Locke and Key : L’âge d’or, Joe Hill et Gabriel Rodriguez

Quatrième de couverture

Joe Hill et Gabriel Rodriguez remontent le temps et vous invitent à partager le quotidien extraordinaire de Keyhouse à la Belle Époque, où la famille Locke veille sur un impossible trousseau de clés capables des prodiges les plus fous et des cauchemars les plus obscurs.

Des merveilles du manoir de Lovecraft aux horreurs des combats de la Grande Guerre, en cinq récits, les clés et leurs gardiens dévoilent toute l’étendue de leurs pouvoirs… jusqu’à ouvrir les portes du royaume des Songes et défier Lucifer en Enfer.

Mon avis

Après avoir adoré la série de comics Locke and Key, j’ai lu les volumes suivants qui rassemblent plusieurs récits courts, situés dans le même univers. Dernier en date, Locke and Key : L’âge d’or traînait dans ma PAL depuis sa parution. J’ai profité d’une nuit d’insomnie pour le lire. Quant à savoir si c’était une bonne idée de lire un comics fantastique horrifique en pleine nuit, c’est une autre histoire !

Locke and Key, pour rappel, c’est une excellente série de comics (bien meilleure que la série télé adaptée, qui en a édulcoré le contenu et rendu l’antagoniste tellement caricatural qu’on perd les frissons dus à sa malignité dans les comics…). L’âge d’or contient plusieurs histoires courtes et aussi un crossover avec Sandman de Neil Gaiman, lui aussi très bon comics (attention, certaines scènes peuvent heurter les âmes sensibles) récemment adapté sur le petit écran.

Voici mon ressenti récit par récit de L’âge d’or, qui m’a régalée.

On démarre bien avec Modèle réduit, une histoire qui m’a rappelé L’homme qui rétrécit de Richard Matheson. Simple, mais efficace! Arachnophobes, s’abstenir.

Suit ensuite Décrocher la lune, une histoire que je connaissais déjà car elle figure dans Ciel et terre (que j’ai oublié de chroniquer par ici). Émouvante et triste, même lors de cette relecture. Jusqu’où un père est-il prêt à aller pour son fils atteint d’une maladie aussi invalidante que douloureuse ?

La musique adoucit les mœurs est une histoire trop brève pour l’apprécier pleinement. C’est mon seul bémol sur ce recueil.

Viennent ensuite deux longues histoires qui se suivent et qui forment, à mon sens, le point d’orgue de ce recueil de courtes histoires.

… En pâles bataillons… : quand l’un des enfants Locke veut s’engager dans la guerre, emporté par des idéaux, les conséquences tragiques vont bien au-delà du seul traumatisme des tranchées. Une histoire puissante, où les atrocités commises par les hommes rivalisent avec celles de créatures fantastiques. De petits clins d’œil à d’autres œuvres, notamment Sandman, sont présents (j’adore le concept de la boîte aux lettres qui permet de correspondre avec des personnages fictifs !).

Train d’enfer est le crossover avec Sandman, et la suite de l’histoire précédente. On y voyage au pays des Songes, avant de suivre les personnages dans une véritable descente aux Enfers, tout un programme qui mêle deux univers avec brio et qui m’a absolument ravie ! (même si le Corinthien, personnage de Sandman, me fait toujours flipper).

En résumé, malgré une histoire plus faible que les autres, j’ai beaucoup apprécié ce recueil, en particulier les deux dernières histoires. Si vous connaissiez ces deux comics, vous adorerez. Et si non, ce recueil forme à mon sens une bonne porte d’entrée dans ces deux univers, et il peut se lire indépendamment, de Locke and Key comme de Sandman, puis que le crossover se situe chronologiquement avant les événements relatés dans l’une comme l’autre série-mère.

Éditions HiComics, 2022, 210 pages

Publicité

4 commentaires sur « Locke and Key : L’âge d’or, Joe Hill et Gabriel Rodriguez »

  1. J’ai lu la série « de base » le mois dernier et j’ai été subjuguée. J’avais emprunté le premier tome dans ma médiathèque et une fois le volume fermé, je suis retournée à la médiathèque emprunter la suite que j’ai dévorée en une après-midi. N’étant pas une grande adepte de la BD c’est un fait plutôt rare d’être emballée à ce point. L’ambiance gothique avec le manoir et le côté fantastique avec la lutte contre le démon, le scenario… Tout m’a plu.
    Je ne savais pas qu’il y avait une suite merci pour l’info !

    1. Avec plaisir ! 🙂 Ce n’est pas vraiment une suite dans le sens où les événements ont lieu avant l’intrigue principale, mais on retrouve l’univers et on explore d’autres clés et leurs propriétés, ça reste génial !
      (comme toi, j’ai lu toute la série d’un coup, heureusement j’avais emprunté l’intégralité des tomes à la bibliothèque, du coup j’ai pu toute lire dans la même soirée !)

  2. Pour mon plus grand malheur, je me suis « infligée » la première saison de la série, que j’ai trouvée tellement mauvaise qu’à la fin j’en rigolais… Potée m’a conseillé de ne pas rester dessus, tu es donc la 2ème qui relève que les comics sont bien meilleurs. Bon, je verrai, mais j’ai peur d’avoir été un peu dégoûtée de l’univers (j’ai surtout peur d’y retrouver les mêmes énormes incohérences).

    1. Ah oui, je confirme, les comics sont nettement bien meilleurs ! (je crois que je ne suis même pas allée au bout de la saison 1).
      Ce n’est pas du tout le même niveau, le comics est plus terrifiant, car son antagoniste principal plus retors, les personnages sont plus complexes, même les propriétés de la clé de tête sont bien mieux représentées que dans la série ! Bref, le comics a été couronné d’un prix, et c’est mérité ! 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :