Entretien avec Bénédicte Coudière

Je poursuis mes entretiens avec des autrices de la Ligue des Écrivaines Extraordinaires. Cette fois, c’est Bénédicte Coudière qui s’est prêtée au jeu ! 🙂

Bonjour Bénédicte Coudière, bienvenue sur ce blog et merci d’avoir accepté de répondre à mes questions ! 🙂 Tout d’abord, peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai commencé comme nouvelliste, dans plusieurs anthologies (chez Malpertuis entre autres), mais toujours en imaginaire. J’affectionne particulièrement le fantastique, ce qui me permet de jouer sur les ambiances et les non-dits. À côté de ça, je fais plein d’autres choses différentes comme du journalisme, de la mise en pages, de la photographie, etc.

Comment as-tu rejoint La Ligue des Écrivaines Extraordinaires ?

Grâce à une rencontre. J’ai croisé la route du Maître de l’Étrange, puis de Démona qui m’ont parlé de leur projet. J’ai été tout de suite emballée. Étant donné que c’est mon premier roman, j’ai dû envoyer des tests, des nouvelles que j’avais écrites pour leur donner une idée de ma façon d’écrire, de mon style, etc. C’était quitte ou double, mais ça a marché. J’ai choisi mon héroïne, me suis mise à écrire pendant tout l’été. Je me suis retrouvée embarquée dans cette aventure, pour mon plus grand plaisir ! Et j’espère celui des lecteurs aussi…

Qu’est-ce qui t’a plu dans ce projet ?

Tout ! Le principe d’abord : une collection entièrement féminine. Mais aussi tout le reste : la mise en avant d’autrices classiques, le côté pulp, l’époque décrite. C’est vraiment le côté féminin qui m’a séduit. Aujourd’hui, vu le contexte, il est naturel d’avoir envie de mettre en avant des femmes fortes et audacieuses, à plus forte raison lorsqu’elles ont toutes une réalité historique, qu’elles existent et qu’on les a un peu oubliés pour certaines.
L’aventure est magnifique, Démona ne nous traite pas trop mal, et je m’éclate à mettre en scène Ann Radcliffe dans des situations impossibles.

La Ligue propose des romans mettant en scène des autrices classiques luttant contre des monstres légendaires (parfois issus de leurs propres œuvres). Peux-tu nous parler de ton roman en particulier, de son autrice-personnage et de son adversaire ?

Mon roman, c’est Ann Radcliffe contre Dracula. Il s’agit, d’une certaine façon, de la suite du livre de Paul Féval, Ann Radcliffe contre les vampires, écrit en 1867 et réédité dans la saison 1 des Saisons de l’étrange.

Dans mon roman, Ann Radcliffe est déjà au courant de l’existence des Vampires du fait de sa précédente aventure. Elle reçoit une mystérieuse invitation, émanant d’un certain Comte V, pour un bal donné en son honneur. Ann Radcliffe est une écrivaine passionnante, par ce qu’elle écrivait, du roman gothique, alors à ses balbutiements ; par son caractère, aussi. C’est une femme forte, indépendante, qui parvient à ses fins, mais qui reste une Britannique pure souche. Il y a une part de flegme et de pragmatisme dans sa démarche et sa façon d’être qui est parfois en décalage avec les événements.

Dracula est un personnage beaucoup plus énigmatique. Il ne se dévoile que petit à petit, par petite touche, notamment cauchemardesque. Il est vraiment à découvrir, et je laisse la surprise aux lecteurs d’en prendre la véritable ampleur. En ce qui concerne la façon dont je l’ai construit, je reprends l’apparence classique de Vlad l’Empaleur avec quelques détails liés à la mythologie vampirique de Paul Féval. Notamment la proéminence de la couleur verte, associée aux vampires, et la possibilité pour l’un de ces êtres, non pas de convertir des humains, mais d’en faire une extension d’eux-mêmes. Un peu comme un double avec contrôle télépathique et possibilité, encore en plus, de se dédoubler. De quoi faire une petite armée avec un seul individu !

Quelle est ton autrice classique favorite et pourquoi ?

Ce projet m’a permis de me rendre compte que je n’avais pas assez lu d’autrices classiques, que ce soit dans ma scolarité ou dans mes lectures personnelles. J’ai rattrapé mon retard depuis ! Et j’ai une affection toute particulière pour George Sand.

As-tu un monstre légendaire chouchou ?

J’ai une certaine fascination pour le monstre de Frankenstein (je suis d’autant plus curieuse de découvrir l’aventure de Mary Shelley !).

La question-piège : quel est ton livre préféré ?

J’ai un livre fétiche qui ne me quitte pas et que, à force de le lire, je connais quasiment par cœur : Antigone de Jean Anouilh. Il y a quelque chose dans la quête d’Antigone qui me touche et cette version du mythe est particulièrement belle.

Pour finir, aurais-tu un ou des conseils à donner à d’autres autrices ?

Faites-vous plaisir, écrivez ! Racontez vos histoires et éclatez-vous !

Merci pour tes réponses et à bientôt, au détour d’un livre ! 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :