métier, mais en plus le gouvernement semble ignorer complètement l’inquiétude légitime des auteurs. Le 22 mai auront lieu les États généraux du Livre, qui proposeront des tables rondes sur le sujet. Les différents ministères concernés ont bien entendu été conviés à l’événement mais, à l’heure actuelle, aucun n’a daigné répondre à l’invitation. Aucun n’a même consulté les auteurs pour évoquer ces réformes qui les concernent pourtant.

Pour tout dire et pour paraphraser Perceval : on en a gros.

Confidence : depuis toute petite, le métier que je désire faire, c’est auteure. Uniquement auteure. Bibliothécaire est un objectif de carrière qui est venu plus tard, bien plus tard, suite aux conseils de ma mère qui s’inquiétait – à juste titre – car « écrivain, ce n’est pas ça qui paiera ton loyer ». Elle avait raison. Hélas. Certes, j’ai la chance d’exercer un métier lié au livre, à ma passion. Certes, c’est pratique quand je suis en phase de recherches pour un roman, car j’ai tout sous la main au boulot. Mais cela signifie qu’auteur reste un métier précaire, un métier qui fait rêver mais qui reste, dans la pratique, inaccessible en tant que tel. Car trop précaire.

À moins, bien sûr, de s’appeler Guillaume Musso ou Marc Lévy. Mais pour un auteur de best-sellers, combien d’auteurs, dans l’ombre, ne gagnent même pas le SMIC ? Combien n’atteignent même pas les 100 euros par mois ?

À l’heure où se profilent des réformes qui vont davantage fragiliser le statut d’auteur, déjà peu solide, la colère des auteurs est légitime. Une colère qui concerne tous les acteurs des métiers du livre. Car sans auteurs, pas de livres. Et qui dit pas de livres dit : pas d’éditeurs, pas d’imprimeurs, pas de libraires, pas de bibliothécaires, pas de lecteurs.

De nombreuses personnes sont déjà mobilisées. Si vous souhaitez apporter votre aide au mouvement, n’hésitez pas à signer la pétition mise en ligne pour interpeller le gouvernement et à la partager.

La lettre ouverte du Conseil Permanent des Écrivains au gouvernement

Pour en savoir plus

Publicités
Publié dans Ecriture

Bilan du Camp NaNoWriMo

Le Camp NaNoWriMo vient de s’achever et il est donc temps de faire un petit bilan ! 🙂 Je m’étais fixé comme objectif d’ajouter 25 000 mots au 1er jet de TCDF et, en parallèle, de poursuivre les corrections de Bibliomancienne. Sauf que le mois d’avril aura été bien rempli, si bien que mon temps d’écriture s’est retrouvé réduit à portion congrue. J’ai donc du revoir à la baisse mon objectif, le mettant à 10 000 mots, avant de le rabaisser de nouveau à 5 000 mots suite à divers imprévus et autres activités chronophages.

Le résultat ? (Petit) objectif atteint avec 5 543 mots au compteur à la clôture du Camp ! 🙂 5 543 mots qui se répartissent comme suit : 4 718 mots de plus pour le 1er jet de TCDF et 825 mots ajoutés à Bibliomancienne, au fil des corrections. Un bilan certes en demi-teinte, donc, mais pas si mal que ça ! ^^

Et vous, avez-vous participé au Camp NaNo ? Avez-vous atteint vos objectifs ?

Publié dans Lecture

Pline t. 4 : La colère du Vésuve, Mari Yamazaki, Tori Miki

Mon avis

Le tome 4 de Pline prend un ton plus sombre que les volumes précédents. D’entrée, les personnages principaux sont confrontés à un tremblement de terre qui fait bien des ravages dans la ville où ils étaient de passage. Certes, la fin du tome 3 laissait présager cet événement, mais cela reste éprouvant de voir les habitations détruites, les gens chercher leurs proches dans les décombres ou tout simplement essayer de survivre. Pline, Félix et Euclès sortent indemnes de cette catastrophe naturelle, mais il ne s’agit pas du seul événement dramatique présent dans le volume. À Rome, Poppée intrigue et n’hésite pas à recourir aux pires extrémités pour éloigner tout obstacle du pouvoir.

Plus que la simple vie de Pline, le manga continue de nous présenter la vie à Rome, telle qu’elle pouvait l’être sous l’empire de Néron. Les intrigues de palais comme les difficultés des habitants à faire face à des catastrophes, tout nous est dévoilé et toujours avec un trait aussi clair que précis. Les premiers prémices de la religion chrétienne sont également abordés.

Ce quatrième volume conserve toutes les qualités des précédents : documentation solide, dessin superbe, histoire bien menée. On reste attaché aux pas de Pline, de Félix et d’Euclès, ces trois hommes dont les caractères très différents se complètent si bien. Entre la passion de Pline pour les sciences naturelles, au point de le rendre distrait ; l’humour et les ronchonneries de Félix et le sérieux d’Euclès, on ne s’ennuie pas ! Les pages finales laissent présager d’un tome 5 tout aussi passionnant. À suivre !

Éditions Casterman, 187 pages, 2017

Publié dans Ecriture

En avril, c’est Camp NaNo !

Comme tous les ans, du 1er au 30 avril a lieu le Camp NaNo, soit un mois pour atteindre un objectif que l’on s’est fixé en terme d’écriture. L’occasion idéale pour tous les scribouilleurs de donner un coup de collier sur leurs projets ! 🙂

Cette année, vu que les deux projets principaux sur lesquels je travaillais au cours du premier trimestre ont connu un peu de retard, je me suis donné pour objectif d’avancer de 25 000 mots sur le 1er jet de TCDF. En parallèle, et bien que je ne l’ai pas indiqué sur mon profil du Camp, je compte poursuivre les ultimes corrections de Bibliomancienne. Deux gros projets auxquels je compte bien donner une belle avancée grâce au Camp ! 🙂

Et vous, participez-vous au Camp ? Quel est votre objectif ?

Publié dans Pêle-mêle

[Le mardi c’est permis !] Tag : Les séries

Blanche m’a nominée en fin d’année dernière pour ce Tag spécial séries. Nous sommes fin mars, il est donc temps que j’honore cette nomination ! 🙂 On va parler (encore une fois) de séries télévisées avec ce tag, mais après tout, c’est mardi, c’est permis ! 🙂

Ta série favorite de tous les temps

J’hésite entre deux… je peux mettre les deux ? Parce qu’entre Firefly et Buffy contre les vampires, mon coeur balance… Les deux sont signées Joss Whedon et Nathan Fillion a joué dans les deux (tout comme quelques acteurs secondaires), mais ce sont là leurs seuls points communs (avec les dialogues cultes !). La première est du genre space western, la seconde de fantasy urbaine. Firefly a déjà eu droit à un article passionné sur le blog (c’est dire que j’adore cette série !). Buffy, à une chronique d’un essai qui analysait la série. Je ne m’étalerai donc pas davantage si ce n’est pour dire que je les revisionne chaque fois avec un plaisir renouvelé ! ❤

Ne vous battez pas les filles, j’aime vos deux séries ! (Illustration de Karen Hallion)

La série que tu as un peu honte de regarder

Les Chroniques de Shannara. Parce qu’il faut bien dire que c’est très calibré ado et que les personnages semblent pour la plupart sortir d’une revue pour midinettes. Du coup, à mon âge, ça fait un peu désordre de regarder ça… (mais c’est de la fantasy post-apo ! Et y a John Rhys-Davies dedans ! Et un druide badass !)

Ton personnage de série préféré

Il ne faut en choisir qu’un seul ? Mais c’est super dur, comme question ! Je n’ai déjà pas été fichue de choisir une seule série pour la question de la série préférée, alors un seul personnage… Let’s go pour un Top 10 ! 🙂 Ce sera plus simple ^^

Du côté de mes séries favorites de tous les temps, il y a Willow Rosenberg, la sorcière nerd et timide qui a été une vraie aide pour l’ado anxieuse et geekette que j’étais à l’époque où je découvrais Buffy contre les vampires. Il y a aussi Spike, le vampire bad boy aux cheveux péroxydés et qui n’a pas la langue dans sa poche. À bord du Serenity, je pourrais citer tout l’équipage mais puisqu’il faut choisir, je dirai Kaylee Frye pour son optimisme à toute épreuve et le capitaine Malcolm Reynolds, parce que c’est le cap’tain. Ensuite, en vrac, il y a le 10e Docteur (parce que c’est lui qui m’a mise à Doctor Who), Sheldon Cooper de The Big Bang Theory (Bazinga !), Karl « Helo » Agathon de Battlestar Galactica qui a tout de même le cran d’assumer son amour pour une Cylon, Kara « Starbuck » Thrace de la même série parce que cette pilote casse-cou va devoir faire face à un destin aussi lourd qu’étrange, Dirk Gently de la série éponyme à cause de son côté foufou (et parce que j’adore ses vestes aux couleurs vitaminées !) et Jarod aka le Caméléon de la série éponyme, que je regardais quand j’étais ado pendant la fameuse Trilogie du samedi, parce que j’aimais bien la façon dont il aidait son prochain tout comme son côté grand gamin.

Une série que tu as adorée alors que tu ne t’y attendais pas

Battlestar Galactica ! (version 2004) J’avais plutôt bien accroché au pilote, à l’époque où il avait été diffusé pour la première fois à la télévision, mais pas suffisamment pour guetter l’arrivée de la série. D’ailleurs, je ne savais même pas qu’il y aurait une série derrière ce long pilote ! ^^ » Du coup, quand je m’y suis enfin mise en entier, un peu à reculons il faut bien l’avouer, j’ai été très surprise de voir que j’accrochais. Et encore plus de voir que, malgré certains passages  où je me disais que ça n’allais pas le faire, ben j’ai tellement aimé que depuis, j’ai revisionné la série intégralement ! 🙂 Comme quoi…

Une série de ton enfance

Je vais éviter de dévider la liste de mes souvenirs télévisuels, sinon on n’est pas rendus ^^ » Côté dessins animés, c’est clairement Batman en tête. Sombre et stylé, ce DA m’a tellement marquée que Batman est devenu mon super-héros favori et que j’y ai déniché mon poème préféré, Tyger, Tyger de William Blake (si, si, c’est dans l’épisode Le Tigre de la Nuit). Côté séries, je me souviens que j’adorais suivre les aventures d’Alex Mack, l’héroïne des Incroyables pouvoirs d’Alex.

Ton crush dans le monde des séries

Ah ah, vous ne croyez tout de même pas que je vais vous livrer tous mes secrets ! ^^ Je vous dirai juste qu’il n’y en a pas eu qu’un, de crush 😉

Une série que tu as abandonnée après plusieurs saisons

Il y en a quelques unes, le plus récent abandon étant Falling Skies, parce que le scénario part en totale cacahuète à partir de la fin de la saison 3.

Ta plus grande folie pour l’amour d’une série

Je suis allée à Paris Manga pour y rencontrer des acteurs de la série Buffy. Et là-bas, je me suis payé une photo ET un autographe avec James Marsters – soit Spike – himself ! 🙂

Ton méchant préféré

La vampire Drusilla dans Buffy contre les vampires. Au départ compagne de crimes de Spike, sa folie douce et, surtout, l’interprétation de Juliet Landau ont fait de ce personnage ma méchante préférée (je ne compte pas Spike, vu son évolution) !

La série que tout le monde aime sauf toi 

Game of Thrones. Ce n’est pas que je déteste – les derniers volumes de la série tardant à sortir, je continue de visionner pour avoir le fin mot de l’histoire – mais j’ai suffisamment peu apprécié pour décrocher sur deux saisons et pour ne pas être plus impatiente que ça de voir la suite. Bref, après m’avoir bien plu au début, puis une période de déception proche de la détestation, la série me laisse désormais indifférente.

Une série que tu as déjà revue au moins une fois en entier

Firefly et Buffy contre les vampires, bien sûr ! 🙂 Et plus d’une fois pour chacune ^^

Les séries que tu suis en ce moment

Il y en a pas mal, surtout que j’essaie de rattraper un peu mon retard (oui, en plus d’une PAL, j’ai une PAV ^^ »). Outre les actuelles The OA, The Big Bang Theory et Stranger Things dont j’attends les prochaines saisons, je suis en train de me rattraper sur Doctor Who. Et bien sûr, je suis toujours The Librarians ! 🙂

Je ne nomme personne mais si vous avez envie de répondre à ce Tag, n’hésitez pas ! 🙂