[Le mardi c’est permis !] Le secret de la pyramide

Les fêtes approchent. Comme chaque année, elles me plongent dans une humeur nostalgique, me poussant à revoir ou relire des oeuvres qui me rappellent de délicieux souvenirs d’enfance. Plus connu par chez nous sous le titre Le Secret de la pyramide, le film Young Sherlock Holmes fait partie de ces films que j’ai visionné, enfant, et qui m’ont marquée (en bien). 🙂

La première fois que j’ai vu ce film, c’était à la télévision. Je ne me rappelle plus si je l’ai vu avant ou après Indiana Jones (probablement avant mais ma mémoire peut se tromper) mais toujours est-il que j’estime qu’il fait un bon tremplin vers les aventures du célèbre archéologue (ou vers celles du non moins fameux détective). Parce que le paradoxe, voyez-vous, c’est qu’autant je n’ai jamais accroché aux peu de textes que j’ai lu où figure Sherlock Holmes (même la série avec Benedict Cumberbatch, que je reconnais pourtant excellente, j’ai fini par décrocher car elle attisait trop mon anxiété), autant j’adore voir et revoir Le Secret de la pyramide, qui imagine la toute première aventure de Sherlock Holmes, lorsqu’il était encore un jeune adolescent !

L’intrigue du film nous est narrée par John Watson, alors qu’il débarque un hiver dans sa nouvelle école londonienne. Il se lie très vite d’amitié avec Sherlock Holmes, jeune homme doté d’un sens de la déduction particulièrement développé. Mais voici que des morts étranges sont rapportées par les journaux : suicide, accident… Notre jeune détective ne croit pas à ces hypothèses et décide de mener l’enquête, puisque, malgré ses supplications, l’inspecteur Lestrade estime qu’il n’y a là rien de suspect.

Et nous voilà partis, aux côtés de notre iconique mais encore inexpérimenté duo, dans de folles aventures ! Ajoutez à cela une musique marquante, de l’exotisme avec les éléments égyptiens liés au crime et des scènes hallucinatoires d’anthologie et vous aurez un film qui possède tous les ingrédients pour devenir culte dans la mémoire des adultes d’aujourd’hui, mais enfants d’hier.

Si je vous dis qu’au scénario de ce petit bijou d’aventure se trouve Chris Columbus, à qui l’on doit également le scénario des Goonies et de Gremlins et qui réalisa plus tard Maman, j’ai raté l’avion ! et Mrs Doubtfire, vous me croirez sans peine quand je vous dit qu’on se trouve dans la même optique qualitative en terme de film d’aventure tout public ! 🙂

Me concernant, mes deux éléments favoris du film sont : en premier, ceux rappelant Indiana Jones, avec la secte égyptienne qui n’a rien à envier à celle, indienne, qui dans Le Temple maudit sacrifiait des gens en leur ôtant le coeur (brr !) (mais rassurez-vous, dans Le Secret de la pyramide, c’est moins sombre) (tout public, on a dit !). Et en second (mais ce sont mes scènes chouchoutes, donc last, not least comme disent les Anglais) : les scènes d’hallucinations ! Elles sont très bien réalisées (les effets spéciaux ont plutôt bien vieillis) et ravissaient la petite fille que j’étais alors, déjà fondue de récits qui faisaient la part belle à l’imaginaire. Parce que ces scènes apportent une dose de fantaisie, de surnaturel à un film somme toute d’aventure et de mystère. Je me souviens même qu’un de mes numéros d’Images Doc montrait en photo l’une de ces scènes (celle du chevalier en vitrail) dans un article dédié aux effets spéciaux. Quand je vous dis que ce film est une vraie madeleine de Proust ! 🙂 Et en parlant de madeleine, comment oublier la scène des gâteaux avec Watson ? Franchement ! C’est d’ailleurs ma scène préférée d’entre toutes les scènes d’hallucination ! 🙂

Le Secret de la pyramide, malgré ses 34 ans bien tassés, est un chouette film à regarder en famille, en hiver, avant les fêtes (en plus l’intrigue se déroule durant cette période). Si je n’ai pas vu Les Goonies, à l’époque (ou si c’est le cas, il ne m’avait pas marquée), c’est ce film qui le remplace dans mon coeur de geekette en terme de film d’aventure pour enfants qui a traversé les âges.

Bande-annonce

Young Sherlock Holmes
Réalisé par Barry Levinson, scénario de Chris Columbus, 1985, 1h49

Ce (re)visionnage s’inscrit dans le challenge XIXe organisé par Alphonsine (validation du sous-menu Élémentaire, mon cher du menu Monstres et tréfonds de l’âme humaine) et le challenge Madeleine de Proust organisé par Lune.

4 commentaires sur « [Le mardi c’est permis !] Le secret de la pyramide »

  1. Dingue ça, j’ai vu et revu les Goonies, par contre Les secrets de la pyramide, ça ne me dit rien, donc il faudra que je trouve un moyen de me le regarder !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :