[Le mardi c’est permis !] Dark


La première saison de Dark est sortie en 2017, la dernière a été diffusée cette année. Je n’ai regardé la série qu’après que toutes ses saisons soient sorties et je dois dire que j’en suis heureuse, car Dark est tellement complexe que c’est le genre de série dont il ne vaut mieux pas interrompre trop longtemps le visionnage, sous peine d’être complètement perdu.

De quoi ça parle, Dark ? À Winden, petite ville allemande qui prospère grâce à une centrale nucléaire, Mikkel disparaît. Une disparition qui résonne douloureusement pour sa famille, son père ayant perdu pareillement son petit frère, trente-trois ans plus tôt. Alors que l’enquête piétine, Jonas – présent sur les lieux du drame et en proie au traumatisme de la mort de son père, qui s’est pendu – cherche à comprendre où a bien pu passer le garçon. Une recherche poussée par la culpabilité, car il est le dernier à l’avoir vu. Mais le mystère s’épaissit lors de la découverte d’un corps qui n’est pas celui de Mikkel. Tout semble converger vers une grotte labyrinthique, tandis qu’à Winden, les liens qui unissaient différentes familles se délitent, à mesure que leurs noirs secrets sont révélés et que les disparitions se multiplient…

Je ne spoile personne, le slogan de la série étant très clair sur le sujet :

La question n’est pas où. Mais quand.

Dark nous plonge dans les méandres du voyage dans le temps. Et le fait de manière exceptionnellement brillante ! Rien n’est laissé au hasard, pas une incohérence ne vient ternir le schéma complexe de la série – car, comme dans tout voyage dans le temps, des conséquences ont lieu, qui trouvent écho dans d’autres époques et ainsi de suite. Vous comprenez pourquoi je vous disais qu’il valait mieux regarder les trois saisons de façon régulière, pour ne pas se retrouver perdu ?

S’il reste assez aisé (si je puis dire) de suivre durant les deux premières saisons, tout ce complexifie davantage et s’accélère lors de la troisième, lorsque les nombreux fils se rejoignent enfin et que l’on peut saisir le tableau complet. Certains épisodes me donnaient même la sensation de sentir tous les rouages de mes réflexions jouer dans mon crâne, tellement j’étais concentrée sur l’histoire ! ^^

En plus d’un scénario en béton, Dark bénéficie d’un casting cinq étoiles ! Chaque acteur joue remarquablement bien. Par ailleurs, la série nous baladant dans plusieurs époques, les mêmes personnages apparaissent à des âges différents et j’ai été soufflée de la ressemblance physique entre les acteurs censés incarner la même personne.

La bande son participe également fort bien à l’ambiance mystérieuse, pesante, menaçante de Dark (le titre vous prévient d’emblée, ce n’est pas une série pour rigoler). J’ai été ravie de reconnaître les notes d’Agnes Obel ou de Fever Ray, au milieu d’autres compositions fort bien choisies.

Vous l’aurez compris, j’ai été totalement conquise par Dark, par son usage du voyage dans le temps qui évite tous les écueils propres au genre comme ses personnages, chacun dissimulant quelque chose. Une série qui réalise un sans faute sur presque tous les points, ça n’est pas courant !

TW : suicide, meurtre, tentative de viol

Dark
Réalisée par Baran bo Odar, créée par Baran bo Odar, Jantje Friese, Martin Behnke, Ronny Schalk et Marc O. Seng, 2017-2020 (3 saisons, terminée)

Bande-annonce

4 commentaires sur « [Le mardi c’est permis !] Dark »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :