Publié dans Lecture

Yoko Tsuno t. 5 : Sous le ciel de Chine, Roger Leloup

yoko_tsuno5Quatrième de couverture

La Chine et tous ses contrastes, la Chine et ses décors sublimes, la Chine d’aujourd’hui et la Chine d’hier… Où, ailleurs qu’en Chine, trouver un dragon bercé par le gazouillis d’une flûte enfantine… mais aussi un autre monstre capable de détruire un port ? Où, ailleurs qu’en Chine, une poupée de tissu peut-elle rappeler le sort horrible d’une enfant princesse sacrifiée au XIe siècle ? Où, ailleurs qu’en Chine, une pagode noyée dans les brumes peut-elle servir de repaire à une créature terrifiante au souffle de feu ? Au fil de ses aventures, Yoko Tsuno va en découvrir les multiples facettes, mais aussi les innombrables pièges.

Mon avis

Yoko Tsuno, bien que d’origine japonaise, a une grand-mère chinoise. Aussi Roger Leloup a-t-il choisi la Chine pour cadre dans plusieurs de ses aventures, rassemblées dans cette cinquième intégrale. Deux d’entre elles ayant lieu également à une époque lointaine, on voyagera autant dans le temps que dans l’espace 🙂

La première aventure, Le Dragon de Hong Kong, nous permet de découvrir comment Yoko rencontra la petite Rosée du Matin et en devint la tutrice (souvenez-vous, on la rencontrait déjà dans l’intégrale t. 3, puisque le découpage des intégrale suit des thématiques plutôt que la chronologie originelle). En séjour dans la ville du même nom, Yoko est confrontée à deux « dragons », l’un avec lequel la petite Rosée entretient une relation qui tient tant du miracle que de l’enchantement, l’autre semant la destruction. Et quand la vie de l’enfant se trouve menacée par ce dernier, Yoko fera tout pour la protéger. Cette histoire me plaît car elle permet de découvrir une nouvelle facette de Yoko, son côté maternel, sans pour autant gommer son statut de femme forte. Protectrice envers Rosée, Yoko n’en reste pas moins capable de lutter contre des personnages aux motivations douteuses, voire violentes. Et, comme toujours, elle tente de vaincre sans user d’inutile violence. Par ailleurs, les sujets de l’histoire – les dragons, même s’ils n’ont de dragons que le nom – offrent autant un aspect légendaire plaisant qu’une réflexion sur l’influence de l’homme sur la nature ou sa soif de reconnaissance et de célébrité.

Les deux autres aventures contenues dans l’intégrale se suivent et étaient parues, originellement, l’une à la suite de l’autre. Dans la première, La Jonque céleste, Yoko remonte le temps pour sauver une enfant. Nommée troisième épouse de l’empereur à l’âge de six ans, Sin-Yi est utilisée par des comploteurs et sera tuée si personne ne la sauve. Ce n’est pas la première fois que Yoko remonte le temps pour sauver la vie d’un personnage – et, à l’instar de l’épisode relaté dans Le matin du monde, il s’avèrera au final que Yoko avait bien fait de suivre son intuition. Les voyages dans le temps donnent parfois ce sentiment de boucle bouclée ! 🙂

Si le début de cette histoire m’a paru tiré par les cheveux – je trouve que Lin accepte trop facilement l’idée d’une machine à voyager dans le temps – et le personnage de Sin-Yi, enfant gâtée et manipulée, semble assez détestable, découvrir la Chine du XIe siècle est en revanche passionnant, sans compter tous les jeux de pouvoirs qui pimentent le tout.

Nous retrouvons cette même époque dans La pagode des brumes. Sin-Yi réclame à revoir sa servante préférée. Son caprice est exaucé, mais surtout parce que le lieu où vit désormais cette jeune femme fait écho aux souvenirs de Yoko, souvenir d’une légende que lui racontait sa grand-mère. Il se dit en effet qu’un dragon dort dans les brumes qui enveloppent la pagode, mais que son esprit s’est détaché de son corps et demeure dans la pagode. Et lorsque Yoko rencontre une jeune fille portant sur elle un équipement trop avancé pour l’époque, le mystère s’épaissit !

Le voyage dans le temps est, de par sa nature, un élément de science-fiction, mais cette aventure-ci est davantage ancrée dans le genre que La Jonque céleste, qui touchait plus à l’aventure historique. J’ai beaucoup apprécié le mariage entre légende chinoise et récit de science-fiction, l’exotisme de l’époque comme du pays apportant du dépaysement.

Si ces trois aventures ne figurent pas parmi mes préférées, elle restent néanmoins d’agréables balades en Chine, au XXe et au XIe siècles, et nous permettent de constater qu’être la tutrice d’une petite fille ne retire en rien à Yoko son sens de l’action. Bien au contraire ! 🙂

Intégrale n°5, comprenant les volumes 16, 22 et 23 de la série

Éditions Dupuis, 164 pages, 2008.

Cette lecture s’inscrit dans le challenge Retour vers le futur organisé par Lune.

ChallengeRVLF_Retourverslefutur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s