Papier noir lueur d’espoir, Mina M

Quatrième de couverture

Numa, orphelin de 12 ans mystérieux et atypique trouve du réconfort dans le papier qu’il sculpte à longueur de temps et dans son amitié pour Emi.
Un jour, celle-ci chute d’un arbre et tous pensent le garçon coupable.
Désespéré, Numa fuit vers la Forêt Hurlante.
Perdu dans le noir. Brisé par la tristesse, la solitude et la peur. Il fait la connaissance d’une étrange créature : le Corbu.
Trouvera-t-il le chemin vers la paix ou s’abandonnera-t-il complètement au destin cruel que Mélancolie et Bile Noire lui réservent ?

Mon avis

Voici ma première lecture du Pumpkin Autumn Challenge (mais seconde à être chroniquée par ici – j’ai du retard, j’essaie de le rattraper petit à petit, et dans le désordre !), et j’ai opté pour un livre qui n’était pas dans ma PAL du PAC ! C’était un samedi soir après une journée de travail, je voulais lire une histoire courte. En parcourant mes étagères, j’ai jeté mon dévolu sur Papier noir lueur d’espoir de Mina M, roman jeunesse édité aux Éditions du Chat Noir. J’apprécie beaucoup le travail de Mina M en tant qu’illustratrice, j’ai découvert sa plume avec ce roman. Une plume douce et poétique, pleine de symboles.

Parfois, certains livres arrivent à point nommé, leur histoire entrant en résonance avec ce qu’on traverse ou nos besoins, à cet instant précis. C’est ce qui s’est produit pour moi, avec cette lecture-là, aussi mon avis de lecture sera très personnel.

Papier noir lueur d’espoir est une belle allégorie fantastique. Elle porte sur différents thèmes. La résilience, tout d’abord, à travers le parcours de Numa, bouleversé par l’accident d’Emi. Un accident qui rouvre des peines anciennes. Tout au long du récit, il va apprendre à apprivoiser sa douleur, à la surmonter pour, enfin, aller de l’avant.

C’est aussi un texte qui évoque la valeur thérapeutique de l’Art. Que ce soit Numa, avec ses papiers pliés, ou les autres personnages qu’il croise au sein de la Demeure Sens Dessus Dessous, la pratique artistique, quelle que soit la forme qu’elle prend, est souvent présente comme un moyen salvateur d’exprimer ses émotions et d’apaiser ses blessures.

C’est d’ailleurs grâce à ses contacts avec les autres pensionnaires de la Demeure que Numa trouvera la clé pour la quitter – partir signifiant avoir surmonté sa douleur, et fait preuve de résilience. Plusieurs pensionnaires trouvent ainsi dans leurs échanges et leur soutien mutuel l’élan et la chaleur humaine dont ils avaient besoin pour résoudre leurs problématiques personnelles. L’importance des liens avec les autres, dans son cheminement, est soulignée.

Enfin, l’ouvrage traite aussi des dangers de la dépression, avec les figures inquiétantes de Bile Noire et Dame Mélancolie, qui rôdent dans les sous-sols de la Demeure de Dame Résilience.

Autant de thèmes qui m’ont profondément parlé !

Surtout, cette lecture, pourtant choisie par hasard ce soir-là, alors que le livre était sur mes étagères depuis plusieurs mois, est arrivée à point nommé. Papier noir lueur d’espoir m’a fait réaliser que, toute à ma peine, j’étais en train de me laisser prendre au piège de Dame Mélancolie et qu’elle avait commencé à tisser son cocon. Ce livre m’a permis de m’en extirper et de retrouver Dame Résilience. Si je suis déjà venue par le passé dans la Demeure Sens Dessus Dessous et en suis sortie via la clef de l’écriture, j’ignore si cette fois la même expression artistique suffira ou s’il me faudra trouver un autre moyen. Mais je suis sur le chemin !

Un court roman illustré d’une centaine de pages qui prouve que Mina M est aussi douée avec la plume qu’avec le pinceau. Car c’est là toute la force des meilleurs romans jeunesse : parler au coeur des adultes comme à celui des enfants. Et celui-là fait partie de ces rencontres littéraires marquantes, l’ayant lu au moment où j’en avais le plus besoin.

Cette lecture s’inscrit dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge, menu Automne rayonnant, catégorie Le don des Merriwick et du Cocorico Challenge, catégorie Cosette

Éditions du Chat Noir, 2019, 112 pages

Retrouvez les avis de : La Bibliothèque d’Aelinel a eu du mal au début avant de se laisser prendre au charme de la plume, Livraisons littéraires a eu un coup de coeur pour ce livre, Chrisbookine a beaucoup aimé également et The Notebook 14, déja conquise par le pinceau de Mina M, a adoré sa plume.

Publicité

Un avis sur « Papier noir lueur d’espoir, Mina M »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :